L’IRHT dans les bibliothèques pendant les années de pandémie, 2020-2022*

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé déclarait une pandémie de Covid-19 qui allait bouleverser le monde, notre vie et notre travail pendant près de deux ans.

Les campagnes de reproduction menées par l’équipe du Service Images de l’IRHT, se sont fortement ralenties, louvoyant entre deux confinements, pour réussir, malgré cela, à rapporter une très belle moisson numérique. Les campagnes concernaient principalement l’Auvergne, le Centre et les Hauts-de-France, avec quelques escapades en Bourgogne et Île-de-France.


En Auvergne-Rhône-Alpes : au Puy-en-Velay, une cinquantaine de manuscrits reproduits, dont la Bible de Théodulphe, du début du IXe siècle, écrite en partie sur parchemin pourpre (Bibliothèque diocésaine, ms. L1) ; une octantaine provenant des bibliothèques d’Annecy, de Chambéry, de Valence et de Vienne ; une dizaine de Roanne ; huit de Montbrison. Enfin, sous la houlette du Frère Jean-Bénilde, reproduction de vingt-huit manuscrits à l’abbaye Notre-Dame de Tamié. Il reste à numériser les très beaux fonds de la Bibliothèque de la collégiale de Saint-Bonnet-le-Château et du Musée Mandet à Riom.

En Bourgogne : à la Bibliothèque de Dijon, vingt-quatre manuscrits numérisés pour le Catalogue des manuscrits orientaux et une trentaine de latins, dont le ms. 3114, fragments et défets de reliure d’un Nicolas de Lyre, du milieu du XIVe siècle, joliment orné mais bien maltraité. À Saint-Claude, numérisation d’une quinzaine de manuscrits. Une visite, avec Claudia Rabel, à la bibliothèque diocésaine de Besançon, nous a permis de découvrir et pré-cataloguer une quinzaine de manuscrits, dont un joli fragment d’un commentaire sur les épîtres de saint Paul par Pierre Lombard. Une première mission de reconnaissance et de travail dans les archives du monastère Sainte-Claire de Poligny nous donne l’espoir de pouvoir y retourner pour la numérisation : les bréviaires dits des princesses (deux filles de Jacques de Bourbon (Isabeau et Marie), Élisabeth de Bavière et Catherine d’Armagnac dite de La Marche) trésors du monastère, sont émouvants.

Besançon, bibliothèque diocésaine, ms. 6

En Région Centre-Val de Loire : numérisation d’une trentaine de manuscrits à Châteaudun (capitale du Dunois et héritière des bibliothèques de l’abbaye Saint-Florentin de Bonneval, de l’abbaye de la Madeleine de Châteaudun et de 920 volumes des maisons religieuses de Chartres). Découverte d’un fragment enluminé du volume IV du Miroir Historial dans la traduction de Jean de Vignay dont trois autres fragments subsistent aux AD de l’Indre-et-Loire (cf. le billet de Marie-Laure Savoye). À la Médiathèque l’Apostrophe de Chartres, complément du projet autour des manuscrits sinistrés de Chartres, 311 liasses de fragments numérisées. La campagne à Angers touche à sa fin. Nous pouvons ici rendre hommage au docteur Alex Brunet, dont la mort brutale en septembre prive Angers et notre communauté d’un grand collectionneur. La numérisation des quelque 600 manuscrits de la bibliothèque de Tours a commencé notamment avec une vingtaine de manuscrits dans le cadre du programme franco-allemand Coenotur (Touraine monastique, fin VIIIe-XIIIe siècles).

Chartres, médiathèque l’Apostrophe, ms. 314, fragment 225

Dans les Hauts-de-France : poursuite d’une très importante campagne, commencée en 2018, à Arras, Médiathèque de l’abbaye Saint-Vaast (à ce jour, 887 manuscrits en ligne). À Valenciennes, dans le cadre d’un partenariat Biblissima, numérisation en cours pour le projet de recherche “La Bibliothèque bénédictine de l’abbaye de Saint-Amand, VIIIe-XVIIIe s.”, soit 220 manuscrits. Fonds plus petits, mais non moins intéressants : Saint-Quentin (Médiathèque, Archives de la basilique et Musée) ; Amiens et Compiègne (Musée Antoine Vivenel).


En Île-de-France, plusieurs campagnes menées de front. À Saint-Denis, quatre manuscrits reproduits. À Paris : Alliance Israélite Universelle (75 manuscrits) ; Bibliothèque Sainte-Geneviève (1 000 manuscrits, trente mois de travail estimé, encadré par le Service Images) ; Bibliothèque de l’Assemblée nationale (une soixantaine de manuscrits reproduits et vingt-cinq incunables peints, dont un exemplaire enluminé de la Bible-à-48-lignes imprimée par Johann Fust et Peter Schoeffer en 1462).

Cet aperçu des campagnes menées par l’équipe du Service Images (Gilles Kagan et Alexane Trubert, assistés de différents CDD, devant être formés et encadrés) montre combien cela nécessite d’énergies, tant dans la préparation en amont (visites, établissement des listes et des conventions), que dans la numérisation au sein même des bibliothèques et dans la mise en ligne sur la bibliothèque virtuelle de l’IRHT – travail éminemment chronophage. Toutes ces données vont prochainement se trouver sous une seule interface : Arca, Bibliothèque numérique de l’IRHT, répertoire des cotes de manuscrits, incunables et livres anciens conservés dans les bibliothèques du monde entier.

*Article publié dans le numéro de novembre 2022 du Bulletin de l’Association des Amis de l’IRHT.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search