Séminaire Paris au Moyen Âge [5] du 20 mai 2022 : « Mettre la Seine en liste »

Annonce de la parution des ouvrages suivants :

Jörg Oberste, The Birth of the Metropolis. Urban Spaces and Social Life in Medieval Paris, Brill, 2021

Boris Bove et Gauvard Claude (dir.), Notre-Dame de Paris. Une cathédrale dans la ville : des origines à nos jours, Paris, Belin, 2022

Pierre-Henri Guittonneau, « Un fleuve de papier. Les listes de droits de navigation sur la Seine et ses affluents »

Pierre-Henri Guittoneau, habitué du séminaire, a soutenu en 2014 une thèse intitulée « Entour Paris » : une capitale et ses petites villes sur l’eau au XVe siècle parue aux éditions Garnier en 2016 (Dans l’ombre de la capitale. Les petites villes sur l’eau et Paris au XVe siècle).

Les écrits qu’il a exploités pour ses travaux sur les villes participent de la révolution de la production et de la conservation de l’écrit observée en son temps par Michael T. Clanchy. Il a notamment découvert diverses opérations liées aux péages embrassées par des listes. Si la liste est l’intelligence du péage et de la ville, la ville est de son côté le centre du contrôle multiforme d’après les travaux sur la scripturalité. La liste se présente comme une forme privilégiée de l’écriture et permet de mettre en ordre toutes les informations que le copiste a sous la main. Elle fait connaître la complexité des péages qui sont des lieux de négociation permanente. Les listes conservées concernent des villes en aval de Paris, notamment Mantes-la-Jolie.

Les listes dans tous leurs états. Un corpus varié

D’amont en aval : les listes de lieux de perception

Les lieux de perception dans le bassin de la Seine et leur abondante production de papiers ont bénéficié de nombreux travaux d’historiennes et d’historiens (comme par exemple l’article de Virginie Serna, « Le fleuve de papier. Visites de rivières et cartographies de fleuve (XIIIe-XVIIIe siècles) », dans Médiévales, n°36, 1999, p. 31-41). Dans le bassin de la Seine, on compte 77 lieux de perception, dont 33 sur la Seine elle-même. À Mantes-la-Jolie, ce sont plus de 20 lieux de perception qui peuvent être recensés au début de l’époque moderne. Pour chaque péage, ce sont plus d’une centaine de documents qui ont été produits et conservés, sachant que la dimension fiscale l’emporte toujours.

Trois listes ont été retenues le tarif du sel (BNF, français 1279, f. 83r), le tarif de Troyes en 1436 et les Comptes du domaine de la ville de Paris.

D’une liste à l’autre : l’énumération des droits

Les listes des droits perçus et à percevoir sont les plus nombreuses, comme le péage de l’arche de Corbeil ou le péage des Allegrains à L’Île-Saint-Denis. Ces péages sont perçus sur les denrées et sur les hommes ou bien à la montée ou à la descente, ou bien dans les deux sens.

Cinq catégories de listes sont disponibles : les listes de droits à percevoir avec les tarifs et les coutumes ; les listes contenant les droits d’un ou de plusieurs propriétaires ; les listes de paiements enregistrés par jours/mois ; les listes des privilégiés (exemptés) ; les déclarations certifiées.

Les tarifs sont des inscriptions publiques gravées dans le métal ou le bois sous forme de pancartes. Ces listes signalent les péages aux yeux de tous. On les trouve sur le pont de Melun ou au niveau d’une porte à Mantes. Ces listes-monument peuvent être exposées dans une rue ou un hôtel.

Des listes peuvent également se trouver dans des cahiers, sur des couvertures, dans des reliures. Elles peuvent occuper un seul livre/cahier ou être associées à d’autres documents. Elles peuvent s’emboîter.  Elles peuvent être de simples énumérations linéaires.

Les péages livrent des formes protéiformes dans leur mise en liste.

L’ordinaire des péages : écrire et réécrire

Les listes sont des récits vivants. Elles ne sont pas figées.

Actualiser les tarifs

Les tarifs sont remaniés et actualisés. Ils forment un corpus où règne la variété. Ils sont de longueur variable : entre 30 articles pour le tarif de Conflans-Ste-Honorine et 130 pour celui de Mantes en 1532. Les divergences sont liées à la nature du péage. Certains d’entre eux évoquent les sanctions infligées aux contrevenants. Les articles se terminent par le montant dû au péager en argent ou en nature. Cette profusion de détails est le meilleur moyen pour éviter les contestations.

Les tarifs ne sont pas toujours identiques d’un document à l’autre. Il existe en effet différentes versions des tarifs de Mantes, de Pontoise ou de L’Ile-Saint-Denis. On y trouve des actualisations des noms des ayants-droits, des ajouts ou encore des refontes. À Pontoise par exemple, les religieux de Saint-Martin ajoutent des articles taxés au cours du XIVsiècle. Pour le tarif des Allegrains entre 1375 et 1486, sont affichés en plus les tarifs des sanctions, ce qui permet aux bateliers de connaître le montant des amendes en cas de fraude. Cet ajout peut être le résultat de négociations ou d’une contrainte judiciaire. À Mantes, les échevins ont dû réviser leurs tarifs deux fois au début du XVIe siècle. Comme le pouvoir royal entend supprimer tout péage dont l’ancienneté n’est pas démontrée, les Mantais doivent prouver en 1532 et 1540 la légitimité de leurs péages. Le tarif est alors réformé avec un incipit précisant les limites des péages. Avec l’actualisation des noms des ayants-droits et des propriétaires, ces documents de la pratique sont amenés à varier.

Mettre en forme les listes dans les comptes

Chaque année, la mise en forme est l’affaire de plusieurs hommes qui tissent un véritable réseau documentaire avec une mise en forme rationnelle. Les comptes de perception passent dans les comptes des receveurs. Les listes sont soumises au contrôle des commanditaires et des rentiers.

La tâche d’écrire est confiée à des scribes restés inconnus, alors que les responsables des comptes sont connus. Ce sont des fermiers ou des officiers (receveurs). Certains sont des marchands exerçant ces fonctions au service du roi et de leur ville, comme à Mantes. Ces hommes tiennent les comptes à l’année, sauf en cas de démission, de maladie ou de décès. En 1451, il y a eu trois receveurs successifs.

À Mantes, les listes circulent de mains en mains. Entre 1381 et 1461, les registres des receveurs de la ville contiennent plusieurs comptes qui commencent toujours par le « Petit acquit ». Ces listes sont classées par jour et par mois en fonction du passage des bateaux. Elles contiennent les noms des bateliers et des personnes qui les accompagnent. Les sommes perçues sont calculées par mois. Ces registres, qui ne commencent pas tous en même temps, finissent au mois d’octobre à la fin du mandat du maire et des échevins. Les comptes sont ensuite transmis au receveur de la ville qui les intègre à son registre. Pour le « Petit acquit, le receveur note la somme totale à l’année ou au mois. Le « Grand acquit » est repris intégralement, sauf pour les comptes abrégés.

L’habitude a été prise à la fin du XIVe siècle de rédiger les comptes mois par mois. A la fin du XVe siècle, ils contiennent deux parties : les recettes et les dépenses. À Mantes, le receveur expérimente ce type dans les années 1440 et l’applique systématiquement à partir de 1452. Il y ajoute la liste des rentiers du Grand et du Petit acquit. Des copies sont déposées à la maison de ville dans des sacs de toile pour servir de preuves en cas de procès et à la Chambre des comptes de Paris. Les listes de péages deviennent ainsi des listes à compter, des listes patrimoniales.

Compiler les listes

La conservation des chartes et des registres est un souci constant au Moyen Âge, comme le montre l’exemple du Livre vert rédigé à la demande de Philippe de Vilette, abbé de Saint-Denis, au début du XVe siècle (Archives nationales, LL 1209). Par la rédaction de ces documents, le passé est pris par l’écrit.

Dans un carnet de 13 ff. (Arch. dép. Yvelines, 41 H 52, pièce n° 65), datant du dernier tiers du XVe siècle (11 cm x 27 cm) se trouve une compilation de 15 pièces avec un abrégé du tarif de Mantes.

Pour les Célestins de Limay, un papier des rentes de 153 ff. datant des années 1503-1516 et recouvert d’une feuille de parchemin contient deux sections. L’auteur remonte jusqu’à la fondation. Pour les recettes de chaque rente sont énumérés les précédents titulaires.

Les informations consignées visent à savoir quel est l’ordre de préséance des bénéficiaires pour le prélèvement sur les bateaux. Les listes changent de main, se transforment et se renouvellent. Les feuilles de papier circulent et sont remployées. Ces listes sont produites en ville, fabriquées par une communauté urbaine pour son usage.

La fabrique des listes. Les « hansés » de la marchandise de l’eau de Seine de Mantes

Les listes des marchands hansés de la marchandise de l’eau

La Hanse de Mantes n’est pas une association. Dans les comptes des receveurs de la ville, l’enregistrement des hansés (prénom et nom, domicile et somme acquittée) se fait par retour à la ligne (cf. ANR Polima). 1300 hansés ont été enregistrés, principalement des hommes, mais parfois des femmes. Des accolades sont insérées pour les hommes venant d’une même ville. Le contrôle est mensuel. Dans les années 1430, les listes deviennent plus claires et plus autonomes. Les titres sont plus développés. Ces listes sont passées au crible du contrôle.

De l’hôtel de ville au « livre des hanses »

Se trouvent également des listes de personnes exemptées ou bénéficiant de réduction de hanse (enfants et femmes des hansés par exemple). Une fois la hanse acquittée, l’impétrant reçoit une lettre appelée « Mémorial » dont un double est rédigé. La hanse est de 60 sous payée une fois pour toute. Le hansé doit également payer 4 sous pour le droit du clerc. Le nom du récipiendaire est ensuite inscrit dans une liste régulièrement révisée. Les listes circulent et intègrent le « Livre des hanses » qui contient les noms des hansés de l’eau et des marchands et des métiers de la ville.

 « Le bien universel de ladite ville ». L’usage des listes

À la sortie de la guerre, tout marchand forain venant vendre du vin bénéficie d’une exemption de la hanse pour trois ans. Les listes sont un outil. En 1454, le conseil de ville reconnaît avoir besoin d’argent et cherche à faire entrer le plus de hanses possibles. Les hanses doivent être acquittées. C’est un droit de circulation et le quatrième poste de recettes de la ville. Les échevins peuvent compter sur l’aide d’informateurs parisiens qui dénoncent des personnes non hansées. Les sergents surveillent les déchargements de nuit, s’assurent de la circulation des marchandises. Le sergent doit contrôler les lettres. Les listes des hansés jouent ainsi un rôle dans le contrôle des hommes. Elles servent à la mémoire du paiement effectué de la hanse.

Elles servent également à la mémoire des hommes qui ont rendu des services à la ville. La hanse est un moyen de renforcer les liens avec quiconque peut apporter une aide à la ville aussi bien spirituelle que matérielle. Elle permet un complément du gage du clerc et des sergents. Dans les délibérations du conseil et dans les listes elles-mêmes, apparaissent des justifications aux réductions.

Même si le « Livre des hanses » a disparu, les listes demeurent. Ces listes des hansés de la marchandise de l’eau de Seine apparaissent comme des listes ouvertes. Elles soulignent les liens entre les hansés et entre les habitants de Mantes.

Conclusion

Si le bassin du Rhône dispose de la documentation consacrée aux péages la mieux conservée, pour celui de la Seine, les pertes ont été vertigineuses. Il reste néanmoins une belle collection de listes qui permettent une approche des usages des écrits au Moyen Âge. Ces listes ordonnent les informations à des fins mémorielles ou juridiques. Elles participent de la culture de l’écrit au Moyen Âge comme l’avait montré Pierre Chastang dans son introduction. Elles sont un moyen vivant de gouverner les hommes et la Seine.

Questions

Boris Bove (BB). Cette présentation donne envie d’explorer ces documents finalement encore peu étudiés.

Pierre-Henri Guittonneau (PHG). Concernant les péages, une Thèse d’École des Chartes a été soutenue en 1968 sur Mantes par Annette Philippe (Le péage par eau de la ville de Mantes dans la première moitié du XVe siècle). Michel Mollat et Robert-Henri Bautier ont cosigné un article : « Le trafic fluvial sur la Seine au pont de Meulan, au milieu du XVe siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du comité des travaux historiques et scientifiques », 1960 (1959], p. 251-296. Ont également été étudiées les rentes et exemptions du péage de la Roche-Guyon en 1889.

Caroline Bourlet (CB). La thèse reste dans l’axe de l’histoire économique sur la Seine. Dans cette documentation, chacun des rentiers a pu développer le même système de comptabilités. C’est une époque très moderne qui se caractérise par une multiplication des écrits. On voit dans ces listes qu’il y a un nombre important de gens qui ont des droits d’accès.

PHG. Les registres écrits et contrôlés sont portés à Paris. Il y a beaucoup de choses à découvrir chez les Célestins de Limay. Les droits de navigation étudiés au XIXe siècle.

BB. Dans les années 1960-1970, les historiens se sont intéressés à la crise économique. La liste conduit à s’intéresser à la mémoire de la communauté des hansés. La ville procède à la délimitation du territoire par la liste des rues. Les hansés sont une communauté de marchands qui se superpose à la ville. C’est une communauté à l’échelle du bassin de la Seine.

PHG. Cela crée un peu de communauté entre les marchands.

BB. Il y a une ambiguïté. La hanse est un droit de commercer en passant par une ville, mais avec des objectifs charitables et une certaine solidarité entre les membres. Ce serait une sorte de confrérie.

CB. Si par exemple un marchand hansé de Honfleur meurt à Mantes, est-ce qu’il a une sépulture organisée par la hanse ?

BB. Il y a la mention d’un cas d’une distribution de pain après la mort d’un marchand, mais un seul cas.

CB. Comme ce sont les voituriers qui circulent sur le fleuve, ils doivent avoir la lettre prouvant le paiement de la hanse.

PHG. Le voiturier incapable de montrer la lettre peut faire appel à un facteur présent à Mantes. Des Mantais peuvent également se porter caution pour des voituriers. C’est bien le voiturier qui montre la lettre.

CB. Les marchands qui circulent sur la Seine doivent être hansés à Rouen, à Mantes, ou encore à Paris.

PHG. Le paiement se fait une fois pour toutes. Certains marchands partent du principe que leur nom est enregistré dans les archives. Les sergents de la ville vont à Paris ou à Rouen pour voir les lettres ou pour s’assurer du paiement.

BB. Les listes servent de référence.

PHG. Pour les « acquits », s’il n’y a pas assez d’argent qui arrive, les rentiers conservent leurs droits. L’institution qui recueille l’argent doit payer la rente. À Mantes, il y a eu une confiscation des comptes de la ville par un rentier.

BB. La ville prend sur une autre recette pour payer la rente. Un trafic peut varier, mais la rente est fixe.

PHG. Au début du XVe siècle, les rentiers touchent peu, mais quand ils n’ont rien et qu’ils ne touchent pas assez, ils font appel au roi. Ils doivent toucher intégralité de leurs rentes.

CB. Dans le « Livre des hansses », combien y a-t-il de hansés par an ?

PHG. Cela va de 20 à 400. En 1420, il y en a 400, mais il n’y a eu aucune hanse en 1419.

BB. Les hansés sont les nouveaux inscrits.

CB. Pour retrouver un nom, il faut une organisation.

PHG ignore comment ce livre était organisé. Ils ont du mal à retrouver les noms.

BB. Certaines listes présentées en colonnes par retour à la ligne ou en paragraphes. Est-ce une question de typologie de document ? Est-ce que cela change pour l’usage ?

PHG. Sur une feuille de parchemin, on trouve 130 articles. C’est un acte scellé, recopié dans un cahier. Ces copies ne jamais vraiment datées. Elles sont peut-être en lien avec les édits royaux qui reviennent à intervalles réguliers.

Pierre Marchandin, « Mettre la Seine en liste. La Seine dans les censiers de l’abbaye de Saint-Magloire »

Pierre Marchandin a soutenu en 2021 sa thèse intitulée Moulins et énergie à Paris du XIIIe au XVIe siècle. Elle est en cours de publication.

Sa présentation s’appuie sur les censiers de l’abbaye de Saint-Magloire conservés dans les séries L et S des Archives nationales. Ils permettent de saisir la topographie de la ville et de comprendre l’occupation du territoire sur le long terme.

La Seine au Moyen Âge est partie intégrante de la ville. C’est son cœur battant ou plutôt sa colonne vertébrale, alors qu’elle est aujourd’hui mise à distance par les quais et les routes. Elle est au Moyen Âge un prolongement de la ville. Les seigneurs ont en effet des droits sur l’eau, comme ils en ont sur les terres.

Malgré les pertes, quelques censiers de l’abbaye de Saint-Magloire ont été conservés. Valentine Weiss a pu proposer en 2009 un tableau de ce qui a existé et des épaves. Trois-quatre censiers ont été utilisés pour montrer l’évolution de la Seine du XIIIe au XVIe siècle.

La censive de Saint-Magloire

La censive de Saint-Magloire s’étend sur l’île de la cité autour de l’église Saint-Barthélemy et dans quelques pâtés de maison sur la rive droite. Le cours de l’eau est divisé entre plusieurs seigneurs. Les droits royaux ont été concédés à des seigneurs de l’eau. Quatre seigneurs se partagent ces droits : le roi en amont, Saint-Magloire entre le chevet de Notre-Dame et le Grand Pont de Paris (non compris), le chapitre Notre-Dame et Saint-Germain-des-Prés en aval.

La seigneurie de l’eau de Saint-Magloire représente une petite portion de 1 km, mais une portion importante puisque c’est à cet endroit qu’arrivent les marchandises. Pour en disposer, les moines de Saint-Magloire ont interprété un diplôme de Louis VI qui leur donnait une pêcherie. Ils ont mis plusieurs années pour constituer cette seigneurie.

Le seigneur de l’eau est un seigneur foncier classique dont la terre est inondée. Il a des droits sur les constructions : moulins et pêcheries. Il accorde le droit de ficher des pieux dans le lit de la rivière. Il a des droits sur la pêche, puisque personne ne peut construire de pêcheries sans l’accord de Saint-Magloire. Il n’a en revanche aucune prérogative sur la circulation des marchandises.

Le censier de 1274, photographie de Paris à son optimum

Le premier censier de Saint-Magloire est daté par Valentine Weiss de 1274. Il représente une photographie des possessions du monastère à un moment où Paris atteint son optimum, avant les destructions provoquées par une crue de la Seine en 1296. Il a été recopié dans un cartulaire de Saint-Magloire (Archives nationales, LL 39). Il apparaît comme quelque chose d’un peu solennel, doté d’un préambule. Il est organisé de manière géographique.

Les moulins qui y sont énumérés sont les moulins des Barres et les moulins aux Juifs. Des droits sont reçus pour ces fichages de pieux. 50 moulins sont énumérés sur une portion de 800 m.

Les propriétaires de moulins sont souvent des bourgeois de Paris. 37 de ces moulins sont possédés par des laïcs, 13 par des établissements religieux (Saint-Martin-des-Champs, etc.), sachant que le moulin peut être exploité par un locataire. Il n’y a qu’un seul boulanger. Le cens varie d’un propriétaire à un autre. Pour les moulins, le cens va de 1 à 15 sous. Pour certains moulins, il n’y a pas de cens mentionné. 

Concernant la forme des moulins, ce sont des moulins posés sur des bateaux (BNF, français 2092, f. 37v). Certains moulins se trouvent sur des plateformes placées sur des pieux. Les moulins-bateaux sont des biens meubles qui ne paient pas le cens, contrairement aux moulins sur des plateformes. Tous ces moulins peuvent s’adapter aux fluctuations du niveau de l’eau

Les censiers ultérieurs

Dans les censiers ultérieurs, chaque item paie un cens. Dans celui de 1294-1308 (Arch. nat. S 1193, n° 4), dans la rubrique concernant les moulins, apparaissent seulement dix moulins. Il y a eu une campagne de destruction par la prévôté des marchands de tout ce qui nuit à la circulation dans le lit du fleuve. D’après les censiers du XVIe siècle (Arch. nat. S 1194), la Seine s’est vraiment vidée de ses moulins.

Conclusion.

L’usage des censiers est utile pour mesurer l’occupation des lieux, mais il ne faut pas se limiter à l’immobilier. En effet, un certain nombre de moulins sont flottants. Saint-Magloire n’a pas de censier spécifique pour la Seine et ses censiers livrent une photographie limitée.

Questions

BB. Cette présentation des moulins donne un bel aperçu de la recherche.

CB. 50 moulins dans cet espace dense représentent un problème pour le trafic sur Paris qui compte plus de 100 000 habitants à cette époque. On demande aux nefs de s’arrêter avant de pénétrer dans cet espace. Où sont les autres moulins ?

Pierre Marchandin (PM). Les nefs s’arrêtent avant les moulins.

CB. La rupture de charge fluviale explique l’importance des bateliers qui déchargent et rechargent.

PM. Les autres moulins sont sur la Bièvre dès Rungis, de l’embouchure de la Marne à Charenton. Les moulins sont installés dans des espaces qui ne permettent pas la circulation. D’où la présence de moulins sous les ponts.

Marlène Helias-Baron (MHB). Concernant le Petit cartulaire LL 39 et le censier de 1274 inséré au début du recueil, il ne faut pas confondre avec l’autre censier daté de 1294. Il convient de se reporter aux travaux de Lucie Fossier et d’Anne Terroine sur le chartrier de Saint-Magloire à ce sujet. Une étude codicologique du manuscrit a-t-elle été faite ?

PM. Cela reste à faire à cause de la reliure qui est trop serrée.

CB. Pour l’impôt payé par les talemeliers de Paris, on a les noms et les sommes payées sur 18 mois. On peut voir combien ils ont pu faire de pains. Cela peut être comparé avec les 50 moulins. Les talemeliers parisiens contribuent moins que les marchands du dehors.

PM. Quelle était la quantité de blé qui pouvait être moulue par les moulins parisiens ? Combien de temps les moulins tournaient sur la Seine ? Il y a une stabilité de l’autonomie de la ville de Paris. De 40 à 60 % du blé était moulu intra-muros.

BD. La Seine était très encombrée. Y a-t-il des traces de problèmes posés aux moulins par les activités industrielles qui utilisent la Seine comme égout.

PM. Les moulins portent préjudice à la navigation. Il y a des mentions de bateaux qui finissent dans la roue des moulins. Sur la Bièvre, les conflits sont plus nombreux. Les retenues d’eau pour les moulins lèsent les tanneurs. Les conflits sont nombreux sur les petits cours d’eau à faible débit.

Séminaire_Paris-au-Moyen-Âge_20220520


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search