Séminaire Paris au Moyen Âge [4] du 12 mai 2023 : « L’identité des bonnes villes ».

Le séminaire s’ouvre sur trois annonces d’événements en lien avec les thèmes parisiens et urbains :

Caroline Bourlet rappelle que Pierre Marchandin interviendra le 16 mai 2023 aux Archives de Paris sur le sujet suivant : « Exploiter l’énergie hydraulique et éolienne à l’époque préindustrielle,
l’exemple des moulins de Paris et de sa banlieue (XIIIe-XVIe siècle) ».

Amable Sablon du Corail annonce que Louis Genton présentera ses travaux de thèse sur l’écrit à Saint-Germain-des-Prés aux Archives nationales le 8 juin 2023 à 16h.

Voir : https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/294803/Conf-CARaN-M.Genton_.pdf/.

Adrien Ferré fait une courte présentation de la journée d’étude qu’il organise le 16 juin 2023 avec Thomas Scheider sur « les bonnes gens des bonnes villes : urbanité et consensus religieux » sur le Campus Condorcet.

Voir : https://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/journee-detude/les-bonnes-gens-des-bonnes-villes-urbanite-et-consensus-religieux.

Inscriptions : https://bonnesgens.sciencesconf.org/.

Gaëtan Bonnot, « Jacquerie et résurgences mémorielles urbaines en Picardie (Moyen-Âge-XIXe siècle) »

La Jacquerie est considérée comme un mouvement rural, comme on peut le lire dans le dialogue entre Gérard Noirel et Nicolas Truong publié en 2019, Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire. C’est une réduction de l’assise sociologique de la Jacquerie, qui l’éloigne du fait urbain. Jacques Bonhomme représente le paysan par opposition à Jean Prolot qui est l’ouvrier. Lors de la Révolte des vignerons languedociens en 1907, il y a une référence à la Jacquerie. Dans les articles de la presse du XXe siècle, se multiplient les références au monde paysan. La Jacquerie incarne ainsi la révolte paysanne par excellence. Dans les mémoires, les liens entre les villes et la Jacquerie n’apparaissent pas, alors qu’ils existaient.

Retour sur le contexte de la Grande Jacquerie

La Jacquerie de 1358 s’insère dans un temps de crises multiples : crises politique et dynastique, crises économique et démographique avec la Peste noire. Éclatant en pleine Guerre de Cent Ans, elle naît du sentiment d’insécurité des populations rurales et urbaines d’un large bassin parisien, comme le montrent les lettres de rémission pour des faits de déprédation aux alentours des bonnes villes, ainsi que pour des faits de paiement de rançon pour des villes et des villages non concernés par la révolte. Elle correspond à la demande d’un « Bon gouvernement », du retour au temps du bon roi saint Louis. Les actes de Jacquerie sont liés à l’opinion publique de l’époque. C’est une révolte contre des officiers royaux jugés corrompus, associée à des tensions nées d’un sentiment antinobiliaire après la défaite de Poitiers. La noblesse a failli et n’est plus capable d’assurer son rôle social. Elle se développe en même temps que le mouvement navarrais et la révolte d’Étienne Marcel.

En 1358, éclate une révolte parisienne. Le point de non-retour intervient lors des funérailles de Jean Baillet proche du Dauphin et d’un proche d’Étienne Marcel avec deux cortèges distincts. Après le meurtre des maréchaux, le Dauphin quitte la capitale en mars 1358 pour n’y revenir qu’après la mort d’Étienne Marcel.

La Jacquerie serait courte : elle n’aurait duré que de mai à juillet 1358, après les deux défaites des révoltés à Meaux et à Paris. Les lettres de rémission et procès au Parlement de Paris montrent que c’est une reconstruction. Il y a une contraction narrative de la révolte. En effet, le pouvoir délivre des lettres de rémission pour des actes antiseigneuriaux avant même les dates retenues. La contre-Jacquerie des nobles est très violente. Le conflit s’étire sur la longue durée, sur 30 ans.

Même si elle touche les sociétés majoritairement rurales d’un vaste bassin parisien dans des espaces prospères, voire une zone ample jusqu’à la Creuse et la Lorraine, s’observe une forte concentration dans le Beauvaisis.

Quels acteurs interviennent lors de la Jacquerie ? Les lettres de rémission ou les procès parlent des « gens du plat pays ». On évoque la commotion des non-nobles contre les nobles. L’assise sociologique des révoltés est ample : des bourgeois, des clercs, des membres de la petite noblesse, des artisans-commerçants et des gens du plat pays. Ces hommes commettent des actes variés qui vont du vol jusqu’à l’arasement de châteaux dans les discours. Les facteurs déclenchants des passages à l’acte sont le sentiment d’insécurité et le sentiment antinobiliaire (cf. Complainte sur la bataille de Poitiers).

La Jacquerie et les villes

Les liens entre la Jacquerie et les villes sont nombreux :

1) Des habitants (bourgeois) ont participé à la commotion, par exemple des bourgeois de Senlis, de Beauvais, de Creil… À Senlis, dans la rue vieille de Paris, des habitants tuent des écuyers et bénéficient d’une lettre de rémission en 1359. Ils participent à l’attaque du château d’Ermenonville de Robert de Lorris (un ennemi d’Étienne Marcel) qui les attaque en procès jusqu’aux années 1380. Les faits sont connus par des lettres de rémission pour des faits accomplis aux alentours de ces villes.

2) Compiègne a refusé de soutenir la révolte et de laisser entrer les troupes de Guillaume Calle.

3) La polarité de Paris. La cartographie des lettres de rémission s’appuie sur le réseau hydrographique centré sur la capitale. Paris commande pour ses fortifications des pierres qui sont acheminées par voie fluviale. Guillaume Calle est par exemple carrier à Creil.

4) Les liens entre Parisiens et Jacques sont nombreux. Ils participent à des attaques conjointes notamment contre des possessions de Pierre d’Orgemont à Gonesse.

Une identité urbaine effacée par les sources médiévales ?

Les chroniques

L’ensemble des chroniqueurs évoque la Jacquerie, mais dans leurs récits la présence urbaine est modeste. Dans les Grandes chroniques de France, Compiègne et Senlis polarisent des personnes extérieures au monde urbain. Le Beauvaisis bénéficie d’une spatialisation mémorielle. Jean de Venette évoque des « menus gens » ou des « rustiques ». Froissart parle de « villes champestres ». Dans les chroniques, il y a une déconnexion entre les villes et la révolte. Elles créent une séquence rébellionnaire différenciée : la révolte de Charles le Mauvais, la Jacquerie qui concerne le peuple rural, le peuple urbain qui trahit la royauté avec Étienne Marcel.

La mise en récit spatiale dans les pardons

La Jacquerie est la révolte qui a produit le plus de lettres de rémission : 200 pour Paris, avec un pic en 1358. La plus tardive de ces lettres date de 1394. Dans les lettres de pardon, ce qui revient ce sont les « gens du plat pays ». Il est donc nécessaire de mener une étude quantitative du discours.

Y a-t-il une identité spatiale dans cette mise en mémoire de la Jacquerie par le pouvoir royal ?

Le corpus est constitué de 435 lettres de rémission (JJ 86-90) pour les années 1358-1360. Ces lettres de rémission sont en langue française. Le registre JJ 86 est considéré comme le registre des révoltes. Les méthodes lexicométriques peuvent être utilisées sur ce corpus qui se caractérise par l’homogénéité linguistique (langue française), mais aussi par l’homogénéité des intervenants (une seule chancellerie et un entourage royal stable pendant ces années). La fenêtre de comparaison est donc plutôt bonne. Les pardons ont généralement été accordés d’un coup. On remarque en effet l’enregistrement de 30 pardons par mois entre 1354 et 1364, avec un pic en 1358 après le retour du Dauphin. Gaëtan Bonnot n’a pris en compte que l’exposé des actes pour mener son étude.

Table 1 : Spécificités (substantifs rattachés à la spatialité du récit)

D’après le plan factoriel associé, la Jacquerie est totalement atypique par rapport aux révoltes urbaines connues par d’autres lettres de rémission.

Dans les contextes urbains, ce qui est surreprésenté ce sont les « villes » et les « cités ». Pour la criminalité ordinaire, ce sont les lieux fermés qui sont surreprésentés (« taverne » ou « chambre »). Le verbe « envahir » est attiré par la ville ou la cité (les révoltés envahissent la ville). Dans les lettres de rémission, ces révoltés sont mis hors la ville (ils sont bannis). Pour les excès de guerre, on trouve les termes : « forteresse », « château » ou « lieue ». Pour la répression royale, on trouve les termes : « prison » et « confiscation des terres ».

Pour la Jacquerie, ce qui ressort ce sont les « gens du plat pays », les « bois » (les nobles se cachent dans les bois par peur des Jacques, les Jacques se cachent à leur tour dans les bois), la « maison » (nobiliaire), les « terres » qu’il faut retourner travailler. Dans le cadre de la Jacquerie, rien ne rappelle le caractère urbain.  

L’invention d’un chrononyme spatialisé ?

Il s’agit de l’invention de la « commotion des gens du plat pays du Beauvaisis », qui devient un chrononyme : « lors de la commotion des gens du plat pays du Beauvaisis ». Cette invention a accentué le détachement entre la Jacquerie et l’urbanité. L’association entre la commotion et le Beauvaisis devient de plus en plus courante. On parle du temps des commotions. La révolte d’Étienne Marcel a pourtant autant marqué l’opinion publique et les esprits – au contraire de la révolte des Maillotins. Étienne Marcel a en fait subi une forme de damnation mémorielle. Le Dauphin humilié, devenu roi, n’a jamais plus voulu en entendre parler.

Des chroniques des XVIe et XVIIIe siècles sont notamment utilisées pour les comparer aux textes médiévaux. Leur analyse est fondée sur deux IA. Les versions de Le Bel et de Froissart dominent largement dans les chroniques modernes (50 % – 73 %), suivies par les Grandes Chroniques de France (27 % – 48 %). Dans l’érudition, on retrouve cette despatialisation, qui s’accompagne d’une animalisation des Jacques, présentés comme une antithèse de l’urbanité (cf. Eudes de Mézeray, 1685).   

Dans les dictionnaires historiques et de langue, comme celui de J.-B. Ladvocat (1798, p. 356), la Jacquerie est définie comme une « faction de paysans ». La Jacquerie devient la révolte des paysans par excellence.

Une mémoire face au cadre urbain

Dans la Satyre Ménippée (écrite pendant la Ligue), sont décrites douze tapisseries pour décrédibiliser les ligueurs. Une d’entre elles parle de la Jacquerie de Beauvaisis à côté de phénomènes rébellionnaires urbains (cf. Harelle de Rouen, Maillotins etc.). La Jacquerie est le pendant rural du peuple urbain.

Vers une mémoire réinventée : XXe-XXIe siècles

1) Dans l’espace public (odonymie), il y a eu deux vagues de dénomination d’après la Jacquerie dans les années 1970-1980 à Nanteuil-le-Handouin, Avrigny, Montataire, c’est-à-dire des villes communistes. Dans les années 2000, des communes rurales se dotent de rues de la Jacquerie, de rues Guillaume Calle etc.

2) Sur le web, les références à Jacquerie dans les notices wikipédia des communes se concentrent sur le Beauvaisis. On évoque la Jacquerie dans les petites villes. On remarque une association de la ville avec la Jacquerie par la miniature représentant l’attaque du Marché de Meaux (cf. Mickaël Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle, Montceaux-lès-Meaux, 2013) – avec des exemples de réactualisation pendant la crise des Gilets jaunes.

Maurice Dommanget est un promoteur de la réactivation de la mémoire de la Jacquerie (La Jacquerie, 1958 réédité en 1972 chez Maspéro). Cf. Siméon Luce (Histoire de la Jacquerie, Paris, 1859). 

Discussion

Marlène Helias-Baron (MHB) : Des liens ont été faits entre la Jacquerie et les Gilets jaunes, mais pas avec la réforme des retraites. Pourquoi ?

Gaëtan Bonnot (GB) mène une veille sur le web pour voir les associations. Les Gilets jaunes ont été associés à la Jacquerie par les historiens (cf. G. Noiriel), avec un retour à Froissart et le développement d’un imaginaire lié à la ruralité.

Boris Bove (BB) : Quelle est la sociologie des membres de la Jacquerie et quel a été leur rôle ?

GB : Dans le tiers des lettres de rémission, on a l’identité sociale de la personne. L’identité spatiale est toujours présente. Les lettres de rémission sont stéréotypées. Sur 30 % dont le statut social est connu, on trouve 50 % d’hommes de labour (qui vivent du travail de leurs mains), 20 % d’artisans-commerçants, des bourgeois (Compiègne, Senlis), des officiers (sergents du Châtelet), des prêtres, deux nobles. Leurs rôles ? Les bourgeois viennent spontanément de la ville pour participer à des saccages (d’hôtels seigneuriaux ou de châteaux), alors que les officiers sont souvent contraints à agir par les autres habitants, ou les hommes de labour.

BB : C’est lié à l’association entre Étienne Marcel et Guillaume Calle pour attaquer les châteaux.

GB : Les bourgeois attaquent les forteresses qui peuvent abriter des pillards. Les habitants de Senlis s’attaquent à Robert de Lorris proche du pouvoir royal, parce qu’il est un ennemi politique.

BB : Ces bourgeois viennent d’où ?

GB : Les bourgeois qui prennent part aux attaques viennent de Meaux, Paris, Clermont, Senlis, Compiègne, Creil. Les rémissions octroyées au même moment sont souvent des rémissions collectives liées à un foyer de rébellion contre un noble (oct.-nov. 1358).

Amable Sablon du Corail (ASC) : La proportion d’urbains parmi les bénéficiaires des lettres de rémission reste faible. La mémoire médiévale n’est pas si déformée.

GB : Chez les érudits modernes picards, il n’y a pas de discours sur la Jacquerie. On observe une réinvention contemporaine de la Jacquerie. Jacques Bonhomme devient une figure politisée au XIXe siècle.

Cléo Rager (CR) : Les érudits locaux de l’époque moderne ne s’y intéressaient pas.

GB : Ce qui intéresse ce sont les liens entre la révolte parisienne et celle des villes qui lui emboitent le pas.

CR : Concernant les lettres de rémission, en 1358, il y a plus de lettres de rémission copiées dans les registres.

GB : Cela dépend de la structure temporelle de l’enregistrement. Le taux d’enregistrement des rémissions reste stable dans les années 1350-1360, mais il connaît un pic en août 1358.

CR : Dans les archives de Troyes, il y a aussi un pic en 1358 qui correspond au début de l’enregistrement dans les registres urbains.

GB : En 1358, il faut pardonner les révoltés pour passer à autre chose. Les dernières lettres de rémission datent de janvier 1359. Après on n’en parle plus. On pardonne et on enregistre. À côté, les nobles lésés font des procès aux révoltés qui ont brûlé leur château, volé etc. pendant 30 ans. L’épicentre des procès est le Beauvaisis. 

Adrien Ferré (AF) : Les lettres de rémission sont nombreuses du côté de Reims. Pourquoi ?

GB : Il y a eu une très forte contre-Jacquerie du côté de Reims. Ces lettres sont demandées par des habitants qui veulent se prémunir contre les violences. Il y a un espace vide en Brie champenoise.

ASC : Quand le maréchal de Champagne a été tué, les Champenois ont été appelés pour faire le siège de Paris.

GB : C’est une révolte antinobiliaire avec la participation d’officiers royaux à la révolte.

RB (Rudi Beaulant) : Y a-t-il eu une apparition d’expressions d’autorité dans les rémissions ? Y a-t-il eu des compensations accordées aux bénéficiaires des lettres de rémission ?

GB : Il n’y a eu aucune compensation. On trouve une rémission conditionnelle pour un noble qui a participé à la contre-Jacquerie. Les mots « pleine puissance » sont systématiques dans les lettres de rémission.

Cléo Rager, « Écrire l’histoire dans les ‘bonnes villes’ du royaume de France à partir de l’exemple troyen (XIVe-XVIe siècle) »

Le thème a été rénové par deux ouvrages :

  • Hilary J. Bernstein, Historical Communities. Cities, Erudition, and National Identity in Early Modern France, Leiden-Boston, Brill, 2021 (Scientific and learned cultures and their institutions, 32);
  • Nicolas Schapira, Franck Collard, Benjamin Lellouch et Emmanuelle Tixier du Mesnil (coord.), Activité historienne et appartenance urbaine (XIVe-XXe siècle), Histoire urbaine, déc. 2022, 65.

Les villes seraient des productrices d’histoire au même titre que les communautés religieuses ou le pouvoir royal. Qu’en est-il des villes aux XIVe-XVe siècle ?

Au XVIe siècle, il existe un mouvement autour de l’histoire des villes. François de Belleforest, le complète avec sa Cosmographie universelle (1570). Il s’appuie sur d’autres historiens qui travaillent sur leur propre ville, comme par exemple Guillaume Paradin sur Lyon. F. de Belleforest est très succinct sur Troyes (vol. 1, p. 342). Concernant les connaissances sur la ville, il accuse la paresse des citoyens de Troyes, notamment « le peu de soin de nos ancêtres et ceux qui ont vescu par les siecle passez en nostre paÿs ont eu de laisser à la postérité ce qu’ilz en scavaient du vrai… ». Il tire cet argument de N. Pithou, Histoire ecclésiastique de Troyes (BNF, Dupuy 698) (2e moitié du XVIe siècle). Il a cependant trouvé « un tas de brouillons de papier ». Pour lui, Troyes n’a pas de lien avec Troie. Elle est la « principale et capitale de Champagne ». Le gout pour l’histoire de la ville est présenté comme nouveau. C’est une écriture cosmographique typique du XVIe siècle. La vocation est encyclopédique, fondée sur une histoire téléologique pour aboutir à Troyes capitale de la Champagne.

Les officiers, les bourgeois et l’histoire du royaume

Des officiers ont des liens avec l’histoire, ne serait-ce que parce qu’ils sont des possesseurs de manuscrits.

Nicolas et Pierre de Fontenay (père et fils). Ce sont des fonctionnaires financiers royaux. Originaires de Champagne, ils ont des liens avec les élites champenoises. Nicolas est marié avec une champenoise. Il est fermier d’imposition et s’occupe de la collecte d’une taille de Philippe le Hardi. Il est bailli de Troyes et trésorier de France. C’est un grand officier royal gardant des liens avec la Champagne. Son fils est chambellan et maître d’hôtel du duc de Bourgogne, bailli de Troyes. Il possédait un manuscrit de Froissart (à présent aux États-Unis). Dans les années 1377-1385, Nicolas de Fontenay est à l’origine du grand cartulaire de la ville (AM, Fonds Delion, layette 1, 1), c’est-à-dire du premier cartulaire municipal de Troyes. C’est un ouvrage de référence pour les privilèges de la ville. Il commence par les actes des comtes de Champagne puis des rois de France. Il a donc une portée historique.

Louis et Guillaume de Tignonville. Si Louis est bailli de Troyes en 1394, Guillaume devient prévôt de Paris (1401-1408). Il appartient au milieu pré-humaniste de la chancellerie de Charles VI (https://agrelita.hypotheses.org/1630). Proche de Christine de Pizan, il est l’auteur d’une compilation de philosophes (Les Dits moraux des philosophes, BNF, Fr. 24297).

Nicolas et Laurent de Premierfait. Nicolas a été receveur entre 1380 et 1397. Il appartient à une riche famille d’orfèvres de la ville de Troyes. Son frère, Laurent, est célèbre pour ses traductions du latin en français, notamment de Boccace.

Il ne faut pas séparer le milieu de la pratique des officiers du monde de la culture et de la Cour. Ils forment des élites cultivées. Il existe des liens entre les charges urbaines et la capitale culturelle.

Les grandes familles commerçantes exercent des charges dans la ville et ont des activités culturelles. Simon Liboron, maire de Troyes en 1496, donne des vitraux à l’église Sainte-Madeleine au début du XVIe siècle. L’évêque de Troyes fait construire une nouvelle bibliothèque. Des ouvrages précieux sont conservés par les bourgeois et les ecclésiastiques de Troyes. Les grandes familles bourgeoises possèdent en effet systématiquement des livres.  Jean Molé possède par exemple un manuscrit de la Chronique des rois de France de Guillaume de Nangis (v. 1475-1480) (BnF, Fr. 2598). Plusieurs exemplaires des Grandes chroniques de France sont également recensés. À Rouen, on trouve des ouvrages qui donnent l’histoire de la royauté, richement enluminés, aux armes de la ville, mais pas d’histoire de la ville elle-même.

Participer à l’histoire du royaume : enjeux et formes de l’écriture de l’histoire

La rhétorique témoignant de la fidélité de la ville à la royauté se retrouve dans toutes les villes. C’est manifeste lors de l’ouverture des états généraux de Tours en 1484. La rhétorique de la fidélité est promue par le roi qui encourage à la fidélité. L’obéissance à son égard est mise en avant. Cette fidélité influence la fabrique de l’histoire et s’accompagne de la mise en avant de certains événements.

Dans les archives (AMT, fonds Boutiot), on dit qu’il faut promouvoir cette fidélité. L’évènement choisi à Troyes est l’entrée de Charles VII dans la ville en juillet 1429. Depuis 1419, la ville a pris le parti des Bourguignons. L’ouverture de la ville au roi est faite par les habitants. Cet évènement permet au roi de marcher jusqu’à Reims. Cette entrée est mise en avant pour obtenir des privilèges pour la ville.

Lors de l’entrée royale de Charles VIII en 1486 (AMT, fonds Delion, layette 55, 1, f. 4v), on évoque le miracle de Bayonne. La croix blanche est le symbole des Armagnacs. Charles VII est le roi le plus représenté. Sous Charles VIII, il y a une floraison d’ouvrages sur la vie et le règne de Charles VII. Les thèmes royaux renvoient à la filiation de Charles VIII avec un écho au jardin possédant un arbre portant treize petits rois. La mise en scène dit l’histoire royale. Le cheminement dans la ville s’achève à la salle royale (cf. Joyeuse entrée de la reine de France, Eléonore d’Autriche à Troyes en 1534).

L’enjeu pour la ville est d’obtenir des privilèges. En 1486, il s’agit de récupérer le privilège des foires. Cf. charte royale sur l’affranchissement des tailles et des impôts (AMT, fonds Delion, layette 2, 10e liasse, 2, copiée dans le cartulaire).

Le lien entre la ville de Troyes et la dynastie royale est mis en avant à l’époque moderne. Troyes se présente comme la capitale de Champagne, mais son titre est disputé par Reims et Châlons.

Troyes capitale, les enjeux de l’époque moderne

Dès le XVIe siècle, la rivalité avec Reims et Châlons s’exacerbe. Châlons dispose de l’hôtel des monnaies. C’est le chef-lieu de la généralité de Champagne au XVIIe siècle. Reims est la capitale économique. Au XVIIIe siècle, Châlons est convoquée la première pour le sacre de Louis XV. Cette histoire mobilise les érudits. P.-J. Grosley établit la prééminence de Troyes sur les titres et les privilèges. À chaque sacre, l’affaire est remise sur le tapis, comme lors du sacre de Louis XVI. La notion de capitale est omniprésente dans les écrits de la ville. Cela a eu des répercussions dans les archives, avec des documents anciens survalorisés.

Le lien avec le pouvoir central et la richesse de la ville sont avancés en premier, l’argument de « capitalité » est plus tardif.

Conclusion

Cléo Roger se dit un peu déçue par ses recherches sur l’histoire de la ville. On est saturé par le thème de la fidélité au roi. La mémoire bourgeoise et nobiliaire de la ville n’est pas développée à Troyes.

Discussion

BB : Dans les récits de joyeuses entrées, il y a une inflation de thèmes antiquisants avec référence à la fondation de la ville.

CR : Toutes les entrées du XVe siècle développent des thèmes antiquisants liés au roi, notamment le thème des neuf preux qui connaît alors un essor important. Ce sont des figures valorisantes qui se réfèrent au roi (cf. Hector). On trouve aussi David et Goliath, des figures bibliques. Il n’y a pas de référence à l’origine de la ville.

BB : Hector suppose une forte connexion à Troie.

CR : L’histoire de Troie se fonde sur un imaginaire royal.

BB : À Paris, les bourgeois se réapproprient le discours royal.

CR : Au XVIe siècle, le mythe de l’origine gauloise des villes prend son essor. Il s’agit de se rapprocher du peuple gaulois. Dans quelle mesure les fonds d’archives qui font l’objet de reconfigurations archivistiques dans les années 1490, ne montrent-ils pas la fidélité au roi ? Les privilèges des rois occupent les premières cotes. On écrit l’histoire des villes à partir de ces archives.

GB : Dans les dossiers judiciaires opposant une ville ou un village à un seigneur aux XVIIe-XVIIIe siècles, au début il y a souvent une présentation de la localité, de ses origines et de ses privilèges.

CR : Des liens entre officiers, royaume et villes existent. Les récits sont stéréotypés. Il faudrait les mettre en série.

ASC : L’évêque de Troyes est peu présent. Il joue pourtant un rôle important en 1429.

CR : Il n’est pas mis en avant dans les archives et les récits. Il obtient des privilèges, mais il n’est jamais cité, ni mis en avant. Est-ce qu’il y a d’autres histoires qui s’écrivent du côté ecclésiastique ?

ASC : A-t-il peu de droits dans la ville ?

CR : Il a peu de droits. Le roi a une juridiction vaste. Les évêques de Troyes ont joué un rôle important, mais sans doute moindre que celui de Reims.

Caroline Bourlet (CB) : Troyes est la capitale du comté de Champagne quand le comte n’a plus que Troyes. La ville a un lien très fort avec le siège du comté. Les rois sont les successeurs et descendants du comte de Champagne.

CR : Troyes met en avant le lien avec les comtes de Champagne. Les rois se présentent comme les descendants des comtes de Champagne. Pour Troyes, il est important de montrer que la fidélité au roi remonte aux comtes de Champagne.

BB : Y a-t-il des éloges de Troyes ?

CR : Chez Nicolas Pithou. On trouve des descriptions dans les dictionnaires ou les encyclopédies. Il n’y a pas d’éloges de Troyes à proprement parler. Peut-être y en a-t-il qui n’ont pas été imprimés ?

BB : Il faut lire les discours antiquisants sur l’histoire des villes et faire une typologie des textes. L’identité urbaine devient historique au XVIe siècle. Au Moyen Âge, on a des descriptions du contemporain (richesse).

RB : Y a-t-il des entreprises similaires dans des villes anglaises ? En Italie, les territoires sont moins centralisés.

CR : Dans le dernier numéro de la revue d’Histoire urbaine, il n’y a rien sur l’Angleterre.

Thomas Schneider (TS) : On se réclame à Limoges aussi d’une origine troyenne au moins dans le texte d’une chronique écrite avant la seconde moitié du XVIe siècle.

CR : L’origine troyenne permet de faire un lien avec l’histoire royale.

CB : Il faut voir les papiers des érudits troyens aux AMT pour savoir s’il n’y a pas des informations sur l’histoire de la ville.

CR : Guillaume de Tignonville est prévôt de Paris, mais aussi un écrivain prolixe. Il a une dimension intellectuelle.

BB : C’est un penseur politique de son temps et un praticien (cf. B. Guenée).

CR : Son parent à Troyes prend les mêmes ordonnances que lui.  

Prochaine séance : Journée d’études organisée le 16 juin 2023 sur le Campus Condorcet.



Citer ce billet
Marlène Helias-Baron (2023, 1 juin). Séminaire Paris au Moyen Âge [4] du 12 mai 2023 : « L’identité des bonnes villes ». Les carnets de l'IRHT. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search