Séminaire Paris au Moyen Âge [2] du 27 janvier 2023 : « Paris, modèle de gouvernement ? »

Louis Genton, « L’institution et l’écrit. Une histoire documentaire de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés (IXe-XVe siècles) »

Louis Genton (Université Paris-Saclay) a soutenu sa thèse intitulée L’institution et l’écrit. Une histoire documentaire de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés (IXe-XVe siècles) le 10 décembre 2022. Il en fait une courte présentation pour le séminaire. Elle a fait l’objet d’une codirection entre l’Université Paris-Saclay et l’Université de Columbia. Elle s’appuie sur une démarche interdisciplinaire.

Saint-Germain-des-Prés était une puissante abbaye parisienne fondée vers 543 d’après la tradition. Au XIIe siècle, elle est rattachée à la papauté. Elle dispose d’un patrimoine important (présentation de cartes réalisées avec Alpage). L’abbaye se trouve à l’extérieur de Paris. Son patrimoine est solidement implanté dans le sud de la Région parisienne le long de la Bièvre, dans le nord du diocèse de Chartres et dans le sud du diocèse de Rouen.

Les archives contiennent 1000 chartes, sept cartulaires, des censiers et un livre de justice. Cette abondance documentaire témoigne de la place grandissante des écrits pratiques dans la stabilisation de l’institution. Le choix de réunir les deux périodes du Moyen âge (IXe-XIIe siècles puis fin du Moyen âge) a été fait pour avoir une vision sur le temps long de l’institution. Comment les évolutions institutionnelles ont-elles entrainé des changements de l’écrit ? Comment les évolutions de l’écrit ont-elles agi sur l’institution elle-même ?

Le plan de la thèse contient deux parties, une première consacrée à l’amorce documentaire du changement (IXe-début XIIIe siècle) ; la seconde s’intéresse au tournant documentaire lié à des changements institutionnels durables (milieu XIIIe-début XVe siècle).

Les deux principaux apports de la thèse sont les suivants : un éclairage du développement documentaire de Saint-Germain-des-Prés au prisme des pratiques parisiennes (cf. cartulaire des 3 croix) et de la pression exercée par le roi et par les autres institutions ; la constitution d’un territoire urbain parisien puis francilien. On remarque un jeu de délimitation territoriale. En Île-de-France, se met en place une spatialisation réticulaire de la domination monastique. Des pôles territoriaux se forment avec des tentatives de continuité territoriale.

Pour approfondir, sera nécessaire une perspective comparative avec l’étude d’autres monastères du Nord de la France (une analyse spatiale).

La thèse est en ligne sur Hal (https://hal.science/tel-03936387v1).

Une présentation plus complète en sera faite aux Archives nationales.

Rudi Beaulant, « Un registre d’ordonnances et statuts de métiers parisiens à Dijon »

Rudi Beaulant (Artehis, Université de Bourgogne) a soutenu une thèse intitulée Les lettres de rémission des ducs de Bourgogne. Étude sur les normativités sociales, politiques et juridiques le 30 novembre 2018.

À partir de ses travaux sur la justice à Dijon aux XIVe et XVe siècles, il a remarqué le dynamisme de ceux sur la réglementation des métiers (cf. François Rivière), notamment sur les métiers dijonnais.     A.-V. Chapuis a travaillé sur le registre G3 (Les anciennes Corporations dijonnaises : règlements, statuts et ordonnances, Dijon, 1906 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1472169) et Ph. Didier s’est appuyé sur son édition (« Les statuts de métiers à Dijon aux XIVe et XVe siècles », Zeitschrift der Savigny-Stifftung für Rechts Geschichte, Germanistische Abteilung, 1977, t. XIV, p. 63-88). La ville de Dijon dispose de statuts et d’ordonnances de métiers assez tardifs. Si elle a reçu des ordonnances dès 1341, les statuts de métiers datent de la seconde moitié du XVe siècle.

Les statuts et ordonnances de métiers sont consignés dans trois manuscrits des Archives municipales de Dijon, les registres G1, G2 et G3. Rudi Beaulant s’est focalisé sur le registre G1. Comment le caractériser ? Quels sont le contexte et les enjeux juridiques qui ont mené à sa réalisation ? Comment a-t-il participé à l’élaboration des normes pour les métiers à Dijon ?

Développement et critique du registre G1

Le registre G1 est protégé par une couverture de cuir rouge avec des renforts pour le dos et des traces d’un fermoir. Il mesure 22,6 x 30,6 cm pour la couverture et 21 x 28-28,5 cm pour les cahiers. Il contient onze cahiers de papier foliotés et un cahier avec la table des ordonnances (n. f.). On y trouve des réclames à la fin de chaque cahier et des signatures de cahiers sur le 1er f. de chaque cahier. La foliotation se trouve dans la marge inférieure. Les filigranes sont homogènes. Dans dix cahiers sur onze, ce sont des fleurs de lis. Les filigranes du quatrième cahier correspondent à une licorne simple (cf. Briquet 10005-10007), qui renvoie à Paris d’après Briquet. Le filigrane de la table est un croissant surmonté d’un trait étoilé (Dijon 1442). La table a été réalisée à Dijon une fois que la mairie a réceptionné le registre en 1446. Elle a été ajoutée après la réalisation du registre. Dans cette table, l’ordonnance des chaussetiers n’est pas répertoriée. On ne sait pas quand ce registre a été acheté. Les comptes ne le mentionnent pas. Il a peut-être été payé par Jean Rabustelle, mais on ne sait pas combien. Si le registre de délibérations de 1446 ne le mentionne pas, celui de l’année suivante le fait.

On y trouve 31 ordonnances de métiers pour 29 métiers, dont deux ordonnances pour les couteliers et les marchands drapiers. Toutes les ordonnances ne sont pas recopiées de la même façon : certaines sont en entier, d’autres ne sont que sous forme d’extraits. Les préambules contiennent les raisons pour lesquelles l’ordonnance a été rédigée par le prévôt de Paris. Il y a également quelques copies de lettres royales. Tous les corps de métiers ne sont pas représentés. Le seul métier de bouche mentionné est celui des poulaillers. À partir du f. 98, il n’y a plus de préambules d’ordonnances. Les copies de lettres royales sont en latin ou en français. Il n’y a pas toujours les dates. Le registre-source du G1 pourrait être un registre du Châtelet (conservé dans la chambre du procureur du roi au Châtelet). Le terme « registre » fait parfois référence aux statuts et non à un registre matériel.

Influence des métiers de Paris sur les statuts de la ville de Dijon

L’élaboration des normes pour les métiers de Dijon est ancienne, mais la mise par écrit et la mise en registre sont tardives (cf. F. Rivière). Les plus anciennes ordonnances datent de 1341 et interviennent dans le cadre d’un conflit avec le duc de Bourgogne.

Le premier registre des métiers a été rédigé à partir du dernier quart du XIVe siècle. Les écritures qui s’y trouvent sont semblables à celles des registres de délibérations de la fin du siècle.

Le registre G2 a une couverture de cuir avec des renforcements pour le dos et des traces d’un fermoir. Il mesure 22,3 x 30,2 cm pour la couverture et 20,5 x 29 cm pour les cahiers. Il dispose de neuf cahiers sans réclames, ni foliotation. Les filigranes sont un lion simple et une lettre P. Les origines du registre sont en lien avec un conflit entre la mairie de Dijon et le duc de Bourgogne à la fin du XIVe siècle. Un deuxième conflit intervient à partir de 1423 sur les ordonnances du métier des orfèvres. Le duc prétend que la mairie n’a pas le droit de légiférer sur les métiers. A cela s’ajoute un conflit sur les juridictions, sur la haute justice, qui dure jusqu’en 1443. La mairie en sort victorieuse grâce à l’intervention de la duchesse. Elle a le droit de faire statuts et ordonnances pour les métiers. La mairie a promulgué des statuts pour les barbiers, les chaussetiers, les tailleurs de drap pendant cette période. Une démonstration de force de la mairie à l’égard du duc se manifeste dans une ordonnance pour le métier des orfèvres de juillet 1443 avec un préambule très développé. On y insiste sur le droit qu’à la mairie de promulguer une ordonnance pour les orfèvres (métier qui a suscité la querelle avec le duc). Le 8 juillet 1443, une autre ordonnance a été promulguée pour les recouvreurs (copiée sans préambule).

La mise en registre des ordonnances n’a pas été faite immédiatement et le registre G2 n’a pas été continué. L’existence de liasses est connue par un inventaire du XVIIIe siècle. Dans la liasse concernant les anciens statuts, se trouvaient 14 pièces. Ces pièces ont été reclassées au XIXe siècle dans différentes cotes.

Le registre des métiers dijonnais à partir de 1480 est le registre G3, qui concerne aussi l’époque moderne. Il est écrit sur parchemin. Sa table a été actualisée au gré des ajouts. La rédaction du registre a été commencée par le clerc Girard le Lorrain en mai 1486. Les armes de la ville ont été apposées sur la reliure qui date du XVIe siècle. Il s’agit d’affirmer la force et la légitimité du pouvoir urbain. 

Influence des ordonnances de métiers parisiens sur les métiers dijonnais

Les métiers dijonnais s’apparentent aux métiers de la France du Nord d’après F. Rivière. Les influences viennent de Paris, comme pour l’ordonnance des serruriers de Paris de 1399 (59,5 x 96,5 cm) qui a été recopiée en 1407 à Dijon, mais pas seulement. Par exemple, l’ordonnance des tanneurs de la ville de Troyes de 1403 est mentionnée dans une ordonnance de Dijon de 1418.

Dans l’ordonnance des tonneliers de Dijon de 1445 (Arch. mun. Dijon, G 72), la ville de Dijon apparaît comme « la plus notable et chief de toutes les aultres bonnes villes du duchié de Bourgogne ». Peut-être s’agit-il de l’influence de la position de Paris ? On y trouve toutefois des spécificités locales, comme la mention du vin de Dijon, bien réputé.

Conclusion

Le registre des ordonnances des métiers de Dijon est lié à un conflit avec le duc de Bourgogne. Les statuts de métiers connaissent un certain rayonnement.

Discussion

Marlène Helias-Baron (MHB) demande une précision concernant le nombre des registres des statuts de métiers de Dijon, leur date et leur codicologie.

Rudi Beaulant (RB) : Trois registres de la fin du XIVe, du XVe et de la fin du XVe siècle.

Caroline Bourlet (CB) : Le G1 est une commande de la municipalité : une copie par extraits des statuts parisiens sur des thèmes bien précis.

RB : Pour l’ordonnance des tonneliers, il y a peu de choses qui se recoupaient. Le principal élément repris à Dijon est la punition, c’est-à-dire le montant de l’amende. La mairie a adapté.

CB : L’adaptation a été faite à partir des questions que se posaient la municipalité. C’est un laboratoire extraordinaire.

Boris Bove (BB) : quelle est la raison pour laquelle la mairie fait cette demande ? Un besoin ciblé ? Cela sert à quoi ?

RB : il n’y a pas d’éléments dans les registres de délibérations. Il faudrait voir la correspondance de la mairie. Suite à sa victoire de 1443 sur le duc, la mairie a voulu revoir les normes et les statuts des différents métiers pour les encadrer davantage et les aligner sur ceux de Paris.

CB : pour les métiers parisiens, ce sont les premiers statuts. Cette documentation pourrait être la première ?

François Rivière (FR) : pour les métiers du textile, il y avait déjà des ordonnances écrites.

RB : la mairie a demandé les ordonnances parisiennes pour s’aligner sur les métiers parisiens.

CB : ils reprennent souvent les amendes. Comme ils ont besoin d’avoir des éléments de comparaison, ils demandent les statuts venus de Paris. Quelle est la part de la politique royale ? Ce ne sont pas les métiers de Paris qui sont extraordinaires, mais c’est le fait que Paris soit capitale.

BB : Un répertoire universel de tous les statuts.

RB : pourquoi la mairie de Dijon récupère-t-elle les statuts des tanneurs de Troyes ?

Cléo Rager (CR) : Il y a eu un énorme conflit entre la ville de Troyes et les tanneurs. Les statuts ont été rendus lors des Grands jours de Troyes. C’est une forme de normalisation.

RB : la mairie sollicite le parlement de Paris pour défendre ses droits.

Louis Genton (LG) : Concernant la matérialité des registres, les reliures / couvertures sont médiévales pour les deux premiers ?

RB : oui, comme les registres de délibérations de la mairie.

CB : il faut aller dans les archives municipales.

Caroline Bourlet et François Rivière, « Circulation et influences des ordonnances de métiers entre la Normandie et Paris à la fin du Moyen Âge »

Quel est le poids de Paris dans l’organisation des métiers au Moyen âge ? Il s’agit de l’évaluer et de dépasser la simple répétition que Paris aurait été un modèle, en s’appuyant sur des paysages documentaires et des réseaux d’écriture documentaires. Comment peut-on voir ceux qui sont copiés parmi d’autres dans le réseau urbain normand ? Il s’agit de mettre en évidence les liens entre la structure du réseau urbain et les réseaux textuels.

Cf. F. Neveux, « La constitution d’un réseau urbain en Normandie », dans Les Villes normandes au Moyen Âge [en ligne]. Caen : Presses universitaires de Caen, 2006 (généré le 01 mars 2023). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/puc/9445>. ISBN : 9782841338108. DOI : https://doi.org/10.4000/books.puc.9445.

Réseaux textuels urbains

Le poids du pôle monarchique au sein du réseau documentaire est considérable. Les ordonnances des rois de France ont une grande influence dans la manière que l’on a de connaître les statuts de métiers. 370 textes peuvent être répertoriés pour l’ensemble du Moyen Âge, dont 28% sont des ordonnances des rois de France (1290-1389). 70 règlements de métiers sont détaillés en Normandie avec plus de 155 textes normatifs. Il y a peu de textes originaux, comme par exemple un original de l’archevêque de Rouen (Arch. dép. de-Seine-Maritime, fonds de l’archevêché, G 992).

Le Livre rouge d’Eu (Arch. mun. Eu) de 1280 est un registre urbain fourre-tout. Il contient des interventions du comte d’Eu et des mesures ponctuelles qui viennent du groupe professionnel, des règlements par la commune. Le registre apparaît comme un lieu d’élaboration de la norme. On envoie les statuts à Abbeville et à Aumale. Les institutions d’Eu sont inspirées de celles de Saint-Quentin. Les normes circulent entre les villes.

Concernant les réseaux d’écriture des règlements de métiers d’Eu après 1454, des actes ont été copiés. Le groupe professionnel peut venir avec un écrit et demander un texte normatif scellé. Il est ensuite copié dans le registre. On mentionne la coutume ancienne. L’enregistrement n’est pas systématique.

Des réseaux d’influence

Cela concerne le réseau des villes de loi (cf. J.-L. Roch, Un autre monde du travail : La draperie en Normandie au Moyen Âge. Nouvelle édition [en ligne]. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013 (généré le 01 mars 2023). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/purh/5460>. ISBN : 9791024011271. DOI : https://doi.org/10.4000/books.purh.5460). La notion « ville de loi » est une notion à géométrie variable. Une première mention apparaît en 1480 dans la réglementation d’Eu dans une ordonnance concernant la mercerie validée par le comte d’Eu. Les villes de loi sont mentionnées dans les préambules pour revendiquer une juridiction. La ville de loi devient un concept qui va avec un droit statutaire. Ce don et cet octroi spécial sont confirmés par les rois de France. Un certain assouplissement des barrières opposées aux étrangers contraste avec des pratiques locales restrictives. Par exemple, il faut avoir fait son apprentissage et résider à Rouen et en villes de loi pour accéder à la maîtrise. La règlementation qui force à refaire son apprentissage est annulée.

Il y a une extension des villes de loi au XVe siècle. L’ordonnance de Charles VII accorde des privilèges de ville de loi à Louviers en 1431. Dans l’ordonnance pour les bouchers de Louvois (1444), on trouve l’apprentissage local et le serment de maîtrise.

Rouen, modèle pour les centres drapiers de Louviers, Montivilliers et Dieppe, polarise l’espace. Les drapiers immigrés consultés à Dieppe viennent de Montivilliers, Rouen, Auffray, Neufchâtel-en-Bray. Dans une enquête plus large, les drapiers consultés à Paris sur la règlementation de la draperie de Rouen (1350) viennent de Rouen, Louviers, Beauvais, Saint-Omer, Thérouanne, Doullens, Châlons, Lagny, Provins et autres bonnes villes.

L’influence de Paris se fait également sentir. En 1325, les changeurs de Rouen et de Paris reçoivent chacun une ordonnance, sachant que les deux ordonnances sont quasiment identiques. En 1369, les poissonniers de Rouen adoptent la même mesure de panier que celle de Paris. Pour forcer les merciers de Rouen à vendre à la halle est adopté l’usage de Paris en 1374, sachant qu’ils vendent de la mercerie de Paris. L’ordonnance sur les tailleurs et couturiers adoptée par le bailli royal de Rouen en 1388 subit l’influence directe de l’ordonnance pour les couturiers de Paris : huit articles sur neuf sont repris, un est supprimé et deux sont ajoutés. On est juste après la Harelle. On est dans une phase de transition.

Dans le registre des étameurs et plombiers de Rouen, se trouve la mention d’une ordonnance pour ce métier à Paris. L’ordonnance sur les tailleurs et couturiers d’Évreux adoptée par le bailli royal de Rouen de 1388 est conservée à Paris.

La majorité des ordonnances porte les traces d’influences locales, mais elles sont conservées à Paris et par les métiers eux-mêmes. L’impression de centralité est induite par le mode de conservation. Dans le même temps, se diffuse la notion de ville de loi.

CB : on parle dans la bibliographie de l’influence de Paris, mais il y a un moment où cela change. C’est le cas pour Amiens et Abbeville (cf. édition d’Augustin Thierry). Pour les villes de loi, Abbeville a douze mentions à partir de 1450, Amiens en a deux au début du XVe siècle et quatorze après 1450. Il y a un moment « ville de loi ». Louis XI a accordé beaucoup d’appui aux municipalités dans une politique de court-circuitage des seigneuries locales. Quand on a « ville de loi », on a « bonne ville ». On dit rarement ce que sont les « villes de loi » (Paris, Rouen, Tours). Pour les usages de Paris, c’est dit dans le préambule. Il y a ensuite des aménagements. C’est tardif, sauf pour les orfèvres. Paris est un modèle de gouvernement à la fin du XVe siècle, au moment de la reconstruction. Les normes permettent de s’accorder sur la manière de produire dans le cadre d’un commerce régional.

Discussion

BB : quel est le moyen technique pour savoir l’aire de diffusion d’une mesure ? Pour l’aune de Paris, où est-elle utilisée ?

FR : cela a été fait pour les mesures de blé.

Isabelle Bretthauer (IB) : pour le blé, cela a été fait pour la Normandie.

CB : les historiens ont plutôt travaillé sur les mesures locales. Dans les réglementations d’Amiens et d’Abbeville, on fait référence aux mesures de Paris. Les paniers de poissons de Rouen contiennent des poissons frais, d’où le choix de la mesure de Paris, principal marché pour le poisson.

FR : les monnaies sont aussi concernées.

CB : pour le grand commerce également. Les statuts parisiens sont repris pour la poterie d’étain. On copie les ordonnances parisiennes à Amiens, mais elles sont moins spécifiques que celles de Douai.

IB : la notion de ville de loi correspond-elle à celle des villes de chartes de commune ?

CB : les villes de loi au XIIIe siècle sont localisées dans l’Est et le Nord.

IB : pour Louviers, cela donne une existence juridique à la commune.

FR : il n’y a pas de commune à Louviers.

IB : ils peuvent exercer une police.

FR : les actes émanent des agents royaux. Ils ont le droit de faire des ordonnances de métiers.

IB : à Alençon, le privilège donné par le roi est très vite mis de côté pour retourner à la situation antérieure.

FR : la police déléguée suppose le droit d’avoir des ordonnances de métiers.

CB : est-ce qu’il contrôle les gardes ?

IB : pour les changeurs et orfèvres (archives de la chambre des monnaies), il y a un droit de regard. Il existe un registre de la messagerie de la chambre des monnaies de l’époque de Charles V avec la copie des ordonnances royales envoyées comprenant les mentions des destinataires et les remontées du local qui refuse de l’appliquer. C’est une espèce de contrôle qui se fait par le haut.

CB : il faut regarder les dates.

IB : le dépôt des poinçons des orfèvres.

FR : pour les orfèvres rouennais, il existe des tables.

CB : elles se trouvent au Pont-au-Change à Paris.

IB : il y a une influence de Paris sur les changeurs et orfèvres de Rouen.

Thomas Schneider (TS) : quel est le rôle de l’influence linguistique dans la diffusion de ces statuts ? Est-ce que l’on cherche dans un même espace linguistique ? Est-ce que l’on a les moyens de vérifier ?

FR : pour Eu, dans le registre, on renonce très vite au parler picard entre 1315 et 1350. En Normandie, est adopté un moyen français standard.

CB : dans les campagnes et les petites villes, on a des ovnis. Ces gens parlent la même langue. Ces gens qui sont des producteurs vendent beaucoup dans le nord de la France. Si on veut voir les réseaux, les enquêtes de justice sont les meilleurs indices. Les enjeux régionaux sont importants.

FR : il y a la question du latin.

Nathalie Korngold (NF) : est-ce que dans les procès liés aux métiers, notamment du textile, il y a des références à la réglementation ?

FR : les références à la règlementation dans les procès sont floues.

Adrien Ferré (AF) : y a-t-il des traces des statuts rouennais à Londres ?

FR : il existe quelques statuts enregistrés en Angleterre (cf. statuts des drapiers de Montivilliers). Ils sont dans la continuité avec les statuts donnés antérieurement.

Séminaire_Paris_Moyen-Âge_20230127

Prochaine séance le 10 mars 2023



Citer ce billet
Marlène Helias-Baron (2023, 3 mars). Séminaire Paris au Moyen Âge [2] du 27 janvier 2023 : « Paris, modèle de gouvernement ? ». Les carnets de l'IRHT. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search