Paris au Moyen Âge : “Monnaie et argent des parisiens (revenus et investissements)” (2001-2002)

Séminaire du 14 décembre 2001 : “Introduction”

Mathieu Arnoux et Caroline Bourlet, “Introduction générale au thème de l’argent à Paris”

Exposé à deux voix, présenté par Mathieu Arnoux et Caroline Bourlet, comme introduction aux séminaires de l’année sur le thème l’argent à Paris. Vaste programme dont nous n’épuiserons pas la richesse. L’étude de la formation de la monnaie, de sa circulation et de sa valeur à Paris et dans l’espace qui en dépend est un sujet compliqué. Les sources manquent, en l’absence de sources notariales pour le Moyen Âge (à la différence de Florence ou de Venise ou même de Rouen et de Dijon), et il faut construire sa documentation à partir d’autres archives.

Hypothèse initiale : croire à la monnaie

Dès les xiexiie s., il n’existe pas une institution Monnaie, mais des monnaies qui sont utilisées pour les transactions et les paiements (A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie s ?, Paris, 2001, (Pense différemment)). La monnaie, au xive s., est reconnue dans toute sa complexité, l’argent étant la valeur de mesure de toute chose (voir la littérature sur l’usure, les débats à la faculté des Arts,…). La monnaie circule en grandes quantités dans le royaume et afflue vers Paris. Par ailleurs Paris est une ville qui ne peut pas vivre en auto production.

Les espaces parisiens

Dès le début du xive s., le royaume de France apparaît comme un espace économique et monétaire unifié (au milieu du xiiie s., déjà, il s’y développait des phénomènes de dévaluation et de crédit). Les limites de l’espace parisien sont difficiles à préciser, car plusieurs espaces instables s’enchevêtrent : l’espace de consommation, par exemple, est formé de réseaux considérables pour le bétail et les céréales dont sont exclus les marchands étrangers car, à Paris, les consommateurs sont nombreux et il faut les nourrir. Centre de consommation, Paris est aussi un centre de redistribution pour les régions environnantes.

D’autre part, Paris est une ville industrielle, au centre d’une région industrielle. Avant 1300, c’est une grande ville drapante, dont les tisserands disparaissent vers 1360, tandis que les drapiers mettent la main sur des métiers éloignés (Basse Seine). À la foire du Lendit, les draps sont mesurés à l’aune de Paris. Un des espaces drapiers le plus grand d’Occident, spécialisé dans la finition s’est créé (d’énormes quantités de pastel arrivent aux Gobelins). Des industries minutieuses, aux activités peu réglementées, réservées à une main-d’œuvre très qualifiée, s’y développent aussi (dans les musées européens, allemands par exemple, les plus beaux objets-coffres, reliquaires, livres proviennent des ateliers parisiens), ce qui est confirmé par les comptes royaux.

Paris est aussi la capitale de l’état le plus étendu et le mieux organisé, lieu de convergence et de redistribution d’une partie de la fiscalité (les impôts y arrivent, mais n’y restent pas). La dette de l’État est un phénomène important (différent des banqueroutes anglaises) qui entraîne une forte demande de crédit et bouleverse les règles du marché. C’est aussi sa capitale religieuse.

Un réseau d’institutions permettant la circulation monétaire

Au total, une concentration d’institutions très demandeuses d’argent. Ce qui requiert un espace institutionnel et un système contractuel qui permettent la circulation de cette masse monétaire dans les deux sens – offre et demande -, d’où des institutions spécifiques, spécialisées dans ces transactions :

  • Les compagnies marchandes italiennes : les comptabilités de Galeran de Sienne attestent des actes passés à Paris par des notaires italiens ; fin xive-début xve, Francesco Datini, n’a pas d’agence à Paris, mais des correspondants italiens (Ses agences se trouvent dans l’arc méditerranéen qui va des Baléares au centre de l’Italie).
  • Les marchands espagnols (Rouen est une ville espagnole !) ;
  • Le réseau ecclésiastique, point d’encrage de la circulation monétaire ; l’église joue le rôle d’établissement de crédit (nous sommes bien renseignés pour les xie et xiie s.)
  • Les juifs.

Paris est bien inséré dans les réseaux économiques internationaux qui sont discontinus et ne couvrent pas tout le royaume ; il en est une des frontières avec les foires de Champagne à l’est (l’ouest est moins bien représenté).

Un système contractuel qui nous échappe en partie

En l’absence d’une vraie documentation notariale qui fournirait des actes à court terme, les manières de faire, les coutumes, unifiées ou non, nous échappent et il n’est pas possible d’analyser le système contractuel qui permet la circulation de l’argent. Les registres d’officialité, qui manquent à Paris, peuvent parfois y suppléer.

Comment expliquer cette absence d’archives notariales (les premiers registres apparaissent vers 1480 et les répertoires, pas avant 1500), alors que, dès 1300, le Châtelet de Paris avec ses 60 charges de notaires est le pool notarial le plus important d’Europe ?

Textes 

Plaintes adressées par le duc de Brabant au roi de France (s.d., début xive s.) [Arch. nat., J 1030, n° 66] ; acte de Charles, duc de Normandie relatif à un dépôt d’argent saisi sur ses ordres au Parlement (1357) [Ibid., J 218].

Séminaire du 1er février 2002 : “Les changeurs parisiens”

Marc Bompaire, “Les changeurs parisiens”

L’exposé de Marc Bompaire sur « Les changeurs parisiens » est organisé autour de deux axes :

  • Les changeurs et leur activité ;
  • Les métiers du change à Paris.

Il s’appuie sur un dossier qui réunit des textes et des images.

La législation royale interdisait le change extérieur et toute monnaie étrangère devait obligatoirement être apportée aux changeurs qui l’envoyaient à l’atelier monétaire pour être fondue et frappée à la monnaie nationale (par exemple en 1385). Le changeur sélectionnait, parmi les monnaies disponibles en masse sur le marché, celles dont le cours allait augmenter et il jetait celles qui allaient baisser ; il exerçait des activités de type bancaire : tenue de comptes et virement de compte à compte ; il jouait, enfin, un rôle d’expert : vérification de l’authenticité des pièces, et certification de leur cours.

Les changeurs et leur activité

Raymond de Roover (Money, Banking and Credit in Mediaeval Bruges : Italian Merchant Bankers, Lombards and Money-Changers : A Study in the Origins of Banking, Cambridge, Mass., 1948 (The Mediaeval Academy of America, 51)) a mis en évidence, à Bruges, 3 spécialités :

  • un marché du prêt, animé par des Lombards, des juifs ou des Cahorsins ;
  • un change manuel local des pièces avec activités bancaires ;
  • un change par lettres aux mains des marchands banquiers italiens.

Il y a imperméabilité entre les différents groupes. Les mêmes constatations peuvent être faites à Paris.

Les documents de la Chambre des monnaies fournissent des renseignements sur les changeurs manuels, mais l’iconographie est indigente (cf. le tableau de Quentin Metsys au Louvre : l’atelier est réduit et limité avec le changeur, assis à sa table recouverte d’un tapis, avec sa bourse et son registre).

La liste du matériel, acheté par un changeur de Clermont énumère 1 tente, 11 tables, 1 tapis, 1 coffre à serrures qui sert aussi de siège, 1 besace, 1 bourse de cuir, 1 balance et 1 marc étalon.

La balance est l’instrument par excellence du changeur dont l’activité essentielle était de peser les pièces pour vérifier qu’elles étaient de « bon poids » ; cette vérification pouvait aussi se faire avec des poids monétaires ou poids étalon. Ils devaient aussi trébucher les pièces, c.’est à dire mettre de côté celles qui pesaient plus que le poids légal et les rogner pour les mettre au poids légal, bien que cette pratique ait partout été dénoncée.

Il n’y a pas de concentration des changeurs à Avignon, ils sont dispersés dans la ville. Les boutiques sont tenues par un valet (jamais par le changeur en titre) qui s’enfuit en cas de vérification de la Cour des monnaies, ce qui rend les contrôles difficiles : les registres-journaux de la Cour des monnaies du début du xve s. (1410, 1430,…), mentionnent des orfèvres accusés de pratiquer le change, comme celui chez qui ont été trouvées des pièces qui n’avaient plus cours et qu’il aurait du rapporter chez un changeur.

Quand ils échangeaient des monnaies, les changeurs prélevaient une commission limitée à 1 ou 2 d. par livre ou pièce d’or, en vertu de l’ordonnance de 1422 (sous Philippe le Bel : 0,3 % ; vers 1370, 1 F/blanc soit 1 %). Ils faisaient des observations sur la qualité des pièces et leur rôle d’expert n’était jamais contesté (enquête à Perpignan en 1343) ; ils vérifiaient le poids, le titre (de rares livres de changeurs contiennent des explications sur la composition des différentes monnaies) et le cours des monnaies.

Il est difficile de déterminer le mécanisme des gains des changeurs : ils ne s’enrichissaient pas, ni même gagnaient leur vie sur les opérations de change manuel, mais en période d’instabilité monétaire où ils jouaient sur un stock important de monnaie et où les expertises et les activités avec l’atelier monétaire étaient nombreuses. S’ils s’inscrivaient au registre des changeurs pour obtenir, dans certaines villes, une dignité municipale, ce n’était pas leur principale activité et on rencontre la mention de changeurs et marchands, de changeurs et orfèvres ou de changeurs et drapiers.

Les textes font apparaître une confusion entre monnaie et change et des liens existaient entre tous les métiers de l’argent. Dans l’optique réglementaire du roi de France, les changeurs étaient chargés d’alimenter en métal l’atelier monétaire, alors qu’au xiiie s., existait en Angleterre un office de change qui était chargé de recevoir toutes les monnaies pour les emporter à l’atelier monétaire. L’administration royale a tenté de créer un monopole du change : après les hésitations du règne de Philippe le Bel, la pratique d’installer des changes pour le roi s’est généralisée dès 1322.

Des efforts ont été faits à Paris pour organiser et contrôler le métier de changeur : en 1343, les changeurs doivent recevoir des lettres du roi ; en 1380, 120 changeurs se font enregistrer auprès de la Chambre des monnaies et s’inscrivent à l’atelier monétaire ; à partir de Charles VI, les changeurs devaient renouveler leurs lettres à l’avènement du nouveau roi et fournir une caution ; ils s’engageaient à apporter tout leur métal à l’atelier monétaire ou une somme minimale ; s’ils ne le faisaient pas, ils devaient verser une somme forfaitaire comme dédommagement ; au xve s., enfin, les changeurs sont enregistrés.

Les métiers du change à Paris

À Paris, les changeurs sont installés sur le Grand Pont (à partir de 1320, il leur est interdit d’exercer le change ailleurs) où 54 emplacements en amont leur sont réservés (50 emplacements pour les orfèvres en aval) ; en 1343, en raison de la pression démographique, est envisagée la possibilité de leur louer un emplacement d’orfèvre en contrepartie d’une rente plus importante. En 1408, enfin, ils sont autorisés à s’installer au Châtelet, comme une partie des changes « ont cheu dans l’eau ».

Le métier de changeur est moins bien organisé que celui d’orfèvre (voir le Livre des métiers d’Étienne Boileau) ; il est moins en vue et les effectifs plus faibles. Néanmoins, des liens familiaux et professionnels existent entre les 2 : à Paris, de grands orfèvres en avaient de petits à leur service et s’approvisionnaient en métal précieux chez les changeurs (1409). Les changeurs travaillaient davantage avec l’atelier monétaire et certains y obtenaient des offices ; dans certaines villes du royaume, ils accédaient à l’échevinage.

Quelques textes qui permettent de comprendre l’évolution du métier de changeur :

  • 1356-1360 : un engagement pris par 40 changeurs d’apporter du métal à l’atelier monétaire, complété par une liste particulière de l’atelier monétaire de Paris (2 sources).
  • Ordonnances monétaires avec une version abrégée pour les baillis et sénéchaux et une version plus détaillée pour les changeurs ; à cette dernière est parfois jointe une liste des changeurs présents à la publication.
  • 1408 : le métier de changeur s’organise ; il est tenu fermement mais porté à bout de bras par l’administration monétaire.
  • 1402 : les maîtres des métiers apparaissent ; ils reçoivent les ordonnances et les font connaître à leurs collègues.
  • 1420 : les maîtres du métier inspectent leurs collègues avant l’administration monétaire.
  • 1414 : leur confrérie est placée sous le vocable de Saint-Mathieu.
  • 1440 : liste des changes et de leur taux d’occupation.
  • sous Philippe le Bel, les frais de réparation des changes du Grand Pont sont pris en charge par le roi ; comme au xve s., ce métier présente peu d’attrait et tous les changes ne sont pas occupés, d’autres métiers apparaissent sur le Grand Pont.
  • 1456/1457 : réception de 32 changeurs.

Le roi cherchait à faire des changeurs les auxiliaires contrôlés de sa politique monétaire, tandis que les changeurs voulaient que leur relation à l’atelier monétaire soit la source de bénéfices intéressants. Changeurs et maîtres de l’atelier monétaire appartenaient au même monde : vers 1410/1420, la Chambre des monnaies a installé des courtiers pour le contrôle des affineurs, ce qui constituait une étape importante dans le processus du traitement des métaux. À Paris, des févres d’argent sont installés près des changeurs.

L’apprentissage des changeurs durait 3 ans (9 ans pour les orfèvres) et était sanctionné par un examen avec des questions d’arithmétique.

Séminaire du 8 mars 2002 : “Fabrication de la monnaie et politique monétaire à Paris”

Cette séance comprenait les interventions suivantes :

Séminaire du 12 avril 2002 : “Les investissements des familles échevinales. La prison pour dette”

Boris Bove, “Les investissements des grandes familles bourgeoises parisiennes au xive s.”

En préambule à son exposé sur « Les investissements des grandes familles bourgeoises parisiennes au xivs. », Boris Bove, a précisé qu’il ne considérait que les familles échevinales qui faisaient partie des plus gros contribuables (par exemple, Étienne Hauldry, en 1299 et 1300, arrive au 2e rang et son héritage s’élève à 16 000 1., sans tenir compte de ses acquêts), mais que ses conclusions peuvent être généralisées à toutes les familles parisiennes riches.

Selon la théorie sociologique moderne, la richesse a une dimension économique, sociale (le capital social inclut le réseau de relations) et culturelle. Ces trois dimensions se combinent et se multiplient et le capital symbolique est la synthèse du tout. En appliquant cette théorie aux familles échevinales, on peut considérer toute dépense comme un investissement leur richesse étant la dimension économique, leur réseau de relations, la dimension sociale. Pouvoir et richesse entretiennent des relations car le pouvoir enrichit (cf. le service du roi). Il faut y ajouter la dimension spirituelle : le salut se prépare sur terre. On aboutit au capital symbolique, la renommée qui s’exprime par les armoiries. La constitution et l’entretien du capital social ont un coût : l’organisation de joutes publiques est ruineuse ; il nécessite l’acquisition d’une demeure de qualité et la possibilité de doter ses filles car ces réseaux s’appuient sur des échanges matrimoniaux.

Le capital politique : les officiers du roi, lorsqu’ils sont bourgeois, avancent des fonds qui sont remboursés sur le Trésor, pour l’armée ou pour d’autres dépenses extraordinaires. À cette époque, les chapelles familiales ou les ex-voto se généralisent dans les églises : Étienne Haudry consacre 40 % de ses biens à son hôpital, sa femme, 60 %. On ne peut pas quantifier ces différents capitaux les uns par rapport aux autres. Néanmoins, la coutume de Paris limite le capital spirituel à 20 % de la fortune.

L’investissement strictement économique se divise en deux : productif (investissement dans la banque et les affaires) ou spéculatif (lié au patrimoine). Peu de familles échevinales achètent des bois dans les alentours de Paris (7 familles sur 30) et Jean Poilevilain, avec ses 660 arpents, fait figure de spéculateur en bois, de même que Gencien/Coquatrix qui en afferment, en 1311, une grande quantité à l’abbé de Saint-Rémy de Sens.

L’investissement patrimonial est mieux documenté, mais il faut raisonner en terme de structure plutôt que de valeur absolue.

  • Les rentes sont exclusivement urbaines ; elles portent sur les immeubles ou sur les institutions.
  • Les rentes institutionnelles consistent en un revenu à prendre sur celui d’une institution (la Municipalité ou le Trésor) ; elles sont peu nombreuses mais de forte valeur (autour de 40 1.) ; elles sont sûres car les institutions sont immortelles ; on les obtient par la faveur du roi ou en fréquentant les favoris du roi ; elles servent à doter les filles, pour l’héritage des mineurs, en cas de mort prématurée du père et pour les donations pieuses.
  • Les rentes sur les immeubles sont spéculatives ; elles sont nombreuses et de faible valeur (en moyenne, 3 1.) et portent sur des immeubles de la rive droite et de la Cité ; elles répondent à un besoin de crédit et ont une double origine : constitution de rente et baux à rente ; le marché est animé par la grande bourgeoisie et représente 10 % du capital ; il y a une circulation entre la rente et le capital immobilier (Pierre Marcel, le père d’Étienne, a investi dans la rue Saint-Jacques-aux-Pélerins et dans la rue Mauconseil) ; sa rentabilité est symbolique.
  • Les alleux et les seigneuries urbaines : 1/4 des familles en possèdent et si le revenu du fonds de terre est faible, il est complété par le crois de cens et les droits de mutations. Les fiefs sont fortement personnalisés (la terre aux Flamands) et parfois les bourgeois habitent leur alleu : un rituel de l’honorabilité qui fait plaisir aux bourgeois.
  • Les immeubles de rapport : Ebroin de Valenciennes possède 7 maisons et 1 ruelle dans la censive de Saint Magloire.

L’investissement dans les campagnes : la plupart des échevins possèdent des terres qu’ils tiennent à cens (10 familles ; une poussière d’arpents autour de la ville). Les fiefs ruraux, la minorité, sont plus éloignés et plus importants (1 dizaine d’arpents). Ils servent à alimenter une consommation domestique et à remplir les granges urbaines qui servent à stocker les produits de la campagne (commerce du vin, car la vigne est omniprésente dans les patrimoines bourgeois). La grande propriété rurale est limitée car les bourgeois sont arrivés trop tard sur le marché, à moins que la concentration de leur intérêt sur les immeubles urbains soit un choix de gestion. Ces seigneuries ont une valeur symbolique et peuvent servir à une stratégie d’anoblissement.

Pour être signifiants, ces investissements doivent être replacés dans le déroulement d’une vie, car ils correspondent à ses différents âges.

Julie Mayade-Claustre, “Les prisonniers pour dette dans la prévôté de Paris”

L’exposé de Julie Mayade-Claustre sur « Les prisonniers pour dette dans la prévôté de Paris » nous a introduits dans les arcanes de l’endettement privé à travers les sources judiciaires parisiennes et plus particulièrement le registre d’écrous du Châtelet (Arch. nat., Y 5266 ; 1488-1489) et s’inscrit dans une recherche plus générale sur les formes juridiques du crédit à Paris au xve s.

Un tiers des écrous concerne des débiteurs soit 650 sur plus de 1800 écrous, c’est-à-dire 3 écrous quotidiens et 396 prisonniers sur 2500 sont soumis à la contrainte par corps ; un « d », en marge, signale les débiteurs. 396 débiteurs ont été écroués à la requête de 365 créanciers. C’est, une part importante de l’activité du prévôt royal.

Les dettes sont soit d’origine civile, soit d’origine judiciaire : celles qui sont passées devant les notaires du Châtelet sont différentes de celles des acheteurs de biens prouvées par des actes judiciaires : elles comportent une clause d’obligation générale, tous les biens des débiteurs peuvent être hypothéqués et elles sont authentifiées par le sceau du Châtelet.

Les acheteurs de biens (14 %) se portent acquéreurs de tous les biens des débiteurs, ces derniers s’engageant à dédommager ceux qui les ont aidés.

Il existe plusieurs catégories de dettes :

  • des dettes en nature (apprentissage, n. 3, p. 1)
  • des dettes d’origine purement judiciaires ;
  • des dettes prouvées par des lettres autres que les achats de biens

Deux conditions sont nécessaires : obligation de corps du débiteur, en vertu de la législation royale et apposition du sceau du Châtelet.

La clause d’obligation générale est systématique dès le xiiie s., mais à la fin du xve, les obligations de corps ne sont mentionnées que dans un petit nombre de contrats et tous les prêts n’y sont pas soumis (tous actes confondus, 4 cas, dans l’étude XIX et 8, dans la VIII). Elle met en évidence la place des notaires du Châtelet, mais il est difficile d’en esquisser la chronologie : la juridiction gracieuse des officialités est restée en vigueur plus longtemps qu’on ne le croit (registres de l’officialité, 1384-1387 ; dans le registre de Villeneuve-Saint-Georges, dépendant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, 73 obligations ont été enregistrées de 1371 à 1373 et Françoise Lehoux cite 30 actes privés dans les 2 registres de Saint-Germain-des-Prés de 1407 à 1410 ) ; d’autres juridictions gracieuses sont encore actives à Paris au début du xve s. ; les tabellions lombards enregistrent encore des actes à la fin du xvs. (inventaires après-décès) ; il existe un certain nombre d’actes non authentifiés sous seing manuel (François Olivier-Martin, Sentences civiles du Châtelet... ) et les conventions non écrites ne sont pas évaluables. L’obligation de corps ne dégage donc qu’une petite part de la dette parisienne.

Les caractères internes de la dette : son montant est relativement modeste (de 12 s. à 400 l. t. et plus de la moitié est inférieure à 100 s. soit 50 jours de salaire d’un manœuvre du bâtiment) ; elle concerne des achats à crédit ou des emprunts, rarement des arrérages de rentes ; elle est stipulée en monnaie de compte, mais les systèmes parisis ou tournois sont utilisés indifféremment.

Les motifs (pour les lettres obligatoires seulement) : louages, fermes et salaires ; ventes et prêts (céréales, vins, chevaux – 26 mentions d’achats à crédit de chevaux, bétail, lard, drap).

Le circuit de la marchandise : des marchands en gros aux marchands au détail. Le Châtelet assure une certaine régulation des réseaux de commerce pour certaines denrées.

Les prêts interviennent entre des personnes qui entretiennent des relations d’ordre professionnel : entre tenant d’une même activité mais pas entre gens de même métier.

Quatre cas d’arrérages de rente échues mais l’obligation de corps n’est pas mentionnée dans les baux à rente et dans les constitutions.

Le registre d’écrous dégage un calendrier des dettes : l’activité principale de la prison du Châtelet se situe en juillet et août, puis tout le monde réclame son dû au moment où il doit honorer ses échéances (Saint Rémy, Saint-Martin et Toussaint) d’où on peut en déduire le rythme saisonnier du marché du crédit. C’est un crédit à court terme ; on attend environ de 9 à 18 mois avant de réclamer son dû (6 mois quelquefois).

230 créanciers habitent Paris ; 11 ont dû y élire domicile.

Le Paris des créanciers : la rue Saint-Honoré, les Halles, la rue des Bourdonnais, la rue des Lombards. Celui des débiteurs : la Mortellerie, la rue Saint-Martin, la rue Montmartre.

La moitié des personnes emprisonnées pour dette reste en prison moins de 48 heures (70 % reste 1 jour au plus). La contrainte par corps induit un emprisonnement plus long.

Séminaire du 3 mai 2002 : “L’argent des institutions parisiennes”

Les institutions parisiennes face à l’argent était le thème de cette séance. Ont été retenus l’Hôtel-Dieu, dont la comptabilité abondante fournit des éléments de réflexion, à défaut de réponses ; la municipalité qui gère l’argent de ses domaines et qui, à un certain moment, a présenté un budget en crise.

Christine Jehanno, “L’argent d’une institution parisienne à travers ses comptes, l’Hôtel-Dieu”

Paradoxe : « les comptes de l’Hôtel-Dieu ne parlent guère d’argent » a fait remarquer Christine Jehanno en commençant. Mais si l’on définit l’argent comme la monnaie, la fortune et le moyen de paiement – ou plutôt son défaut -, la comptabilité de l’hôpital parisien le fait apparaître dans toutes ses rubriques. 3 thèmes : la monnaie métallique ou comment le Parisien vivait le maniement de l’argent ; la monnaie métallique, comme moyen de paiement ; la fortune : revenu ou ressource ?

La monnaie métallique

La monnaie métallique n’apparaît qu’accidentellement dans la comptabilité, à l’occasion de versements effectués par l’Hôtel-Dieu ou de l’enregistrement du produit des aumônes (on fait le décompte des pièces qui est converti en monnaie de compte), car les comptes sont tenus en livres/sous/deniers parisis. Les traits de la circulation monétaire du Paris médiéval sont confirmés. Les espèces sont extrêmement nombreuses : si le franc et l’écu l’emportent, on trouve aussi des nobles d’or anglais, des florins, des ducats, des bourderets, au total des monnaies d’or, d’argent ou noires. Le tri-métallisme est non seulement accepté, mais courant et d’un maniement normal : les Parisiens manient les monnaies de façon véloce. Si les 3 systèmes cohabitent, néanmoins les monnaies noires et d’argent l’emportent sur celles en or. Le contenu des troncs fausse la notion de circulation monétaire car les gens s’y débarrassent des monnaies démonétisées (à partir de 1436, les monnaies anglaises disparaissent rapidement) ou de pièces fractionnées (des 1/2 ou des 1/4 d’espèces) dont le cours est difficile à préciser à cause de l’instabilité de leur valeur libératoire (écu d’or : 18 s. p. entre 1416 et 1418, 23 s. en 1425, 22 s. dans les années 1430, 26 s. à la fin du xve s., puis 28 s. à partir de 1485). Le type de la pièce est rarement exprimé : un écu au Soleil peut désigner plusieurs monnaies puisque des écus au Soleil avaient aussi cours en Savoie et en Béarn… L’acceptation de ces pièces est cause d’insécurité : tous les ans, la Prieuse et le Maître ne savent comment ils vont les remettre en jeu, ce qui constitue régulièrement un manque à gagner. Les mutations monétaires sont lourdement pénalisantes, ce qui explique qu’elles soient mentionnées dans les comptes. Tous ces problèmes devaient peser lourdement sur la confiance que l’on a en la monnaie métallique.

L’argent comme moyen de paiement

Les comptes enregistrent dans les dépenses les achats de denrées et le paiement des services ; néanmoins ils donnent une image faussée de la gestion des achats, car ils sont dressés a posteriori. Chaque acquisition est datée, mais les paiements ne le sont pas obligatoirement : il peut s’écouler plusieurs jours entre un achat et son paiement et les paiements à tempérament sont la règle à l’Hôtel-Dieu. Si un marchand forain est immédiatement défrayé, l’Hôtel-Dieu a un compte permanent chez certains marchands de bétail et il recourt également au crédit, paiement à plus long terme, pour les achats de cire et d’épices, par exemple, qui sont payés de temps en temps (voir le compte de 1418 et les relations avec la famille Derpy, son fournisseur pour l’épicerie et la pharmacie). Il arrive que l’Hôtel-Dieu soit poursuivi par ses créanciers : les fruitiers Colet de Blémur en 1443 et Jeanne la Loquette, en 1445 réclament ce qui leur est dû pour leurs fournitures du Carême 1441. Ces dettes peuvent s’éteindre ou être diminuées car l’hôpital se fournit auprès de débirentiers qui n’ont pas honoré leurs créances. La pénurie de monnaie est ainsi à l’origine d’autres moyens de paiement et on peut se poser la question de savoir si l’organisation économique et sociale peut se passer de monnaie métallique.

Les ressources de l’institution

Les ressources de l’institution sont constituées des revenus de l’hôpital, de son patrimoine (sa fortune foncière et immobilière) et de son Trésor, mais tout n’apparaît pas dans les comptes. Le revenu potentiel de l’institution tient compte de ce que drainent les appels à la charité, les ventes d’indulgences et les quêtes, annoncées par des placards aux portes des églises. La typologie des revenus fait apparaître ceux qui proviennent du patrimoine : cens, rentes, arrérages, fermages, droitures, lods et ventes ; de la charité : legs et aumônes, quêtes ; des ventes ; des recettes communes, revenus laissés dans la caisse commune pour être partagés entre les divers services de l’hôpital. Les revenus du patrimoine, même s’ils affichent une baisse, semblent plus stables que ceux de la charité et au xve s., les rentes sur le Trésor sont un leurre, car elles ne sont jamais payées. Les revenus de la charité, liés à la conjoncture, sont fluctuants et peuvent, certaines années, être très modestes : en 1418, l’épidémie de peste a conduit à l’Hôtel-Dieu des legs considérables. Les quêtes exceptionnelles, comme en 1446, dans tout le royaume ont fait converger vers l’hôpital de la monnaie mais aussi des quantités de linge. Ces quêtes sont autorisées par le Saint-Siège ; il y a aussi des quêtes traditionnelles : des femmes vont dans Paris et ont le droit de conserver pour elles la moitié du produit ; néanmoins la crise budgétaire chronique qui s’exprime dans les bilans comptables qui sont faits à l’issue de chaque exercice va s’intensifier et la situation sera particulièrement dramatique au début du xvie s. Le chapitre cathédral est tenu d’éponger le déficit, mais il conserve l’excédant, quand il y en a. Les chanoines attendent que plusieurs exercices soient achevés pour faire la balance (ils auditionnent les comptes 10 ou 15 ans après leur clôture), mais on ne sait pas comment ça marche : toutes les dépenses portées au compte ont-elles été faites ? L’encaisse qui n’est pas portée au compte constitue-t-elle un fonds de roulement ? Les notions de budget et de déficit budgétaire ne concernent pas l’Hôtel-Dieu : ils ne peuvent pas prévoir le montant de leurs ressources et ils ne maîtrisent pas leurs dépenses, car ils ne peuvent pas prévoir l’afflux des malades, la charité étant pour eux un devoir. Dans les années 1495-1505, les bourgeois qui exerçaient la tutelle, exigèrent des comptes que le Maître refusa de fournir : pendant 30 ans, ils vont l’éplucher et le commenter, les mentions marginales permettant de suivre leur démarche.

Paul Benoît, “La crise financière de la ville de Paris en 1449-1450”

Paul Benoît a présenté la grave crise financière de la ville de Paris en 1449-1450, consécutive à la plainte de l’avocat au Parlement, Jean Du Breuil, révélée par les Comptes du domaine. Celui-ci a attaqué la Municipalité qui lui devait 359 l. p., au titre des arrérages d’une rente de 100 l. qu’il avait sur la ville. Au nombre des débiteurs, on comptait les religieuses de Melun, les chapelains de Notre-Dame, les abbayes de Sainte-Geneviève et de Chaalis, les dames de Passy, les Cordeliers… des gens de la municipalité parisienne (le prévôt des marchands et les échevins, les 6 sergents du Parloir aux bourgeois… ) et des grands noms de la bourgeoisie. En octobre 1449, Martin de La Planche était receveur du Parloir aux bourgeois.

Le Parlement est intervenu, le 2 juin 1449, en procédant à la saisie des rentes et revenus du domaine de la ville : revenus des maisons et louages de Petit-Pont, des jardins, des pêcheries, des revenus du pont Notre-Dame… Dès avril 1450, il était obligé de lâcher un peu de lest car la ville devait fonctionner et, par un arrêt, il lui accorda 300 l. de revenus pour les réparations du pont Notre-Dame. Un accord de juin 1452 annonçait le paiement des arrérages Jean Du Breuil recevrait 100 1. en deniers comptant et le reste en assignation sur la ville ; autre bénéficiaire Jean de Maincourt, horloger de la ville.

La ville étant très endettée, on a abouti brusquement à un blocage financier. 2 types de recettes les constituaient :

  • le domaine : cens, location des bastides, de maisons, comme celles du pont Notre-Dame, les pêcheries, les fermes des chaussées… ;
  • les aides accordées par le roi sur le vin, le sel et la bière.

Les recettes du domaine servaient à financer l’essentiel des travaux, les murailles, les ports, les ponts, les égouts et les autres frais de l’Hôtel de ville ; la dette était payée sur les aides. Autres dépenses : les fiefs et rentes, les gages d’officiers et le pavage des rues qui remontait à Philippe Auguste.

Les comptes du domaine (une année en original ; pour les autres, les copies de Moriau) nous apprennent un certain nombre de choses :

  • en 1459, le budget était équilibré, mais les sommes en souffrance, considérables. La première solution était de ne pas payer les rentes : en 1440, le tiers avait été supprimé ;
  • en 1447, on prend de l’argent sur les aides et régulièrement jusqu’en 1456, 720 l. t. sont versées au domaine pour rétablir l’équilibre du budget (les aides sur la bière chutent dans les années 1480) ;
  • les rentes, qui représentaient 10 %, grevaient le budget du domaine, pourtant peu élevé, aussi elles sont désormais payées sur les aides.
  • une des caractéristiques de l’Ancien régime, c’est l’endettement énorme de la ville de Paris qui a nécessité l’intervention du pouvoir royal ; cette mainmise sur la ville s’est révélée d’une efficacité douteuse ;
  • les finances de la ville étaient faibles par rapport à ses besoins ;
  • quand le budget a acquis un meilleur équilibre (1459), des travaux de pavage sont prévus ; ces réinvestissements sont signes de reprise.


Citer ce billet
Marlène Helias-Baron (2023, 30 novembre). Paris au Moyen Âge : “Monnaie et argent des parisiens (revenus et investissements)” (2001-2002). Les carnets de l'IRHT. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search