Les papiers de Jean Vezin à l’Institut de recherche et d’histoire des textes

Jean Vezin, l’un des grands noms de la paléographie et de la codicologie françaises, est décédé le 27 août 2020.

Jean Vezin (1933-2020)

Sa famille, désireuse de ne pas laisser perdre son héritage scientifique, a informé la Bibliothèque nationale de France de l’existence de papiers qu’il avait laissés, témoins de décennies d’activité savante. La BnF a à son tour contacté l’Institut de recherche et d’histoire des textes qu’elle pensait mieux à même de recueillir cet héritage ; il vient d’arriver dans la salle Félix-Grat, le « pôle manuscrit médiéval » de l’IRHT, au rez-de-chaussée du bâtiment de recherche nord du Campus Condorcet d’Aubervilliers.

Dans son état actuel, l’ensemble consiste en 73 boîtes d’archives, ce à quoi s’ajoutent deux boîtes de fiches et une trentaine de dossiers séparés. Le latin représente la très grande majorité des langues concernées, mais une petite place est faite au grec, ainsi qu’aux manuscrits éthiopiens, coptes ou arméniens, par exemple. La matière peut être regroupée grossièrement en quelques types d’ensembles :

  • des dossiers de préparation d’articles et/ou de conférences et autres interventions, qui en rassemblent les matériaux de base, les illustrations et souvent une ou plusieurs étapes de préparation du texte prononcé ou publié. L’on y trouve tant des communications très spécialisées que des interventions plus tournées vers le grand public ;
  • des recueils de matériaux d’illustration sur différents aspects de l’histoire du livre et de l’écriture, ainsi que des objets, modèles de reliures, exemples d’instruments scripteurs ou échantillons de papier ;
  • des rassemblements thématiques, par exemple sur des questions de ponctuation ou d’abréviations, d’histoire des manuscrits de Saint-Denis, d’écritures anglaises ou espagnoles, d’autographes de divers auteurs, de lecture et de fautes de lecture… ;
  • des dossiers de dépouillement d’ensembles de manuscrits abordés par lieux de conservation. L’on y trouve, tout d’abord, ce qui constitue sans doute la couche la plus ancienne des notes et des travaux, effectués sur des manuscrits espagnols et surtout madrilènes à l’occasion du séjour de Jean Vezin à la Casa de Velá Vient ensuite une série de dossiers de dépouillement de manuscrits carolingiens dans toute l’Europe, principalement axés sur les reliures et accompagnés de photographies, de frottis, de schémas de décoration des plats ; travaux visiblement issus du projet de synthèse sur les reliures carolingiennes qu’il n’a pu mener à terme.

Ces papiers reflètent en bonne partie le parcours savant de Jean Vezin, moins d’un point de vue administratif que d’un point de vue scientifique à quelques exceptions près, et la poursuite de ses activités au-delà de la retraite. La cohabitation de strates visiblement différentes de fiches et de notes montre également combien certains sujets ont pu l’occuper ou l’intéresser sur de longues périodes chronologiques. Ce qui semble pouvoir être le plus utile aux savants et chercheurs d’aujourd’hui est à trouver dans les travaux de dépouillement au plus près des sources. Le meilleur exemple en est donné par les ensembles qui concernent la reliure carolingienne ; mais de très nombreux éléments d’analyse et d’examen de manuscrits sont dispersés au fil de nombreux dossiers, au gré de leurs sujets, qui concernent souvent des aspects d’histoire de l’écriture dont le repérage n’est pas aisé. Un inventaire détaillé permettra de mieux prendre la mesure de cet héritage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search