Séminaire Paris au Moyen Âge [4] du 18 mars 2022 : « Paris et les listes dans l’œuvre de François Villon »

Comme chaque année et pour confronter les points de vue, une séance du séminaire Paris au Moyen Âge est consacrée au point de vue littéraire sur les sources médiévales.

Mathias Sieffert, « Villon aux Innocents »

Après avoir soutenu sa thèse en 2018 sur L’écriture de la voix. Poétique du rondeau sans musique à la fin du Moyen Âge (1350-1465), Mathias Sieffert enseigne à l’université Paul Valéry de Montpellier.

Dans la littérature du XVe siècle, le cimetière est un lieu où l’on va pour se souvenir de grands noms. Dans le cimetière d’amour de René d’Anjou (BNF, fr. 24399, f. 91r), il y a la partie des bons amants et la partie des mauvais amants. Dans un cimetière, deux logiques s’opposent : d’un côté la liste pour les noms célèbres et de l’autre le pêle-mêle pour le tout-venant. Dans le cimetière des Innocents, se trouvent deux parties correspondant aux rangs sociaux, la partie pour les riches avec des tombeaux et la partie pour les pauvres avec des fosses communes, comme le rappelle François Villon (Testament, CLXII). Au XIIe siècle, il s’agissait d’un cimetière ouvert servant de lieu de passage. En 1186, une enceinte a été édifiée par Philippe-Auguste pour le protéger. Il devient alors un lieu fermé et sacré (cf. Guillaume Le Breton). Le cimetière est aussi un haut-lieu de prostitution (cf. Pantagruel). Les fosses communes sont au cœur de l’enceinte et débordent régulièrement. Elles ont été fermées en 1348 pour des raisons sanitaires. Au XVIIIe siècle, une fosse commune pouvait accueillir 1500 corps. Elles sont vidées régulièrement et les ossements sont entreposés dans la charpente des galeries (charniers). Le cimetière est célèbre pour la Danse macabre (1424) (cf. Journal d’un bourgeois de Paris et gravure de Th. J. Hubert Hoffbauer). Les illustrations sont construites sur un dialogue entre le mort et le vif. Le cimetière des anonymes se transforme par la danse macabre en une énumération des états de la société, c’est-à-dire en une liste. Quelle est la signification de cette liste pour Villon et comment devient-elle une projection littéraire ?

Les « grans lunectes » de Villon

Dans les textes de François Villon, il existe des différences notables entre le « tas pêle-mêle » et la liste. Il utilise le discours homilétique, avec une importance de la vision. Le spectacle est plus qu’une démonstration. Les verbes de vision sont à la fois au présent et au passé. C’est un spectacle édifiant. Les charniers sont la preuve que nous sommes tous mortels (cf. Jean Meschinot, Les Lunettes des princes). Il insiste sur la signification morale de la mort grande égalisatrice, d’après la promesse ou avertissement de la Genèse « Pulvis es… ». Dans son Testament, Villon introduit la séquence sur le cimetière avec les aveugles des Quinze-Vingts à qui il donne de manière ironique ses lunettes. C’est la première mention des Saints-Innocents. Les aveugles ont le droit d’y mendier, mais il y a aussi derrière cette mention la nécessité de retrouver pour tous la vue. L’aveuglement est l’oubli de la mort et le consentement aux illusions terrestres. La mort conduit à une indistinction entre les êtres. On ne possède réellement la vue que si on la comprend.

Dans le Dit des trois morts et des trois vifs de Baudouin de Condé, il y a une contemplation de la mort, de la vermine et de la putréfaction. C’est un appel au lecteur pour voir la mort. Les trois morts sont le reflet des trois vifs, à qui ils tendent un miroir. Le cimetière des Innocents encourage en fait à ouvrir les yeux sur le spectacle de la mort. Guillebert de Metz dans sa Description de la ville de Paris décrit le cimetière des Innocents. Il y a plusieurs inscriptions sur les murs du cimetière. La Danse macabre est une peinture notable qui a disparu lors de la destruction du cimetière. Guyot Marchand donne deux versions de la danse macabre en 1484 et 1486. Plusieurs versions de la danse macabre existent (cf. abbaye de La Chaise Dieu).

« Voyez l’estat divers d’entr’eux ! »

D’après Isabelle le Masne de Chermont, la Danse macabre était répartie sur 10 arcades (17e-26e arcades). L’édition de Guyot Marchand représente chacune des arcades avec deux couples sur une page. Le texte qui accompagne l’image a été attribué à Jean Gerson, parce qu’il avait été copié dans un manuscrit contenant des textes de Gerson. Il a également été attribué à Jean Lefebvre. Jean Miélot propose un dialogue théâtral.

La Danse macabre a inspiré Villon pour l’énumération dans son Testament (v. 305-312). L’esthétique de la liste a été introduite dans trois poèmes célèbres de Villon (Testament, v. 409-412) : « Autant en emporte le vent ». Villon connaît les proverbes. Il y a une forte parenté du testament avec la Danse macabre. Il s’agit d’un investissement compensatoire du poète et du peuple contre les puissants, une charge contre les injustices du monde terrestre. C’est un défoulement compensatoire permettant de représenter les puissants dévorés par les vers. Il n’y a pas de violence physique, mais la Danse macabre n’est pas douce. Elle contient une agressivité satirique, comme on le comprend avec le roi dont la couronne est tombée à terre (« Pensez que humaine nature / Ce n’est fors que viande a vers »). La Danse macabre rappelle l’universalité de la mort, mais avec un déséquilibre social des morts. Les personnes les plus humbles n’y sont que rarement représentées. Un pauvre est introduit en 1495, mais seulement pour souligner la malhonnêteté de l’usurier. En 1486, Guyot ajoute trois figures : un enfant au berceau, un laboureur et un berger. Les deux derniers personnages sont ambigus. Le berger et le laboureur ne sont pas des figures valorisées en milieu urbain. Villon se moque des laboureurs et des bergers.

Aux grands, la Danse macabre adresse des reproches qui sont des topoi. Villon met en scène un « gras chanoine ». Il y a également une décharge agressive contre le personnel judiciaire. C’est au juge d’être jugé. C’est également très critique contre le riche bourgeois. Pour le médecin : « Bon mire qui se sait guérir ». Le chartreux accueille la mort avec soulagement.

L’agressivité passe par le motif de la danse, avec un retournement des connotations de la musique. L’ironie tient au fait que les meilleurs danseurs du monde terrestre sont embarrassés par la chorégraphie sauvage de la mort. Le motif de la danse sert à montrer le mouvement continu de la vie vers la mort. Danser, c’est entrer dans le mouvement de la mort. Dès la naissance on commence à mourir. La mort est un mouvement. Vivre, c’est avoir conscience de l’inéluctabilité de la mort. La danse est l’expérience d’une entrée progressive dans la mort.

La fresque des Innocents est une fresque devant laquelle les passants circulent à pieds. Elle engage le spectateur à entrer dans le mouvement. Elle propose une immersion totale dans un mouvement continu. Les personnages souffrent parce qu’ils ne se sont pas préparés à la mort.

Villon en danseur

Villon peut être considéré lui-même comme un personnage de la Danse macabre, avec une liste éparpillée dans le Testament. La Danse macabre est difractée dans le Testament. Pour Villon, l’Évêque est l’évêque d’Orléans qui l’a fait enfermer. Le Roi est le roi Louis XI qui l’a fait libérer. Le Marchand, c’est Jacques Cardon. Les Clercs de l’université, ce sont Potin et Vitry. Le Berger, c’est Franc-Gontier, etc. La Danse macabre est ainsi incarnée par des individus, avec un effet accumulatif des incarnations. Il apparaît un amour du théâtre, de la farce ou de la sotie. Une véritable procession carnavalesque se dessine à la fin du Testament. La dimension théâtrale est présente dans une gravure de la Danse macabre où le public est salué par un mort. Des représentations vivantes de la Danse macabre ont eu lieu comme à Paris en 1451. Villon se voit comme un comédien prenant plusieurs costumes. Villon s’identifie aux figures du ménestrel et de l’amoureux. Il se voit comme un « puer senex ». La figure de l’enfant apparaît dans l’édition de Guyot en 1486, tout comme la figure du sot pour conclure l’énumération. C’est une figure ambiguë. Toute la pensée de la Danse macabre revient à la voix du sot.

Conclusion

Comment Villon conçoit-il sa mort dans une sépulture individuelle ou dans la fosse commune ? Dans son épitaphe (Ballade des pendus), c’est un mort à l’air libre. À la fin du testament, il pense à une sépulture de poète à Sainte-Avoye. Mort, il veut être vu en peinture et non en chair. Il veut se prémunir de devenir un cadavre en putréfaction parmi les autres.

Discussion

Boris Bove (BB). Au chapitre des realia, le cimetière s’est appelé longtemps cimetière du saint Innocent à cause de Richard de Pontoise, enfant supposé avoir été assassiné par les Juifs. Est-ce que la tombe en hauteur de François Villon ne pourrait pas être une plaque commémorative mentionnée dans les testaments ? Une plaque à hauteur d’homme ?

Mathias Sieffert (MS). Peut-être s’agit-il d’un portrait avec dessin tracé à l’encre ou au charbon.

BB. Il y a la stèle verticale de Nicolas Flamel. Il y a un côté gai dans cette danse macabre. Par rapport à la ville, ce sont des archétypes. Guillebert de Metz fait la liste des Parisiens célèbres qui font le renom de la ville, pour les morts, il n’y a plus que des archétypes. Villon glisse des gens qu’il connaît. Est-ce que ces gens parlent à d’autres que Villon ?

MS. Ce sont des gens peu connus, mais il existe des documents qui permettent de les identifier dans le personnel judiciaire ou universitaire.

BB. C’est un rattachement à la tradition des célébrités parisiennes.

MS. Le texte parle à une petite communauté.

Anne Massoni (AM). Où habitait Villon ?

MS. Sur la rive gauche, dans la paroisse Saint-Benoît le Bestourné.

AM. Le cimetière des Innocents se trouve sur la rive droite.

Agathe Sultan (AS). La mère de Villon faisait ses dévotions aux Célestins dans une communauté de veuves dames. Villon lui fait une sépulture humoristique.

BB. Sur la question des lunettes pour les aveugles, cela fait peut-être référence aux vols concernant des mendiants aveugles. Un procès a été engagé par l’épouse d’un mendiant.

Hélène Noizet (HN). Est-ce qu’il y a d’autres cimetières mentionnés par François Villon ?

Geneviève Étienne (GE). Le cimetière des Innocents est emblématique.

Bénédicte Milland Bove (BMB) mentionne un article publié dans la Revue Moyen Âge sur la Danse macabre par Didier Jugan.

BB. Considérer la Danse macabre comme une compensation à la lutte des classes avec une jouissance de voir les puissants pourrir est une hypothèse soutenable, mais il y a des types qui ne sont pas sociaux.

MS. L’Amoureux est une figure aristocratique, c’est la figure de l’amant. L’enfant en revanche pose problème.

Agathe Sultan, « Dites-moi où. Géocritique villonienne »

Agathe Sultan a soutenu sa thèse en 2005. Elle enseigne actuellement à l’université de Lausanne.

Écrire c’est énumérer des noms pour les lier à des lieux. Dans ces conditions, l’espace serait à lire comme un texte et Paris serait une ville à déchiffrer, même si le texte n’est pas du même ordre que l’espace et que la ville n’est pas un texte. La relation entre le texte et l’espace n’est en effet pas univoque. Face au texte, l’espace cesse d’être évident parce qu’il n’y a pas d’interaction complète entre les deux. Les emplacements sont irréductibles mais non superposables. Il y a interpénétration entre le réel et sa représentation. Ce sont des notions héritées de la géocritique appliquées à la narration contemporaine. L’œuvre de François Villon soulève ces questions. Elle peut être comparée au Dit des rues de Paris rédigé au début du XIVe siècle par Guillot de Paris. Le poète parle de sa ville en la mettant en rimes.

Trois points de vue ont été abordés dans cette communication.

Paris rime-t-il ?

Pour aborder la ville, peut être étudié d’abord l’inventaire des listes de toutes les villes possibles. Dans le Journal d’un bourgeois de Paris par exemple, se trouvent des listes qui mettent en évidence l’importance de Paris. À travers les listes du Tournoiement des dames, du Dit des marchands ou de celui des moutiers, la ville se transforme en pays de Cocagne avec un véritable plaisir de l’énumération et de l’accumulation. Au-delà de ces exemples, chez Villon, l’éloge de Paris renvoie à l’immensité de la ville et à la mise en évidence d’un feuilleté sociologique. Paris se prête à l’entrelacs des différentes listes avec des recoupements entre elles. Guillot de Paris décrit ainsi les rues par quartiers, mais le quartier des Halles a dans sa description un rôle équivoque. Des lieux communs apparaissent dans ces listes qui jouent un rôle de topoi (cf. frères mineurs bons vivants, belles dames de Paris, etc.), mais aussi des lieux de rencontre comme la statue de Duguesclin.

Dans ces listes, se manifestent deux tentations contradictoires : tout recenser en fermant Paris dans ses murailles ou faire une ouverture en-dehors des remparts. Pour Guillot, la liste est limitée dans un Paris corseté, trop petit pour ses habitants. Pour lui, Paris compte 300 rues, mais en additionnant il y a en tout 310 rues. Il est remarquable que cette addition finale soit obtenue par soustraction, sachant que les impasses n’ont pas été prises en compte. Ce n’est pas une rue s’il n’y a qu’un bout. En revanche, les listes de Villon ne sont pas fermées. Dans le Petit et le Grand testaments, les listes de légataires soulignent une modification du paysage urbain, avec une augmentation structurelle qui mène du lai au testament.

Ces listes sont rythmées avec une tension vers l’expansion et des jeux de mots fréquents. Pour Villon, la liste se clôt sur Jean de Calais exécuteur testamentaire. Elle s’inscrit dans la syntaxe d’un memento mori. La ville de Paris serait à prendre ou à laisser dans les listes. Guillot s’approprie la ville avec des rimes équivoques qui lient une rue à une autre. C’est une déambulation énonciative avec des enjambements. Dans le manuscrit BNF lat 24432 (f. 257va), il convient de faire une correction à la ligne 7 d’après la rime (le vers : « La rue de la Huchete a Paris » doit être corrigé en « La rue de la Huchete a pris »). Prendre une rue se comprend comme la posséder tout en l’empruntant. Guillot multiplie les effets de réel avec des expressions qui soulignent son cheminement, par exemple il va s’assoir sur un pont de la Bièvre. Certaines de ces incises sont reprises par Guillebert de Mets dans sa Description de Paris (1434).

Ubi sunt ?

Villon fait et règle ses comptes. Il n’y a pas de rues chez lui. L’espace est découpé en strophes de 8 vers qui sont des octosyllabes. Ce sont des strophes carrées. D’où la présence d’objets carrés dans les biens légués, comme un jardin avec une clôture ou une fenêtre en pré Saint-Jacques. Il donne la ville par quartiers. C’est un paradoxe de considérer Villon comme un Parisien. Selon Rabelais, il se serait réfugié en Angleterre. La question du lieu où il se trouve est difficile à résoudre. La ville de Niort est mentionnée, mais « partie à Niort » veut dire « nier ». Il y a une véritable ubiquité villonienne. Il est parfois en haut, parfois en bas. Il est taraudé par les lieux.

Kouavouar à Parouart

La question du lieu se pose dans des listes plus historiques que topologiques. Le monde apparaît mouvant et flottant, surtout dans la géographie des environs de Paris, comme par exemple pour le Mont Valérien qui ne vaut rien ou Montmartre. Se met en place une hétérotopie à partir d’un proverbe : « Les montagnes de bougent pas », mais Villon déplace ces montagnes. À partir de l’énumération des enseignes, les lieux se mettent à bouger.

L’hétérotopie souligne également le point de vue féminin, avec des fillettes qui saturent l’espace. Villon met en place une véritable cartographie des lieux où se trouvent les filles de joies. L’espace féminin est perçu différemment par Guillot qui prétend avoir perdu sa femme et la recherche dans Paris, mais les femmes ne sont pas nombreuses dans son texte au contraire de ceux de Villon.

Concernant les ballades en jargon (dans le manuscrit de Stockholm), comme « En jobelin où vous avez été », le parler argotique fait lieu et renvoie à la langue des Jobelins.

Discussion

AS. Guillot pourrait avoir laissé de côté certaines rues sans s’y engager. Est-ce qu’il est capable de faire un parcours sans jamais repasser par le même lieu ?

BB. Il est autant que possible linéaire. Il y a une déambulation logique dans son parcours. Il s’appuie sur les représentations des contemporains. Nous pensons toujours en cartes, mais les gens du Moyen Âge pensaient en listes.

AS. C’est une saisie cognitive presque étrangère maintenant. Il y a une virtuosité et en même temps l’intuition d’un plan.

BB. Paris vu à vol d’oiseau

AS. Les deux visions peuvent coexister. Ils avaient une certaine agilité de la représentation de l’espace.

MS. Cette vision peut servir de point de repère pour d’autres villes.

Marlène Helias-Baron (MHB). Cette tradition s’est maintenue longtemps comme on peut le voir avec les gravures établies à partir des tours de Notre-Dame par Charles Meyron à l’époque de Baudelaire.

Benoit Descamps (BD). Certains auteurs ont la même conception de Paris (cf. Guillebert de Mets).

AS. Villon a une vision fragmentaire, alors que Guillot monte sur les hauteurs

BB. Chez Guillot, il y a une érotisation de la ville. La seule activité évoquée systématiquement est la prostitution. Ce qui le rapproche de Villon. Ne font-ils pas cela exprès ?

AS. On peut considérer le Dit des rues de Paris de Guillot comme une sorte de guide bleu.

BB. Avec une évocation des petites femmes de Paris

AS. Chez Villon, cela remonte plus loin, puisqu’il évoque la vieillesse. Les rues amènent le discours vers le féminin.

BB. Les femmes sont surreprésentées chez Villon.

AS. Avec une sorte de projection fantasmatique. Paris était particulièrement connu pour ses prostituées, mais c’était souvent un deuxième métier.

Séminaire_Paris-au-Moyen-Âge_20220318


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search