Le Flavius Josèphe de l’abbaye Saint-Père-en-Vallée à Chartres

Dans le cadre d’un stage en juin-juillet 2022 à la section des Manuscrits enluminés, le manuscrit 29 du fonds chartrain a été remis en ordre physiquement à la bibliothèque municipale et virtuellement dans la BVMM.

Cette copie latine de Flavius Josèphe datée de la seconde moitié du Xe siècle et provenant de l’abbaye Saint-Père-en-Vallée de Chartres, est maintenant aussi pourvue d’une notice détaillée (accessible ici). Le travail a été grandement facilité par l’étude de Laura Pani (2020) qui proposait une reconstitution du volume.

Ce manuscrit, parvenu jusqu’à nous dans un état fragmentaire, contient une partie des œuvres dites majeures de Flavius Josèphe, à savoir les Antiquités judaïques (livres I-XII ; XVII-XX) et la Guerre des Juifs (livres I-VI), en traduction latine. Il y avait également le Tractatus de die Paschae du Pseudo-Césaire d’Arles, compilant un sermon d’Eusèbe le Gallican et un autre d’un Pseudo-Augustin. Aujourd’hui détruit, ce traité n’a été retrouvé que dans un seul autre manuscrit, du VIIIe siècle et probablement copié en Bavière du sud (Würzburg, UB, M. p. th. f.28, f. 15v-17v).

Le décor du manuscrit est simple, réalisé à la plume et à l’encre, probablement par les copistes eux-mêmes, mais il propose une variété considérable d’éléments : personnages, initiales figurées, initiales ornées, signes de dépassement. Ce décor était si varié qu’il a été difficile de faire des sous-catégories pour le synthétiser. Malheureusement, les personnages se trouvant essentiellement sur les marges extérieures, peu en ont été conservés. Parfois identifiés par des inscriptions, ils étaient pour la plupart, sinon tous, en lien avec la narration, ce qui fait du ms. 29 de Chartres un des premiers manuscrits de Flavius Josèphe comportant des illustrations.

Figure 1 : f. 116v (détail), personnage surmonté de l’inscription « Timotheus ».

En plus d’une fonction esthétique, le décor participe à l’organisation du texte qui est structuré par des incipits, des explicits, des tables des chapitres, une numérotation des paragraphes et des initiales. Un tableau récapitulatif, en annexe de la notice détaillée, permet de mieux comprendre l’articulation des livres.

Comme d’autres manuscrits de Flavius Josèphe, celui de Chartres signale certains passages importants pour les chrétiens, car relatifs aux vies de Jésus, de Jean-Baptiste et de Pilate, en ajoutant en marge des titres en capitales rustiques (f. 125r, 127r, 182v, 193r).

Nous avons également relevé une annotation dont la formulation « uidelicet anno Domini MoCCCo LXVIIo » se retrouve dans la préface du catalogue du XIVe siècle de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Père, datant de la même année 1367. L’écriture comporte des points communs avec celle du bénédictin en charge de la bibliothèque (voir la planche en annexe de la notice détaillée, p. 11). Cette mention aujourd’hui tronquée témoigne de l’intérêt pour les manuscrits anciens de Saint-Père, au moins du moine bibliothécaire, encore à cette époque.

Figure 2 : F. 197r (détail) éclairé à la lampe de Wood (crédits : K. Briard).

Enfin, plusieurs parallèles ont pu être dressés avec d’autres manuscrits de Flavius Josèphe. Comme dans le ms. 29, le texte du Paris, BnF, latin 5763 (f. 113r-180r) comporte un déplacement de texte du livre XVII au livre XIX ; cette copie provient sans doute de l’abbaye Saint-Benoît de Fleury et a été datée par François Avril du XIe siècle. La représentation du copiste Rotbertus (f. 244v) amène à comparer le ms. 29, comme l’avait déjà fait Laura Pani, avec un manuscrit de Berne (Burgerbibliothek, Cod. 183) qui est probablement originaire de Fleury (fin Xe – début du XIe siècle) et qui a été signé par un copiste du même nom, sans doute identique à celui du manuscrit de Chartres. Enfin, une rapide comparaison a été faite avec un autre manuscrit de Berne (Burgerbibliothek, Cod. 50), produit à Saint-Mesmin de Micy près d’Orléans (Xe siècle), appartenant à la même famille textuelle et possédant comme le ms. 29 des figurations d’apôtres. On pourra se référer à la thèse de Veronika Drescher (2021) pour comprendre les liens qu’entretiennent les abbayes de Saint-Père de Chartres, Saint-Benoît de Fleury et Saint-Mesmin de Micy.

Ketsiah BRIARD


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search