Découverte d’un autographe inédit de Montaigne

Une chercheuse bordelaise de l’IRHT, Evelien Chayes, fait une découverte importante : un autographe inédit de Montaigne parmi des actes notariés, exhumés pour la première fois depuis 1583.

Un autographe de Michel de Montaigne, ainsi qu’un ensemble d’actes notariés le concernant ont été exhumés pour la première fois depuis 1583, il y a 440 ans. Archivés dans un paquet fermé par une couture en fil de l’époque, un ensemble lui-même relié dans une liasse, ces actes faisant partie des archives du notaire Pierre Marraquier, ont été transmis après le décès de ses successeurs au Garde-Notes de Bordeaux, puis versés aux Archives départementales de la Gironde.

Durant l’été 2022, menant ses recherches dans le cadre du projet SION-Digit, Evelien Chayes a découvert ces documents par hasard. Elle a profité de son œil « montaigniste » exercé par sa participation, au sein de la section de l’Humanisme de l’IRHT, dans le projet Montaigne à l’œuvre, dirigé par Marie-Luce Demonet et Alain Legros (CESR, Tours). Elle a contacté ce dernier, pour concerter leurs expertises. En est résulté la publication d’un article dans la revue Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXXXV-2023, p. 87-95.

Les actes notariés, six au total, courent du 30 décembre 1583 au 8 septembre 1584, époque où Michel de Montaigne remplit son second mandat de maire de Bordeaux (réélection le 1er août 1583). Ces documents concernent la construction d’un chai sur un terrain appartenant à Montaigne, situé aux Chartrons, non loin du château Trompette, l’actuelle esplanade des Quinconces. Le projet fut instrumentalisé à son encontre par les notables ultra-catholiques. Dans leur tentative de s’emparer du poste de maire, ceux-ci l’accusèrent de vouloir sacrifier les intérêts publics à son profit. Mais après la bataille conclue par la réélection définitive du modéré Montaigne, l’approbation royale des travaux permit au projet de se réaliser, une fois les actes passés devant le notaire Marraquier.

Ces archives, riches d’éléments de la vie quotidienne, contribuent à la reconstitution de l’histoire de la ville au XVIe siècle. De plus, ils contextualisent l’édile Montaigne dans son rapport avec ses contemporains, non seulement les princes et seigneurs, mais aussi les artisans, notaires, clercs et témoins émergeant dans ces actes. Le personnage du XVIe siècle devenu célèbre fait partie du même tissu que les micro-histoires de la ville de Bordeaux que racontent ces sources.

Ainsi, cette découverte illustre les objectifs du projet SION-Digit (Signifying Objects, Texts and Networks, 1500-1700. Digitising Transactions in Jewish European Culture) : rendre accessible une grande quantité de sources archivistiques concernant des Juifs dans le triangle géographique de Venise, Bordeaux et Amsterdam, entre c. 1500 et 1700. Les sources relèvent essentiellement des archives notariales. L’autographe retrouvé au verso d’un bifeuillet d’un de ces actes est le brouillon d’une lettre, assez énigmatique à première vue, car il ne contient que quelques phrases décousues, jetées sur le premier feuillet blanc venu pour y être rédigées avec soin. Le destinataire de la lettre perdue s’avère être le duc d’Épernon, « archimignon » du roi Henri III, qui se tenait alors sur la rive droite de la Garonne, juste en face de Bordeaux. La missive du maire de la ville invitait le duc à passer outre le différend qui l’opposait à Matignon, lieutenant général du roi en Guyenne, pour recevoir, au nom du roi, l’hommage d’une « entrée princière » en ces premiers jours de juin 1584.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rédaction (26 mai 2023). Découverte d’un autographe inédit de Montaigne. Les carnets de l'IRHT. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3j


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 31 mai 2023

    […] chercheuse bordelaise Evelien Chayes, responsable du projet SION Digit à l’institut de recherche et d’histoire des textes, une unité du CNRS, se souvient bien de la journée où elle a découvert par hasard un texte écrit par le grand […]

  2. 2 juin 2023

    […] chercheuse bordelaise Evelien Chayes, responsable du projet SION Digit à l’institut de recherche et d’histoire des textes, une unité du CNRS, se souvient bien de la journée où elle a découvert par hasard un texte écrit par le grand […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search