Séminaire Paris au Moyen Âge [1] du 18 novembre 2022 : « Paris et les bonnes villes : introduction »

Le groupe de travail sur Paris au Moyen Âge s’est agrandi avec l’arrivée de trois nouveaux membres Adrien Ferré, Cléo Rager et Thomas Schneider. Il aura lieu pour l’année 2022-2023 aux Archives nationales (Paris, salle d’Albâtre). Une journée d’étude est prévue sur le Campus Condorcet le 16 juin 2023. Elle est organisée par Adrien Ferré et Thomas Schneider.

La liste de diffusion du séminaire (https://groupes.renater.fr/sympa/info/paris_au_moyen-age) comprend 84 abonnés au 4 janvier 2023. Il convient de s’y abonner pour recevoir les informations.

Deux soutenances de thèse ont été annoncées :

  • Lionel Germain, La fabrique sociale du gouvernement : pragmatique et symbolique des écrits urbains dans le Rouergue médiéval (milieu du XIIe-milieu du XIVe siècle) (2 décembre 2022) ;
  • Louis Genton, L’institution et l’écrit. Une histoire documentaire de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés (IXe-XVe siècles) (10 décembre 2022).

Boris Bove, avant de commencer les travaux, propose une courte introduction sur l’expression « bonne ville » qui est une question d’histoire urbaine et d’histoire politique.

Voir :

  • Bernard Chevalier, Les Bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4802060m).
  • Albert Rigaudière, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, 1993 (« Qu’est-ce qu’une bonne ville au Moyen Âge ? », p. 1-51).
  • David Rivaud, Les villes et le roi : Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’État moderne (v. 1440-v. 1560). Nouvelle édition [en ligne], Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2007 (généré le 04 janvier 2023). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/25117>. ISBN : 9782753523630. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.25117.

Cléo Rager, « Les ‘bonnes villes’ de France, enjeux discursifs et imaginaire urbain »

Cléo Rager est actuellement ingénieure de recherche dans le laboratoire Alithila (ULR 1061 – Analyses littéraire et histoire de la langue, Université de Lille).

Une ville en ses archives. Institutions municipales, communautés d’habitants et pouvoir royal dans une « bonne ville » de la fin du Moyen Âge, Troyes (XIIIe– début XVIe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, à paraître.

« Étudier les ‘bonnes villes’ de la fin du Moyen Âge : plasticité historique et réinterprétations historiographiques », Histoire urbaine, Hors-série n°1, 2021, p. 29-45 (https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2021-HS1-page-29.htm).

Le thème de la « bonne ville » est un thème glissant, qui a une véritable plasticité en fonction du point de vue historiographique. La « bonne ville » a une signification claire pour les gens du Moyen Âge.

Compréhension du thème de « bonne ville » chez les historiens

Le terme a connu des fluctuations depuis le XIXe siècle. Le terme de « bonne ville » est un terme honorifique au début du siècle sous Napoléon. Cela concerne 36 villes qui ont le privilège d’envoyer leur maire au sacre de l’empereur. Dans le dictionnaire de 1835, ce terme a une coloration juridique et politique. Le titre est attribué de l’extérieur ou d’après des critères internes. C’est un statut juridique spécifique. Dans le Dictionnaire du Moyen français, la « bonne ville » est une « ville privilégiée, fortifiée, ayant des magistrats jurés, tenant du roi le droit de bourgeoisie avec affranchissement de la taille, représentant une force politique avec laquelle le souverain doit compter et composer ». On trouve une définition proche chez Isidore Le Brun (La Bonne ville, ou Le Maire et le jésuite, 2 vol., Paris, 1826).

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les significations se multiplient. La « bonne ville », c’est la grande ville. Les historiens des villes préfèrent ne pas utiliser le terme qui suscite leur méfiance. Les années 1970-1980 représentent une époque charnière avec le développement d’études sur la genèse de l’Etat moderne. Une nouvelle réflexion sur la place des villes dans le royaume se développe. Les villes ne sont plus vues comme soumises au prince, mais comme des acteurs (cf. A. Rigaudière et B. Chevalier). La « bonne ville » s’autonomise par rapport au roi. Les procédures qui tendent à prouver le rayonnement de la « bonne ville » sont mises en évidence. La « bonne ville » est en effet une réalité complexe et vivante aux yeux des contemporains. B. Chevalier traite des rapports entre le prince et les « bonnes villes ». Dans les années 1300-1340, les « bonnes villes » sont dans l’opposition au roi. Les années 1340-1450 sont une période d’entente cordiale. Après 1450, l’entente est parfaite. La « bonne ville » est le modèle de la ville des XIVe et XVe siècles.

Les travaux entrepris rencontrent un écho limité. Les monographies des années 1980-1990 utilisent peu les modèles développés par A. Rigaudière et B. Chevalier. Il y a une difficulté à saisir les aspects sociaux et économiques de la bonne ville. Dans Les mots de l’identité urbaine à la fin du Moyen Âge (la (Histoire urbaine, 2012/3, n° 35 ; https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2012-3.htm), le syntagme « bonne ville » est absent. Hélène Noizet reprend le terme en 2014 (« La ville au Moyen Âge et à l’époque moderne. », EspacesTemps.net [En ligne], 2014 | Mis en ligne le 7 octobre 2014, consulté le 07.10.2014. URL : https://www.espacestemps.net/articles/la-ville-au-moyen-age-et-a-lepoque-moderne/). Pour elle, la « bonne ville » est un modèle urbain pour les XIVe et XVsiècles, c’est-à-dire « celui de la ville qui se construit avec l’État royal ».

Il faut voir la « bonne ville » comme l’identité des villes aux XIVe et XVe siècles. Cela a un effet sur les représentations sociales, ce qui permet une réconciliation entre les deux domaines d’études. Est-ce que la « bonne ville » renvoie à une identité précise au Moyen Âge ?

Les différents domaines dans lequel on trouve ce thème :  domaine littéraire, chancellerie royale et usage municipal

Qu’entendent les contemporains avec la notion de « bonne ville » ?

Les bonnes villes dans la littérature : un imaginaire urbain spécifique ?

Dans la base de données Frantext (https://www.frantext.fr/) pour la période comprise entre 1300 et 1599, se trouvent 468 textes lemmatisés (XIVe-XVIe siècles), dont des registres du Châtelet. 77 textes contiennent le terme « bonne ville ». La majorité d’entre eux date du XVe siècle. Le genre le plus représenté concerne les récits de voyage avec quatorze auteurs depuis Jean de Mandeville (1360). Les villes nommées se trouvent principalement en dehors du royaume de France. Ces récits de voyage concernent souvent des pèlerinages vers la Terre Sainte.  

Pour Gilles le Bouvier, Livre de la Description des pays, 1451, il y a des bonnes villes et il y a des villes qui n’en sont pas. Cette réalité n’est jamais expliquée, mais son point de vue est politique. Pour Bertrandon de la Broquière (1455), le terme de « bonne ville » n’est pas équivalent aux autres. Le Voyage de l’Anonyme de Rennes (1480) est un guide de pèlerinage avec une énumération de « bonnes villes » françaises, comme Montargis, La Charité, Nevers etc. D’autres villes de même ampleur ne sont pas dites « bonnes villes ». On y voit une gradation avec l’utilisation de « très bonne ville » pour certaines, comme Venise dite « moult bonne ville ». Pour Froissart, dans le troisième livre de ses Chroniques (1390), le terme de « bonne ville » appliqué à des bonnes villes en dehors du royaume de France, comme pour les « bonnes villes de Bretagne ». Chez les auteurs proches de la chancellerie française, on parle de « bonne ville », principalement pour Paris (cf. Nicolas de Baye). Clément de Fauquemberg (1421) énumère comme « bonnes villes » : Paris, Noyon, Compiègne, Senlis, Meaux. Pour Juvénal des Ursins (1440), Paris est la « bonne ville » par excellence. Le terme « bonne ville » a une signification et une identité.

Les « bonnes villes » : quelle utilisation de l’expression par la chancellerie royale ?

Il existe deux ensembles de textes : des formulaires et des listes de villes dans les registres et les ordonnances des rois de France (cf. O. Canteaut).

Les listes de bonnes villes dans les registres

Dans le registre Noster de la Chambre des Comptes (BNF, Latin 12814, f. 208), on trouve une liste sur quatre colonnes des gens des bonnes villes venus pour un accord. Paris ne s’y trouve pas. Il ne s’agit pas de listes des bonnes villes, comme on peut le voir avec AN, JJ 58, f. 55 (1317-1320) et AN, JJ 79, f. 30v-31r (1337). Au XVIe siècle, la situation change. On trouve en effet un formulaire de la chancellerie royale qui contient une liste de bonnes villes (BNF, français 5500). Il y a une distinction entre les « bonnes villes » et les « autres villes ». Ces qualificatifs changent d’une liste à l’autre. Dans l’Atlas du Moyen Âge, une spatialisation a été proposée par O. Guyotjeannin. Ce sont principalement des villes du Nord, même si Montpellier est souvent citée. Les variations se retrouvent dans les formulaires.

Les bonnes villes dans les ordonnances des rois de France

Dans les ordonnances des rois de France, on ne trouve pas de logique administrative, mais l’usage d’un vocabulaire de la distinction et de l’affection. En étudiant le nombre de mentions par année de « bonne ville », on constate une baisse à la fin du XVe siècle. Le terme est utilisé fréquemment pendant la guerre civile, notamment par Henri VI (roi d’Angleterre et de France, après le traité de Troyes).

Certaines villes sont mentionnées plus de deux fois, mais beaucoup de villes n’ont qu’une seule occurrence. La mention générale « bonne villes du royaume » apparaît 107 fois. La « bonne ville » par excellence selon les ordonnances, c’est Paris (« notre bonne ville de Paris ») mentionnée 133 fois ; Tournai (10 fois), Rouen (7 fois), Lyon (3 fois) et plutôt dans la seconde moitié du XVe siècle.

Sous Louis IX, sont citées les « bonnes villes du royaume ». Paris passe ensuite devant. Sous Charles V, le terme « bonne ville » est liée aux fortifications.  On parle en effet de « bonne ville fermée ». Il y a un lien fort entre la « bonne ville » et les fortifications. Paris est la principale des « bonnes villes ».

Concernant Paris, le terme « bonne ville » est fréquemment utilisé dans les statuts de métiers. Ce n’est pas un synonyme de capitale, puisqu’est employée l’expression « Notre bonne ville de Paris qui est notre capitale ». La fidélité de la ville au roi ne semble pas être un critère.

L’usage du terme se fait en fonction des clercs de chancellerie. Il apparaît sur des monnaies ou dans des statuts de métiers, c’est-à-dire des objets et des textes qui ont vocation à être diffusés. Les clercs spécialisés travaillent avec des formulaires. Le corpus n’est pas exhaustif.

Une appropriation municipale ?

Concernant la ville de Troyes, il existe une correspondance avec d’autres villes ou avec le roi. Le terme de « bonne ville » n’apparaît pas dans les ordonnances royales. Les occurrences de « bonne ville » renvoient à une catégorisation générique. Comme les habitants de Reims en 1377 qualifient Troyes de « bonne ville », on comprend que le terme dépasse la relation au roi. Les habitants de Troyes quand ils écrivent au roi ou au prince utilisent le terme de « capitale » de la Champagne, mais pas celui de « bonne ville ». Les privilèges donnés par le roi sont associés au statut de capitale. Après 1470, le terme de « bonne ville » est plus présent sous la plume de diverses personnalités de la ville. Ce constat se retrouve à Amiens dans les registres de délibérations en 1464. L’appropriation municipale si elle existe est tardive. A la fin du XVe siècle, la « bonne ville » devient un instrument de consensus autour de l’élite urbaine.

Conclusion.

Paris n’est pas seulement la première des « bonnes villes », mais elle est le modèle des « bonnes villes ». Pour le roi, c’est sa « bonne ville ». L’appropriation du terme par les autres villes et les élites urbaines se fait plus tardivement. La « bonne ville » est autonome.

Discussion

Boris Bove (BB) : C’est un discours. Qu’est-ce qu’il y a derrière le terme « bonne ville » ?

Cléo Rager (CR) : Il y a une question morale. On a des bonnes gens ; des bonnes villes. Pour nous, il est difficile de savoir ce que cela signifiait exactement.

BB : Est-ce une ville bien gouvernée ? C’est une ville riche, dans laquelle règne la sécurité. Est-ce que ce ne serait pas une ville bien gouvernée ? Le roi a lui une pensée fiscale ou militaire.

Louis Genton (LG) : Est-ce qu’il a des « mauvaises villes » ?

CR : On a les « autres villes ». Il y a des villes plates, sans fortification. Il existe également l’expression « bonne ville champêtre » ou encore « petite bonne ville ».

BB : Les « bonnes villes » pourraient être des villes qui fonctionnent bien et qui jouent leur rôle à leur échelle. Une bonne ville champêtre est une ville florissante de petite taille. Les autres villes seraient moins bien gouvernées. Il y a un gouvernement. On encense ceux qui gouverne.

Marlène Helias-Baron (MHB) : Concernant le cas de Senlis placée parmi les « autres villes » au XVIe siècle, mais citée comme « bonne ville » dans un récit de voyage, comment expliquer cette différence de traitement selon les sources ?

CR : Cela reflète la position du roi et de sa chancellerie.

Isabelle Bretthauer (IB) : Nevers est un comté.

Thomas Schneider (TS) : La question de la prospérité est importante. C’est lié au bon gouvernement. La « bonne ville » jouit d’une sécurité économique. Cela fait le lien avec ce qui intéresse le roi pour sa fiscalité et pour la monnaie. L’aspect économique est important.

Caroline Bourlet (CB) : Cela diffère selon les sources littéraires ou diplomatiques.

CR : Est-ce qu’il faut utiliser ce terme en tant qu’historien ?

CB : Ce terme peut être utilisé. Cela dit quelque chose sur ces villes : des villes assez puissantes pour traiter avec le roi. Ce ne sera jamais une définition fermée. On n’aura pas de liste des bonnes villes.

Hélène Noizet (HN) : L’approche de B. Chevalier est conceptuelle. Il donne une définition scientifique de la bonne ville. On peut chercher à saisir une approche indigène. Qu’est-ce que les médiévaux définissaient comme une bonne ville ? Les deux approches ne sont pas opposées. Concernant la signification morale de la bonne ville, il existe un lien entre prospérité et bon gouvernement. Toute réalité historique doit être abordée avec les deux approches. Cf. J. Morsel sur la notion d’identité : ce qui est identique ou ce qui est particulier/spécifique/propre.

CR : Pour se rapprocher ou pour s’éloigner des autres. Le roi et ses clercs cherchent à distinguer certaines villes et à justifier la législation appliquée aux autres bonnes villes. On peut insister sur les points communs ou les différences. La « bonne ville » a une valeur performative.

Alicia Montero (AM) : Pour les villes de Castille, la « bonne ville » est la plus honorable. En Castille, il n’y a pas de capitale. Elles sont liées au pouvoir royal.

CR : En Allemagne, le terme est relié à un pouvoir central.

BB : Cela souligne la réalité d’un appui du pouvoir central sur les villes. En Allemagne, il existe une relation théorique à l’empereur.

CR : Le duc de Bourgogne parle de ses « bonnes villes » de Flandre. C’est un vocabulaire royal.

HN : Est-ce que les bourgeois flamands qualifient leurs villes de bonnes villes ?

BB : Dans les registres de délibérations de Troyes, est-ce que Troyes est qualifiée de « bonne ville » ?

CR : C’est utilisé de manière anecdotique.

CB : Est-ce que les villes entre elles se donnaient le titre de « bonne ville » ?

CR : C’est le cas pour Reims à l’égard de Troyes. À qui on écrit ? Aux échevins ? Aux maires ? aux baillis ? Il y a un enjeu sur la définition de la communauté urbaine. 

LG : La notion de « bonne ville » repose sur une définition contemplative de la ville, bien entretenue, prospère.

CR : On trouve « bon château », mais pas « bonne abbaye ».

BD : Dans la base de données Frantext, dans les textes de réflexion politiques, est-ce qu’il y a une définition de la « bonne ville » ?

CR : Ce n’est pas le cas.

Ces bonnes villes ont-elles des privilèges ?

CR : il n’y a pas de qualification précise. C’est difficile de savoir quels privilèges une « bonne ville » aurait pu avoir. Ce n’est parce qu’une ville a beaucoup de privilèges qu’elle est nommée bonne ville.

Boris Bove, « Paris, première des bonnes villes (XVe-XVIe siècle) »

Le concept / archétype de « bonne ville » repose sur un archétype construit par A. Rigaudière et B. Chevalier comme « bonne ville » autonome. En face, il y a Paris, la capitale, la ville du roi, mais aussi la ville dominée par le roi. Est-ce que Tours utilisée par B. Chevalier est si différente de Paris à la même époque ? Il faut faire une histoire comparée. Au fond, est-ce que Paris ne serait pas une bonne ville au sens conceptuel du terme ? Paris est une « bonne ville » à l’évidence, mais l’historiographie va contre cette idée.

Paris est une ville anormalement grosse avec 250 000 habitants au début du XIVe siècle. C’est la plus grande ville occidentale. Gand arrive en deuxième position avec 60 000 habitants et Rouen en troisième avec 40 000 habitants. Paris est la capitale du royaume et une ville de cour. C’est aussi une ville de résidence au XIVe siècle. R. Cazelles considère que Paris est d’abord la ville du roi. Pour J. Le Goff, Paris est une ville soumise au roi.

Le discours sur Paris a une origine qui remonte directement du Moyen Âge, notamment à Rigord dans la Vie de Philippe Auguste. Il évoque les travaux commandés par le roi à cause des odeurs pestilentielles s’élevant des rues autour du Louvre. En plus de demander l’assainissement de Paris de ses boues (lutea), Philippe Auguste est un bon roi qui a chassé les Juifs de France. Ce que vante Rigord, c’est la purification de Paris par le roi à la fois des Juifs et des boues. Il a également fait clore le cimetière des Innocents pour des questions de morale et de salubrité. Cette purification s’appuie sur des actions d’urbanisme voulues par le roi (cf. R. Cazelles). J. Le Goff s’appuie sur la Vie de saint Louis par Jean de Joinville. Le roi lutte contre la corruption des bourgeois de Paris. Ces derniers apparaissent comme des faire-valoir du roi qui réforme la prévôté en recherchant un homme exceptionnel pour s’en charger, à savoir Étienne Boileau. La tradition historiographique pro-bourgeoise se fait moins entendre, mais il existe deux discours parallèles. Face à une ville agglomérat de bourgeois égoïstes, le roi est le garant de l’intérêt général. Il impose ses décisions, son bon gouvernement et ses bons officiers. La capitale est administrée en régie directe.

En face, il y a la « bonne ville » comme Tours, c’est-à-dire la ville sur laquelle le roi peut compter, dans laquelle l’urbanité a une dimension spatiale. L’urbs coïncide avec la civitas. La « bonne ville » est un type majeur. Elle est autonome.

D’après Hélène Noizet (La fabrique de la ville : Espace et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle). Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2007 (généré le 04 janvier 2023). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psorbonne/33546>. ISBN : 9791035101848. DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.33546), Tours est une ville polynucléaire unifiée par un rempart au XIVe siècle. Le bourg de Châteauneuf est économiquement actif. Il a des velléités d’autonomie contre les chanoines de Saint-Martin. Ces derniers accordent aux habitants en 1180 que six prud’hommes pourront être élus pour les affaires communes. Les habitants continuent à protester. En 1357, Les habitants font appel au roi pour qu’il s’impose aux discordes locales et nomme quelqu’un pour protéger la ville. Six prud’hommes doivent être désignés pour pourvoir aux fortifications. Il s’agit de protéger le bourg et la cité. Le rempart est construit en 10 ans. En 1385, le pont est refait. En 1388, Tours est pourvue d’institutions originales : deux élus un clerc et un laïc (travaux publics), une communauté d’habitants réunissant une centaine de personnes (chanoines, officiers du roi, notables), un conseil des douze pour la défense. Il y a une distorsion entre les droits juridiques de cette municipalité (gérer les remparts, les ponts et chaussées, le guet) et le contenu des registres de délibérations (approvisionnement, marché, lutte contre les épidémies, enseignement, prostitution, maintien de l’ordre). Une sorte de cogestion s’installe entre la communauté et les représentants locaux du roi. En 1465, une réforme crée une municipalité à Tours imposée par Louis XI sur le modèle de Rouen. Le roi suscite des municipalités dans les villes pour avoir des interlocuteurs qu’il pourrait tenir comme responsables en cas de besoin et pour s’assurer de leur fidélité. Des négociations s’engagent. Seul le premier article intéresse le roi qui nomme le maire. La municipalité détient la justice partout sauf dans les fiefs ecclésiastiques. Le corps de ville lève des impôts. Le conseil de ville doit acquérir un lieu pour se réunir. Les maire et échevins sont anoblis. Les bourgeois sont exemptés d’ost et de chevauchée en dehors de la ville. Tours paie l’impôt au roi. Le gouvernement y est oligarchique et repose sur une cogestion avec les seigneurs locaux et les officiers du roi.

Paris est une ville polynucléaire. Elle a connu une profonde transformation sous Philippe Auguste avec la construction de nouveaux remparts. Les bourgeois des bourgs disparaissent au profit des seuls bourgeois de Paris. Quelle est l’autonomie de la ville ? Le roi a payé le rempart de la rive gauche, mais le rempart de la rive droite a été payé par les bourgeois. Qui s’est occupé de lever les fonds ? D’après J. Baldwin, la hanse des marchands de l’eau s’est occupée de la collecte de l’argent puis de la construction. Le rempart doit être garni de gardes. Le guet se met en place en même temps que le rempart. La milice bourgeoise se met en place.

D’après D. Hayot, les tours qui jalonnent le rempart sont aveugles. Qui tient la porte tient le rempart. N’importe qui de l’intérieur peut entrer sur le rempart. Les bourgeois ont les clés des portes. Ils ont le rôle de défense de la ville, ce qui est une des définitions de la « bonne ville ». Le prévôt des marchands et la hanse sont les représentants de la ville. Une cogestion existe entre le prévôt de Paris, le prévôt des marchands, les corporations et les seigneurs qui dure jusqu’à Louis XIV.

Est-ce que la communauté bourgeoise a une épaisseur politique ? En 1314 et en 1328, elle apporte son soutien politique au roi. Paris finance au XIVe siècle la guerre du roi, comme on peut le voir dans une lettre de Jean le Bon prisonnier en 1356 adressée aux bourgeois de Paris. Le royaume est un corps. Paris est la première des bonnes villes, la tête, et les autres villes lui sont rattachées comme les membres. Il demande aux bourgeois de songer à la rançon. Paris a une épaisseur politique pour la défense. Les rues sont barrées par des chaines (1507). C’est de la guérilla urbaine. La milice parisienne en 1382 est surarmée. Les bourgeois possèdent des armures. Tout est confisqué après la révolte et Paris est administré en régie directe. En 1389, est rétabli un garde de la prévôté des marchands (Juvénal des Ursins). Paris a une autonomie de fait. Le domaine est rendu en 1405. En 1412, les bourgeois de Paris retrouvent la prévôté des marchands. 

Que reste-t-il des archives municipales ? Les archives ont été dispersées au moment de la révolte des Maillotins, puis saisies après. En 1412, il y a eu le besoin de les refonder pour confirmer des droits sur la Seine. Les originaux depuis 1134 ont été versés au Trésor des chartes. Les registres ont semble-t-il disparu, sauf le Livre des sentences (KK 1337). Des registres sont tenus au XVe siècle. La justice fonctionne de fait dès 1395. En 1499, lors de l’effondrement du Grand pont, les archives ont été saisies pour savoir si les dépenses avaient été faites pour son entretien.

Le règlement de 1416 (AN, K 61 n° 1) fait 9 m. Les peaux sont collées les unes aux autres. C’est un document solennel. Il a été recopié dans un cartulaire (AE II 434, KK 1007) tout aussi solennel. Les Parisiens croient en leur municipalité. Il y a un changement complet dans leur rapport aux privilèges. Ces derniers s’accumulaient au gré des règnes. À partir de 1416, on recopie tous les privilèges ensemble. Dans un vidimus de 1483, les privilèges sont compilés sous forme de rouleau. Cela commence sous Henri VI.

La nouvelle municipalité est mise en place selon des règles différentes de l’ancienne. Sous la première, la prévôté des marchands était aux mains des mêmes familles. La charge durait sept ans en moyenne. Au XVe siècle, le prévôt est élu par 77 personnes.

Conclusion

Est-ce qu’il y a une si grande différence entre Paris et Tours ? Toutes les deux connaissent le rôle structurant de l’enceinte. Ce sont des « bonnes villes » qui assument leur rôle : paiement de l’impôt et défense de leur territoire. C’est donnant-donnant. Cela suppose des privilèges négociés au cas par cas. La noblesse de cloche présente à Tours est attestée dès 1371 pour Paris. Les bourgeois de Paris sont réputés nobles. Ils jouissent de l’exemption de la taille. Le gouvernement de Paris est oligarchique. B. Chevalier assume une lecture sociale. La vraie différence entre Paris et Tours est une question d’échelle. Troyes est une bonne ville et une capitale. Paris est une très grosse ville avant d’être une capitale. Elle perd son statut de capitale après 1420. Paris devient alors une bonne ville ordinaire, mais elle ne va pas moins bien d’un point de vue économique. Tours reste une ville moyenne.

Discussion

MHB : Concernant la notion de cogestion entre les habitants d’une ville et le pouvoir royal, cela existe pour une ville même moyenne comme Cluny au XVe siècle. C’est lié à la construction et à l’entretien des fortifications, à la perception des impôts et à la défense lors de la guerre de cent ans.

HN : Les deux cas comparés de Tours et de Paris ont une grande richesse.

BB : Aucune synthèse n’aborde la question de la défense de la ville. Implicitement le roi défend la ville.

IB : Louis XI a fondé une municipalité à Alençon en 1462 avec un sceau. Il y a quelques traces de procès passés devant cette juridiction. Ils ont une maison. Cette municipalité disparaît. Début XVIe, apparaissent des comptabilités et des délibérations. Avant Louis XI, il y a des échevins qui élisent en commun et qui gèrent l’hôpital de la ville.

BB : C’est une greffe qui n’a pas pris.

IB : À Alençon, le duc est en conflit avec Louis XI. Est-ce que les sources ne sont pas conservées ?

BB : Le désir d’autonomie des citadins peut être assouvi de façon souterraine, sans institutionnalisation. Après une révolte, l’autonomie est supprimée, mais rétablie très vite.

CB : Avant la Peste noire, Philippe VI demande à Paris de payer des impôts directs. La municipalité ne veut pas gérer un impôt direct. Son intérêt, c’est de lever un impôt indirect. Lever un impôt direct est difficile. Paris est trop gros. Il y a de plus en plus de métiers. Le pouvoir est partagé.

BB : Plusieurs seigneurs dans ces villes : vingt à Paris ; trois à Tours. Il y a bien partage du pouvoir, mais la différence c’est l’échelle.

CB : Concernant la question des armes dans Paris. Dans les années 1380-1395, nombreux rappels de l’interdiction de porter des armes dans Paris. On le fait crier dans les rues.

BB : Tout le monde est surarmé. Paris est une ville qui produit des armes. Il y a des gens riches. Tout le monde a peur. Dans les testaments des chanoines de Notre-Dame, apparaissent des armes.

CB : On est dans une période dangereuse. Alors qu’au XIIIsiècle, les gens qui arrivent sont immédiatement intégrés. Ce n’est pas une ville dangereuse.

BB : Delamare reprend Joinville avec la création du guet.

Prochaine séance : vendredi 27 janvier 2023.

https://irht.hypotheses.org/files/2023/01/Seminaire_Paris_Moyen-Age_20221118-1.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search