Paris au Moyen Âge : “Comptabilités, prix et salaires à Paris : Quelles sources ? Qu’en faire ?” (2002-2003)

Séminaire du 18 octobre 2002 : “Introduction”

Caroline Bourlet, “Introduction”

Dans cette séance introductive, Caroline Bourlet, a présenté la question mise au programme de cette seconde année consacrée à l’argent des parisiens et plus particulièrement à l’épineuse question de l’interprétation des salaires, des prix, des revenus fournis par la documentation.

La démarche choisie est pragmatique : partir de l’expérience acquise par les uns et les autres sur l’histoire des prix et des salaires, des coûts de fonctionnement d’une maison, d’une institution à partir de leurs propres sources et explorer la possibilité d’une mise en commun des informations afin de permettre une exploitation plus aisée de ces données.

La question est claire, quel usage l’historien peut-il ou doit-il faire aujourd’hui des informations sur les salaires, les prix, les revenus à Paris ? En quoi et à quelles conditions ces indications sont-elles un bon instrument de mesure de la vie des Parisiens ?

Mesurer la vie des Parisiens, c’est mesurer les conditions de la vie matérielle et par conséquent établir des niveaux de vie. Pour cela, il faut allier aux mesures quantitatives, une utilisation qualitative des données (Jean-Pierre Sosson, Claude Thiry,… Les niveaux de vie au Moyen Âge, 1999). Il est aussi nécessaire de préciser la définition d’un certain nombre de mots, comme indigence, aisance, minimun social, niveau de subsistance.

L’historiographie

La question est en elle-même assez générale bien que l’espace géographique sur lequel nous travaillons soit restreint et la bibliographie sur le sujet est vaste et fournit des éléments de réflexion. En France, l’édition de séries et de prix nominaux est inaugurée par G. d’Avenel, Histoire économique de la propriété, des salaires, des denrées et de tous les prix en général, depuis l’an 1200 jusqu’en 1800, 7 vol., 1894-1926. Mais ce sont les études d’histoire économique du xxe s. qui offrent le matériau de réflexion le plus fécond. Voir, notamment, l’introduction méthodologique très stimulante de Hermann Van der Wee, The Growth of the Antwerp Market and the European Economy (fourteenth-sixteenth centuries), Louvain, 1963, 3 t., ou Charles de La Roncière, Prix et salaires à Florence au xive s. (1280-1380). Pour Paris, les études de Meuvret sur l’évolution du prix des grains, de Leroy-Ladurie sur les loyers, de M. Baulant sur les salaires de la construction.

Comprendre les mécanismes de l’économie de marché, de la croissance et de la crise,démarche qui requiert de traiter statistiquement d’importantes séries de données élaborées et jugées représentatives (Van der Wee). Les médiévistes, comme les modernistes, ont tenté de telles études mais, ne disposant pas de séries pluri-séculaires, ils ont souvent travaillé sur des périodes plus courtes (M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au xve s., Bruxelles, 1975). Ils ont multiplié les approches partielles et, pour rendre comparables leurs données sur le long terme, ont établi des indicateurs plus complexes (et plus approximatifs), associant, en fonction de l’état de la documentation disponible critères quantitatifs, prix alimentaires – céréales, pain, beurre, fromage, par exemple –, prix du logement (des loyers), salaires et critères qualitatifs tels que la qualification professionnelle et la taille des ménages par exemple. Les indices deviennent des indices du coût de la vie et les courbes ainsi établies ne sont plus à proprement parler des courbes de prix, elles donnent, plus largement, l’évolution du coût de la vie ou, même, celles des niveaux de vie lorsque des indices calculés sur les salaires interviennent. C’est l’approche de Charles de La Roncière (Prix et salaires à Florence au xive s., 1280-1380), qui, ayant établi un panier de la ménagère composé à partir de besoins types, définit un « budget type » selon des critères qualitatifs tels que la taille du ménage. Comparant ensuite courbes de salaires et budgets types, il en tire des conclusions frappantes sur l’évolution du niveau de vie des ouvriers en fonction de l’évolution de la conjoncture : alors que le niveau de vie des maîtres progresse en général (sauf pour les chefs de famille en période de trop forte hausse des prix mais c’est toujours passager) et qu’ils peuvent atteindre à une alimentation plus diversifiée (qui explique en partie la progression des prix des produits fins et de la viande), les ouvriers non qualifiés chefs de famille ne peuvent nourrir correctement leur famille même lors des hausses de salaires du milieu du xive siècle. Parmi eux, seuls les célibataires s’en sortent. La pauvreté n’est jamais très loin de la précarité.

Ces démarches ont soulevé des critiques : la comparaison des prix et des salaires repose sur des habitudes régionales et ne tient pas compte de la stratégie individuelle ; le salaire en argent ne représente qu’une partie de la rémunération et ne tient pas compte du fait que les salariés ne travaillent pas tous les jours ouvrables ; les systèmes d’embauche sont complexes ; le travail dans le bâtiment a des modes de fonctionnement particuliers…

D’autres approches, complémentaires, sont possibles : l’évaluation des niveaux de fortune bourgeoise est un indice intéressant, ponctuellement inscrit dans le temps qui permet une hiérarchisation des fortunes entre les groupes sociaux professionnels. Par ailleurs, toutes ces études montrent l’importance d’une exploitation qualitative des informations qui se prêtent mal à une étude quantitative : dans Les marginaux parisiens, Geremek a mêlé les données des rôles de la taille avec celles des sources judiciaires pour entrer dans le vécu et a ainsi utilisé beaucoup de qualitatif (voir aussi Christopher Dyer, Standards of Living in Later Middle Ages, Social Change in England (c. 1200-1520), Cambridge, 1989).

Il faut s’investir dans une double démarche : réfléchir aux indices, aux méthodes quantitatives que l’on pourrait utiliser pour alimenter un outil commun pour les Parisiens et à la façon d’utiliser l’autre documentation.

Les sources : problèmes d’interprétation.

Les sources de l’histoire quantitative ne se limitent pas aux comptes ; on trouve des renseignements dans les textes d’organisation, les tarifs (R. FOSSIER, Sources d’histoire économique et sociale du Moyen Âge occidental… Turnhout, Brepols, 1999 (L’atelier du médiéviste, 6)), les règlements de métiers. Il existe des séries de prix constituées, dès le Moyen âge, dans un but administratif : les mercuriales ou par les pouvoirs publics qui veulent connaître les rentes : prix du blé en Flandre et en Artois. Les comptes sont divers et il faut y ajouter ceux des établissements ecclésiastiques ou hospitaliers. La comptabilité de type domestique est une référence pour évaluer le train de maison (comment fonctionne le budget d’un hôpital par exemple ?).

Les inventaires et testaments fournissent de nombreuses informations de type qualitatif. Il faut s’interroger sur les crédits.

Il est nécessaire d’insister sur le problème de l’interprétation des sources : les données chiffrées transmises par le Moyen Âge ne sont pas immédiates (des estimations d’estimations) ; dans certaines sources, utilisation théologique et symbolique des chiffres : outre la notion chiffrée, ils ont une autre valeur ; les problèmes de métrologie ; la comptabilité est une technique intellectuelle dont il faut décrypter les mécanismes.

Que devons-nous faire cette année ?

Réfléchir au fonctionnement des sources : faut-il donner les chiffres bruts, trouvés dans les documents ou un matériau travaillé, assorti d’explications et comment en faire un matériau utilisable par tous ; faut-il élaborer des données de type référentiel ou statistique ? fFut-il réunir beaucoup des outils divers : métrologiques ou autres ?

La première tâche serait peut-être d’élaborer un ensemble de règles du jeu méthodologiques pour rassembler des données et arriver à un mode d’emploi et particulièrement de se mettre d’accord sur un lexique (discuter, par exemple, de la terminologie médiévale du salaire).

Séminaire du 22 novembre 2002 : “Les comptes de la construction de l’église du collège des Bernardins de Paris”

Philippe Dautrey, “Les comptes de la construction de l’église du collège des Bernardins de Paris”

1. Situation du collège en 1338

Édifié et organisé par l’abbé de Clairvaux, Étienne de Lexington, en 1245 le collège parisien des Bernardins avait été conçu pour être à la fois un lieu d’étude cistercien avec ses propres enseignants – le premier maître est Gui de l’Aumône en 1252 –, un enseignement exclusivement destiné aux moines cisterciens, et un lieu d’accueil capable d’accueillir les moines envoyés par différentes abbayes, payant pension ou bénéficiant d’une des 33 bourses dont le collège disposait.

Ce lieu avait été conçu comme un lieu cistercien : isolé – un désert –, comportant un espace permettant le travail des mains – un clos –, édifié sans créer de dettes avec une partie immédiatement définitive – le bâtiment des moines, la porterie, la clôture –, et une partie provisoire, – en particulier une chapelle petite –, adapté à une communauté composée presque exclusivement de moines, avec seulement quelques convers et sans bâtiment des convers.

À cause du succès du collège et du rôle qu’il jouait dans l’université, la chapelle a été considérée comme insuffisante en 1286 et sa reconstruction envisagée. Les moyens financiers n’en ont pas été trouvés même lorsque le collège, endetté est transmis à l’ordre cistercien par l’abbé de Clairvaux en 1321. C’est l’élection à la papauté du cistercien et ancien professeur au collège, Benoît XII, qui permet de lancer la construction d’une véritable église en 1338.

En avril 1339, Benoît XII désigne Pons de Madières, un convers de l’abbaye où il avait fait profession, Boulbonne, pour assurer l’approvisionnement du chantier en matériel et en hommes et pour en tenir la comptabilité. Celui-ci assumera cette charge au moins jusqu’à la mort de Benoît XII en avril 1342.

2. Les registres de Pons de Madières

Deux registres des Introitus et Exitus conservés aux Archives Vaticanes témoignent de l’activité de Pons de Madières, les registres 181 et 197. Ils sont incomplets tous les deux. Seules les trente dernières pages du registre 181 – folios 94- 122 – concernent les Bernardins de Paris. Comme Pons de Madières avait paginé ses comptes et que le numéro de page le plus élevé est 60, ce sont au moins une trentaine de pages qui ont disparu. Les pages de ce registre qui concernent les achats de matériaux étant structurées par types de matériaux, c’est certaines de ces catégories qui manquent : les pierres, le sable, le verre, les tuiles…

Le registre 197 est tout entier consacré aux Bernardins. Il est resté longtemps ignoré car identifié comme de rapportant au Palais des Papes d’Avignon et n’a pas été utilisé. Il porte sur des salaires payés chaque quinzaine. Il faisait certainement suite à un autre registre, tenu d’avril 1339 à septembre 1340 et qui a disparu, car il débute en septembre 1340 et s’achève en avril 1342. Il est consacré aux salaires. Il est complet, du moins pour sa période.

3. Les manœuvres parmi le personnel du chantier

3.1 Le domaine du registre 197

Il est exclusivement consacré au paiement des personnes

Celles-ci peuvent être rémunérées selon trois types de paiements :

  • des salaires, les manœuvres étant payés uniquement de cette façon ;
  • des paiements à la tâche, « les paiements qui suivent sont ceux des ouvriers qui œuvrent et taillent à la tâche », par exemple au verrier Duran ;
  • des prix-faits, soit assimilés à des paiements effectués suivant un barème révisable établi par Pons de Madières, soit assimilés, selon une définition plus courante, à de véritables contrats entre des artisans et le chef de chantier, fixant l’œuvre à exécuter, les modalités de travail, les modalités de calcul du prix. Les maîtres charpentiers qui construisent un engin sont payés de cette façon.
3.2 L’espace d’activité

Celui-ci se partage entre trois ensembles, les manœuvres intervenant dans les deux premiers :

  • L’espace du chantier au sens étroit composé des constructions elles-mêmes avec leurs échafaudages et des lieux de préparation des matériaux : la pierre avec les différentes parties de la loge, le mortier, le bois, de verre.
  • L’espace des livraisons et du transit qui d’étend de la Seine jusqu’aux loges.
  • L’espace de production et de transport des matériaux
3.3 Les catégories de personnel

Les manœuvres appartiennent à une catégorie de personnel doublement répertoriée, dans la structure théorique présentée en tête de chaque quinzaine et dans la structure utilisée lors des paiements eux-mêmes. Chaque fois, ils sont en dernière position.

3.4 Le temps de travail annuel

Le temps de travail annuel des manœuvres est différent de celui des maçons et, parmi les manœuvres, il y a aussi des disparités. D’une manière générale, le temps chômé est plus court que celui que Binding a pu observer ailleurs (Günther Binding, Baubetrieb im Mittelalter, 1993). Il semble que ne pas chômer une fête soit un avantage permettant un gain supplémentaire.

Séminaire du 13 décembre 2002 : “Formes de rémunération en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge”

Robert Braid, “Formes de rémunération en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge”

De nombreux historiens ont tenté d’établir le niveau de vie des classes laborieuses au Moyen Âge, mais même ceux qui observent que le salaire se constituait le plus souvent de nombreux éléments (argent, nourriture, logement, vêtements, denrées, etc.) ne basent leurs calculs que sur la partie numéraire du salaire. Sans prendre en compte la totalité du salaire, tout calcul de ce genre est voué à l’échec. D’autres historiens ont souligné que les ouvriers vivaient essentiellement à la charge de leur patron pour mettre en évidence le rapport foncièrement « familial » ou « féodal » des rapports de production. Mais sans comprendre l’évolution des formes de rémunération, et les facteurs derrière cette évolution, on ne peut espérer vraiment comprendre les rapports qui ont pu exister entre les ouvriers et leurs employeurs.

Les sources peuvent être trompeuses. Tandis que les règlements de métiers ne parlent quasiment jamais ni des formes ni des montants des salaires, la comptabilité ne prend en compte que la partie en numéraire. Les actes notariés mentionnent tous les éléments du salaire, mais ne représentent qu’une faible minorité du travail salarié. Si on ne peut pas se fier aux taux exprimés dans les ordonnances royales et les délibérations communales, on peut quand même constater qu’elles contiennent un grand nombre d’informations sur les formes de rémunérations. En analysant ces textes normatifs et en comparant le même type de document dans diverses régions, on peut tracer quelques lignes de l’évolution des formes de rémunération.

Suite à la Peste noire de 1348, les autorités tentèrent de limiter la hausse des salaires. Dans les régions de la péninsule ibérique, les salaires sont très variés, comportant des éléments en céréales, repas, pain, vin, vêtements, terres, et argent, et changeant en fonction du métier, de la saison, de la région, de l’âge de l’ouvrier et de son statut. En France, Provence et Angleterre, les taux sont presque toujours exprimés en argent ; les quelques exceptions prouvent qu’il ne s’agit pas simplement de la valeur en argent d’un salaire mixte. Une fois que les salaires furent limités par statut royal, les pratiques d’embauche subirent une certaine modification. Au lieu de se contenter de leur argent comme de coutume, les ouvriers cherchaient maintenant d’autres prestations en nature, comme des repas, du vin, etc. Pour rendre efficaces les premières ordonnances sur les salaires, les monarques devaient s’engager à contrôler aussi les formes de rémunération, qui apparemment s’effectuaient de plus en plus en nature. Ces nouveaux statuts poussèrent les acteurs économiques à trouver d’autres solutions pour échapper à ce contrôle étatique du marché du travail.

Une petite analyse d’autres documents renforce la notion d’un salaire très modifiable qui évolue selon la conjoncture. Dans le bâtiment londonien, par exemple, on constate que la proportion de la rémunération que représentent les repas diminue tout au long du xiiie siècle, accentuant donc la baisse des salaires réels constatée par d’autres historiens pour cette époque. Une étude des registres de comptes de l’Hôpital du Saint-Esprit à Marseille met en relief la tendance vers des rémunérations de plus en plus en nature. Tandis qu’au xive siècle, les dépenses de bouche de l’hôpital n’augmentaient pas à part pendant les fêtes religieuses, au xve, elles sautent aussi pendant les grands travaux. D’autres mentions dans la comptabilité signalent que l’hôpital commençait à fournir plus qu’un simple salaire en argent à ses ouvriers au xve.

Une brève analyse des textes révèle également que le vocabulaire utilisé dans ces documents n’est pas toujours cohérent et que l’établissement d’un nouveau lexique du travail s’impose.

Séminaire du 17 janvier 2003 : “Sources comptables parisiennes (I)”

Simone Roux, “Les sources sur les prix de l’immobilier parisien : xive-xve siècle”

Les prix sont exprimés en monnaie de compte. On note une montée du système tournois par rapport au parisis qui reste dominant. Toutefois, il peut arriver que le prix en monnaie de compte soit suivi de son équivalent en monnaie concrète.

L’établissement d’une liste ordonnée de prix suppose résolus quelques problèmes relevant du juridique. L’acte de vente d’une maison jusqu’au milieu du xve siècle ne précise jamais comment a été évalué le poids des charges, c’est-à-dire le montant des rentes annuelles qui pèsent sur la maison. Rappelons que les rentes sont des opérations immobilières, même si elles servent de support au crédit. Elles ne sont pas rachetables avant les ordonnances royales de 1424 à 1441.

L’évolution des prix de l’immobilier dépend, comme dans toute grande ville où les immeubles sont aussi des marchandises, des fluctuations de l’offre et de la demande. Des facteurs attendus interviennent comme la taille de la maison, la qualité du bâtiment, l’emplacement dans la ville. Les prix dépendent aussi de la conjoncture d’ensemble ; les années 1415-1450 ont vu s’effondrer les prix alors que de la fin du xiiie jusqu’au début du xve siècle les prix furent globalement à la hausse.

L’expression des prix

Un exemple tiré du livre d’ensaisinements de l’abbaye Sainte-Geneviève (AN S 1646, 1er, cahier qui va de 1350 à 1355)1. 55 transactions intéressant la place Maubert sont enregistrées, soit 13 ventes de maisons, 36 ventes de rentes sur des maisons, 4 ventes mêlant vente de maison et de rentes, 1 don (qui ne paye aucun droit) et 1 bail à rente. Paris à cette période, malgré la conjoncture politique, ne connaît pas de grave crise urbaine et le marché le montre car ce sont les ventes de rentes qui fournissent le gros des transactions.

Cependant, quelques prix sont donnés avec l’équivalent en monnaie concrète (voir les exemples réunis dans l’annexe)

Il semble bien que les monnaies concrètes, quand elles sont indiquées, sont prises à leur cours légal.

Vu le faible nombre de mentions de monnaies sonnantes et trébuchantes, j’ai choisi d’en rester à la monnaie de compte et de tout convertir en parisis

La complexité des transactions se répercute dans la gamme des prix de vente

Ventes de maisons

Le cas normal : l’acte doit préciser les charges puisque le nouveau propriétaire devra les acquitter. Dans les livres d’ensaisinements, les actes sont résumés et ne comportent pas souvent ces précisons pourtant déterminantes pour fixer le prix : une maison peu chargée se vendra plus cher qu’une maison, même plus grande et mieux placée, très chargée.

Il arrive que ne soit vendu qu’un logement, une partie de la maison dont n’est presque jamais indiquée la taille. Difficile d’en déduire alors le prix de toute la maison. Il m’a semblé préférable de ne pas tenter un calcul et de considérer la vente d’un logement comme celle d’une maison.

Après les ordonnances royales autorisant le rachat des rentes par le propriétaire, à sa convenance, les actes indiquent le poids des charges antérieures et ce qui peut être racheté, faute de quoi l’acte n’est pas valable.

Baux à rente

Ce type de contrat se situe entre une location à très long terme et une forme de vente, puisque, de toute manière, le propriétaire parisien reste toujours dépendant de la seigneurie où se trouve son immeuble. Par ce contrat, le bailleur cède au preneur, moyennant une rente annuelle forte (proportionnelle à la valeur de la maison), l’usufruit de la maison et le droit de revendre cet usufruit.

L’acte de 1460 est intéressant parce qu’il se présente comme un bail à rente et une vente de maison, soit une forme d’achat à crédit. Certains actes précisent un délai avant le rachat et tous s’appuient sur les ordonnances qui interdisent au propriétaire de fractionner par trop le rachat.

Les rentes

Ce sont ces opérations immobilières qui brouillent notre perception du marché immobilier et là il faut distinguer les transactions avant et après les ordonnances.

Avant les ordonnances

La charge est perpétuelle sur la maison. Le rentier peut revendre sa rente et alors le propriétaire peut l’acheter, déchargeant ainsi son immeuble, mais il ne peut contraindre le rentier qui ne veut pas vendre. S’il vend la maison, il transmet à l’acquéreur le paiement de la rente, moyen plutôt rude de se libérer personnellement. L’acte de 1345 mentionne que les 20 s. p. sont pris après 109 s. de charges totales antérieures. Celui de 1350 conservé dans le registre d’ensaisinements ne donne même pas cette indication importante sur les charges antérieures.

L’acte de 1408 est un exemple de vente de plusieurs rentes en une seule transaction : difficile d’estimer dans le prix global celui d’une rente.

Les prix de vente de ces droits immobiliers dépendent du montant de la rente, et de sa place dans l’ensemble des charges que supporte l’immeuble. En cas de défaillance de paiement, les rentiers ont obtenu le privilège de se payer sur les biens de la maison et, si cela ne suffit pas, sur la maison elle-même mise aux enchères et vendue après criées. La somme obtenue est ensuite partagée entre les rentiers selon l’ordre de leur rente. Les rentiers derniers doivent alors soit garnir c’est-à-dire payer les rentiers qui sont avant eux, soit quitter et ainsi s’éteint la charge qui pesait sur l’immeuble.

Le marché des rentes, parce qu’il supporte une forme de crédit, est très actif. L’exemple des ventes de rentes place Maubert de 1350 à 1355 illustre la complexité de ce marché. En ne gardant que les rentes d’une livre ou de deux livres parisis, pour une courte période et en un seul lieu, les 20 s.p. se vendent en 1351 12 l.p. ; en 1352, 8 l. ; en 1353, 10 et 12 livres ; en 1355, 8 l., 16,5 l., 10 l. et 11 l. 4 s. Sans nul doute intervient aussi la qualité du vendeur de la rente. Un artisan/entrepreneur qui fait de bonnes affaires vend cher des rentes sur sa maison car l’acheteur a confiance et ne compte pas principalement sur la valeur du bien foncier pour garantir son droit. Cette confiance s’évanouit avec la montée de la crise urbaine, ce qui oblige l’autorité royale à intervenir pour modifier les règles d’un jeu totalement grippé. Les ordonnances permettent le rachat (12 fois le montant annuel) et fixent des modalités qui équilibrent droits des propriétaires et droits des rentiers.

Après les ordonnances

On a vu, avec les baux à rentes, que le rachat est précisé. Mais si rien n’est dit, ce sont les ordonnances qui s’appliquent et s’il le faut, par action de la justice que demande le propriétaire. On voit, dans l’acte de 1481 que la transaction permet aussi d’apurer une dette constituée d’arrérages de charges anciennes.

Conclusion provisoire

À condition de bien éclaircir, au départ, les limites de l’enquête et les questions qui ne trouveront pas de solutions, l’abondance des mentions de prix peut autoriser la constitution de séries, bases d’une recherche documentée.

Rester à une expression en monnaie de compte n’est pas entièrement satisfaisant. Mais je tiens pour encore plus aléatoires les équivalences en blé, en prix des métaux précieux ou autres indices supposés mieux traduire les mouvements économiques. Les séries que j’ai bâties (voir ma thèse) montrent des hausses, des baisses des prix moyens qu’il faut ensuite apprécier. On peut les comparer à d’autres séries, notamment celle de salaires exprimés aux aussi en monnaies de compte2.

Plus grave, à mes yeux, est la quasi-absence de documents sur les loyers, un des piliers du marché immobilier. La constitution de ces séries exige un travail long et ingrat (que l’informatique peut sans doute alléger)

Mais outre les questions d’histoire économique qu’on ne peut négliger au prétexte de la difficulté de l’enquête, cette recherche éclaire, comme le montrent les exemples ici retenus, bien d’autres questions d’histoire urbaine et sociale par des détails concrets précis que charrie cette documentation abondante et ingrate.

Émilie Lebailly, “Le registre de dettes de Raoul, comte d’Eu († 1345)”

Le comte d’Eu était issu de la maison champenoise de Brienne et descendait des rois de Jérusalem. Il avait été nommé connétable de France après la mort de Gaucher de Châtillon au mois de mai 1329 : il était ainsi le grand officier militaire en poste pendant les premières années de la guerre de Cent Ans.

Il mourut le 19 janvier 1345 d’un coup de lance dans le ventre, pendant le tournoi organisé pour les noces de Philippe, duc d’Orléans, dernier fils du roi de France. Son fils, prénommé également Raoul, devint connétable de France après lui. Il fut fait prisonnier par les Anglais au siège de Caen au mois de juillet 1346 et passa près de quatre ans en captivité en Angleterre. À son retour en novembre 1350, il fut arrêté par les hommes du nouveau roi de France, Jean le Bon, et exécuté sans procès. Tous ses biens et terres furent confisqués : le comté d’Eu fut donné au fils de Robert d’Artois, Jean d’Artois, et le comté de Guines entra dans le domaine royal. La raison de cette exécution est assez mystérieuse. Le roi aurait découvert la forfaiture de son connétable qui aurait projeté de céder son comté de Guines au roi d’Angleterre Édouard III.

Afin de régler la succession de son père, lourde de dettes, il avait fait composer un registre de comptes. Ce document est conservé aux Archives Nationales sous la cote JJ 269 et est très probablement arrivé dans le Trésor des Chartes au moment de la confiscation des biens du second connétable d’Eu. C’est un document sur papier de 107 folios, de dimensions à peu équivalentes à notre format A3

Description du registre

Ce registre est composé de deux parties. Il y a en premier lieu la longue liste de dettes du comte d’Eu, de 1311 à 1345 (alimentation, armes, chevaux, pièces de sellerie, gages d’officiers de son hôtel…) avec le nom et la qualité des créanciers. On relève plusieurs emprunts à des bourgeois parisiens comme Pierre des Essarts, et tout de même quelques créances à l’actif du connétable, notamment des gages trop perçus par les chevaliers de sa compagnie qui ont guerroyé sous sa bannière. Cette partie se clôt par un abrégé des dettes (f. 71r°-76v°) qui précèdent ainsi qu’une liste des officiers du comte d’Eu et la façon dont ils furent récompensés après sa mort. La seconde partie ressemble à un chartrier privé : on y trouve la copie de toutes les lettres émanant de la famille royale et de la chancellerie concernant les affaires du connétable, mais aussi les copies des contrats de mariage de ses deux enfants, des ventes ou achats de terres, etc.

Les modes de règlement des dettes les plus fréquents sont l’argent et des assignations sur les terres du comte ou encore une commission de receveurs de ses terres pour X années ; il y a également quelques mises en gages de vaisselle ou d’orfèvrerie et beaucoup de lettres d’assignation, dans lesquelles ses proches apparaissent comme des hommes de confiance puisqu’ils se portaient souvent garants.

L’intérêt du registre pour notre séminaire sur les prix et les salaires

Il met en lumière et fait revivre le milieu des marchands et des artisans parisiens.

On y trouve principalement le prix des denrées alimentaires, comme le poisson, le pain, la viande, les grains. Il n’y a cependant pas de prix à l’unité, seulement la mention « pour délivrance de char, de poulaille… » suivie d’une somme, mais pas de quantité.

Exemple : [fol. 21r°]

35- Pierres Fovet de Saint Marcel, bouchier
À li, par cedule de mons. pour grosse char prise de li en l’an 340, si comme mon dit seigneur le disoit estre tesmoignié en sa dicte cedule par ses genz, 9 l. 11 s. 10 d. parisis.

Le linge, les textiles, les objets de mercerie sont également présents : un article pour le mercier lucquois bien connu Belhommet Turel, dont les feuillets sont autographes. Le comte lui doit 4605 écus de marchandise, sans compter l’argent qu’il lui a prêté. Un très long article pour Pierres des Essarts qui a fourni de tout au comte d’Eu, et lui a souvent prêté de l’argent. Pierre le Flamenc, drapier et bourgeois de Paris, apparaît aussi (f. 23r°).

Les prix des fourrures : 2 peaux d’agneaux pour fourrer un surcot à parer, 20 sous pièce à l’Épiphanie 1335. Une fourrure de gros vair et 12 peaux pour fourrer un surcot pour la comtesse à l’Épiphanie 1335 pour 6 livres. Quatre pennes d’agneaux a surcot a 16 s. pièce. Ou encore 9 deniers parisis le ventre de menu vair. Une douzaine d’hermines vaut 20 sous (f. 1v°).

Les selles : 6 livres parisis pour une selle de coursier de la taille d’Allemagne ; 8 livres pour une selle à tournoyer (f. 2v°). Une selle de guerre à parer vaut 60 livres (f. 3r°).La housse pour la selle coûte en général 5 sous.

Objets de mercerie : une « cainture d’argent sur cuir blanc, ferré au lonc de rondeaux esmaillez et a cuers et lettres, boucle mordant trespas reons tout dorez, 12 livres et 5 sous » (f. 7r°). Un couteau à pointe d’un montant de 6 livres.

Les meubles :

[fol. 24v°] « 52- Richart d’Arragon, coffrier
A li, pour 3 males, 3 bahuz, 3 sommes et 3 paires de coffres, dont il a lettre de mons. donnee meccedi après la saint Martin d’esté l’an 323, 20 livres parisis. »

Orfèvrerie :

[fol. 54r°] « 142 — Symon de Lille, bourgois de Paris
A li, par lettres de Chastellet donnees 28 d’octobre 336 pour la vendue d’une couronne d’or et 2 chapiaulx d’or garniz de rubiz, d’esmeraudes, de balez, de dyamenz et de pelles d’oriant, 4600 livres parisis ».

On voit ainsi que ce registre abonde en prix de consommation courante et de créations artisanales. L’obstacle principal demeure cependant l’absence de prix à l’unité. J’ai livré ici une information brute, non traitée et l’on peut se demander si les prix indiqués correspondent réellement aux dettes originales. Il faut également compter avec le problème des avaluements de monnaies, très fréquents sous le règne de Philippe VI.

Le problème principal est de trouver un élément de comparaison de ces données et d’établir une échelle de valeur qui soit applicable au domaine de recherche de chacun d’entre nous. On peut affirmer sans se tromper que l’on est ici dans le domaine de l’artisanat de luxe pourvoyeur de la Cour et des grands nobles. Certaines pièces décrites dans ce registre, comparables à de véritables œuvres d’art, devaient être uniques par leur prix et par leur valeur.

Stefan Gouzouguec, “Les prix des matériaux de construction à travers comptes, marchés et prix faits”

Les sources parisiennes offrant des informations sur les prix des matériaux sont très variées et représentent une masse documentaire considérable (comptabilités, actes notariés, registre de justice civile des seigneuries ecclésiastiques, registres commerciaux).

Mais il faut tenir compte d’emblée de plusieurs problèmes : les aspects monétaires, la différence entre le prix de revient et le prix de vente ou d’achat. L’importance du coût du transport est un paramètre d’autant plus fondamental qu’il n’est pas toujours évident de le quantifier.

Les prix des matériaux de construction dépendent aussi de différents facteurs qui rendent une étude difficile : le recours au marché très fréquent au xive siècle et quasi-systématique au xve siècle ne nous permet souvent une étude des matériaux qu’au moment de la mise en œuvre et fait souvent disparaître le prix du matériau. On n’aura à ce propos pas les mêmes renseignements en fonction de l’utilisation plus ou moins grande par un établissement par exemple, des marchés passés à des artisans qui contrôlent tous les matériaux en amont d’un chantier.

Tous ces facteurs posent des problèmes méthodologiques à qui cherche à étudier le prix des matériaux de construction.

Il est certes possible d’obtenir des prix unitaires concernant les différents matériaux (pierre, matériaux de couverture, matériaux de sol, bois d’œuvre ou merrien, fer, plâtre et chaux, sables…). Ces prix unitaires peuvent être précisés dans la source ou calculés à partir du prix payé pour une quantité donnée (lorsque ces informations sont fournies dans les documents). Mais ils doivent être utilisés avec d’autant plus de précaution qu’ils peuvent comprendre des coûts (transport, avantage…) qui viennent s’ajouter au matériau brut. Il faut, par ailleurs, être certain de pouvoir distinguer la qualité des matériaux et d’être capable de leur affecter une valeur différente.

Il convient également de porter une grande attention à la quantité de matériaux qui sert de référence au prix unitaire (il n’est pas toujours certain qu’un cent de bois contienne cent pièces…). Concernant la valeur d’un matériau, il est possible de faire varier la quantité vendue pour un même prix ou de conserver un prix stable et de faire varier la quantité. Que penser aussi de la variété des prix observés pour un même matériau, sur un même chantier, par un même fournisseur ?

Les indications fournies par les sources nous amènent donc à souligner l’importance de la distinction entre prix de vente et prix de revient d’un matériau, dans le cadre d’une économie parisienne qui fait appel au marché relativement tôt. Certaines sources permettent d’avoir une idée du coût du travail (journée d’un aide, d’un valet, d’un artisan, d’un transporteur…), du prix des matières premières, du prix des outils de production (achat ou vente d’un atelier, location, prix d’outils…). Cependant, pour calculer un prix de revient réel, il faudrait pouvoir disposer de l’ensemble de ces données depuis la fabrication jusqu’à la mise en œuvre. On peut l’envisager à partir de comptes domaniaux seigneuriaux, mais cela n’est guère possible du fait des sources dont nous disposons pour Paris.

Beaucoup de questions restent donc en suspens et non des moindres : comment savoir qui fixe le prix de vente du matériau (le fournisseur ou l’acheteur) ? Comment celui-ci est-il fixé (en suivant les ordonnances ou pas…) ? On a très peu de contestations de prix dans les procès civils. Ceux-ci portant plus souvent sur d’autres clauses du contrat, qualité du matériau, délai de fourniture… On a parfois l’impression que le prix d’un matériau sert de valeur de référence dans certains actes où des salaires de valets sont payés en matériaux avec possibilité de convertir la valeur de ces matériaux en argent ou bien des contrats qui portent sur un salaire en matériaux réglé finalement en argent et inversement.

Sans doute est-il de ce fait plus pertinent d’étudier les matériaux de construction en terme de coût qu’en terme de prix.

Séminaire du 21 février 2003 : “Sources comptables parisiennes (II)”

Christine Jehanno, “Pour une approche croisée de l’histoire des prix : la confrontation de sources littéraires et comptables”

La communication vise à rendre compte d’une expérience menée à titre individuel et, partant, sur une échelle réduite, de confrontation et de mise en commun d’informations issues de sources de nature différente, mais avant tout d’examiner à quelles conditions des sources littéraires (les deux œuvres littéraires parisiennes les plus connues : Le Journal d’un bourgeois de Paris et Le ménagier de Paris) peuvent être retenues comme des sources de l’histoire des prix.

La première de ces conditions est une critique rigoureuse de chacune de ces œuvres (examen de leur nature exacte, de leurs apports et de leurs limites) qui ne sont amenées qu’incidemment et toujours dans un but autre à mentionner des prix. Ouvrage didactique par nature, Le Ménagier présente ainsi 13 passages plus ou moins brefs dans lesquels l’auteur, décrivant des repas, donnant des conseils sur la tenue d’une maison ou détaillant des recettes de cuisine, glisse quelques prix, qui ne sont pas tous des prix unitaires. Ceux-ci sont au nombre d’une soixantaine, dont une quarantaine d’interprétation sûre, les autres soulevant des problèmes monétaires ou métrologiques. Ces prix portent principalement sur certaines denrées alimentaires (viandes et volailles très diverses (26), « épices » variées (19), pâtisseries (5), mais ignorent totalement le vin alors que le pain fait l’objet d’une seule mention), sur le luminaire (4 mentions) et les combustibles (2 mentions). Non datés, ils paraissent intemporels voire invariables ce qui est peu probable même en cette période apaisée de la fin du xive siècle ; ils pourraient relever de l’expression d’une norme plus que de celle d’une réalité marchande. En outre, le petit nombre de mentions ne permet qu’à 6 reprises une comparaison de prix pour un même produit : à chaque fois, les informations sont néanmoins concordantes malgré des variations minimes. Sans grand intérêt en elle-même, Le Ménagier est donc l’exemple même d’une source utile en complément d’autres.

La chronique que constitue le Journal d’un bourgeois de Paris est plus riche mais doit être utilisée avec précaution. Les chiffres qui y sont cités le sont toujours à l’appui d’une assertion de l’auteur et non pour eux-mêmes, ce qui a des incidences sur leur formulation, dont on ne peut pas toujours tirer un prix unitaire, et sur leur fiabilité, l’auteur privilégiant les valeurs extrêmes avec une tendance à l’exagération. Tout à sa démonstration, l’auteur néglige souvent des précisions indispensables pour nous quant aux dates, aux mesures, aux prix eux-mêmes, donnés sous forme de fourchette ou de minima parfois et pas toujours en monnaie de compte. Néanmoins on y relève dans 21 paragraphes (2,3 %) 388 mentions qui forment un corpus satisfaisant, même si la répartition dans le temps est inégale (sur la période 1405-1449 couverte par le Journal, les années 1405-1417, 1422-1425 et 1443-1449 sont très peu documentées). Surtout, l’attention du « bourgeois » se porte – il est vrai avec une fréquence variable selon les produits – sur 55 denrées, considérées comme de première nécessité pour un consommateur parisien de base (denrées alimentaires principalement, dont en premier lieu le pain et le vin, combustibles, luminaire et textile) ; il indique, le plus souvent en monnaie de compte mais pas toujours, des prix constatés sur les marchés de la capitale en les assortissant d’un jugement sur leur niveau et en les éclairant par un contexte précis.

La deuxième condition, qui découle de ce qui vient d’être dit est l’exhaustivité du relevé des mentions. Extraire simplement les mentions de prix unitaires ne saurait suffire. Il faut y ajouter tout élément susceptible d’aider à leur interprétation : repas exceptionnel de noces ou approvisionnement courant de la maison chez le Ménagier, période de pénurie sévère signalée par le « bourgeois », prix minimum, prix taxé, etc. Les mentions de prix non unitaires ne doivent pas être négligées : elles fournissent d’autres renseignements et peuvent enrichir notre connaissance.

La troisième condition est la validation des renseignements fournis par comparaison avec d’autres sources dont la fiabilité est avérée, les comptabilités, même si leur exploitation ne va pas sans problèmes (précisions insuffisantes, erreurs, etc.). Seuls ont pu être mis en œuvre ici les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris. Dès lors, la confrontation est difficile car il est rare d’avoir à la fois :

  • coïncidence chronologique : les années couvertes à la fois par le Journal et par les comptes du maître de l’Hôtel-Dieu sont au nombre de 10 seulement (1416, 1417, 1418, 1428, 1429, 1430, 1443, 1444, 1445 et 1446), mais le Journal ne comporte qu’une mention de prix pour les années 1416 et 1445 ; les seules comparaisons possibles pour le Ménagier seraient celles avec les comptes de la prieuse de la fin du xive siècle, mais l’absence de dates dans le Ménagier les rend douteuses ; en outre, la seule coïncidence de l’année n’est pas suffisante compte tenu des variations saisonnières des prix ;
  • identité des produits : par exemple, l’Hôtel-Dieu n’achète qu’exceptionnellement du pain qu’il fabrique lui-même alors que le « bourgeois » s’intéresse particulièrement à cette denrée de première nécessité pour le particulier ;
  • identité de qualité des produits : sous l’appellation « blés » se cachent des types de céréales divers de valeur marchande très différente ;
  • identité des unités de mesures : l’hôpital effectue principalement des achats en gros, le bourgeois évoque lui des achats au détail ; ainsi, le vin est en muids, queues ou poinçons dans les comptes, en pintes dans le Journal, les moutons sont achetés sur pieds par l’hôpital alors que le « bourgeois » évalue des morceaux spécifiques.

Dès lors l’expérience n’a pu être réalisée que sur quelques produits (blé et bûche essentiellement) et sur un nombre de données réduit. Ces restrictions sont dues à la faiblesse de l’échantillon de comparaison et ne sont pas imputables à la méthode elle-même qu’elles ne remettent donc pas en cause. Elles diminueront à mesure que la base de données de référence sera nourrie. En l’état actuel, l’expérience met en évidence des discordances dont on a pu montrer qu’elles tiennent aux sources elles-mêmes. En tout état de cause, une fois passée la délicate opération de la confrontation, celle de la comparaison s’avère féconde.

La conclusion qui s’impose est que l’expérience prouve la faisabilité et la validité de la mise en commun d’informations relatives aux prix tirées de sources diverses. Cela ne peut néanmoins se faire sans un luxe de précautions qui doivent être prises avant même la collecte des données, lors de la critique de la source exploitée, et ensuite, au moment de la constitution des champs de la base de données puis de la saisie. La forte incidence constatée de la source sur l’interprétation des données nécessite qu’apparaisse dans la base de données la référence à la source assortie éventuellement d’un commentaire relatif à l’interprétation du prix relevé. Elle doit nous encourager dans le projet de réaliser un inventaire critique des sources exploitables pour l’histoire des prix.

Patrick Rambourg, “Dépenses de bouche, prix des denrées à Paris”

Les comptabilités de la confrérie Saint-Jacques-aux-Pèlerins et du collège Dormans-Beauvais, le Mesnagier de Paris ou encore le Journal d’un Bourgeois de Paris, permettent une première approche des prix des denrées. Dans les comptes, ils apparaissent généralement sous une somme qui totalise l’achat de plusieurs aliments. Le Collège Dormans-Beauvais a ainsi dépensé, pour un dîner de 4 personnes le 10 août 1432, 14 sous 11 deniers 2 doubles en « pain, vin et pitance ». Les termes génériques sont couramment utilisés et rendent l’exploitation des données difficile.

Les scribes présentent rarement des tarifs détaillés par aliment. Mais quand ils le font, c’est pour signifier la qualité des denrées achetées et l’importance des convives qui les consomment. Dans les comptes de la confrérie Saint-Jacques-aux-Pèlerins on souligne l’achat, entre autres, de 12 lapereaux à 12 sous et de 6 étourneaux à 18 sous pour un dîner donné le 15 août 1382 chez le doyen de Paris1. Les contemporains percevaient parfaitement la valeur symbolique et sociale d’un aliment. L’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris (1417) différencie le quartier de mouton à 7 ou 8 sous parisis du morceau de bœuf à 2 sous parisis. Pour un même animal se dessine également une hiérarchie des morceaux : dans le mouton le quartier est le plus recherché, les abats le sont moyennement et en dernier recours on utilisera la tête.

Comment traiter dès lors – outre les études sérielles qui permettent de dégager une échelle des prix – les tarifs des viandes de boucherie, notamment les bêtes achetées sur pied, quand nous ne connaissons ni le poids, ni la qualité et l’âge de l’animal ? D’autant plus qu’il existait un système de revente des restes non utilisés ou non consommables. Les confrères de Saint-Jacques-aux-Pélerins, par exemple, récupéraient par la revente des graisses et des cuirs près de 25 % du prix d’achat des bœufs et des pourceaux qu’ils achetaient pour leur banquet annuel. Retenons néanmoins, au-delà des problèmes évoqués, que l’aliment, de par sa fonction, a une valeur intrinsèque définie par un environnement social et culturel. Et cette notion, d’une certaine façon, peut nous amener à mieux comprendre les prix des denrées.

Tifenn de La Godelinais Martinot-Lagarde, “Les comptes de la commanderie de Saint-Denis au xiiie siècle”

Les comptes de la commanderie de Saint-Denis, conservés aux Archives nationales (LL 1240), constituent un registre factice, formé au xviiie siècle, au moment du classement des archives de l’abbaye.

Particulièrement précoces pour la France non royale, ils couvrent les années 1229, puis 1281 (années incomplètes), et sont ensuite conservés en série de 1284 à 1304. Ils reprennent ensuite en 1320.

Aucun compte n’a été conservé entre 1229 et 1281, ce qui correspond exactement à la période de reconstruction de l’abbaye.

Tenus par le commandeur de l’abbaye, receveur des revenus de l’abbé, ils recensent les recettes et dépenses de ce dernier.

Une grande partie y est consacrée aux dépenses et recettes issues de l’exploitation domaniale (cens, stocks de grains et de vin, entretien des bois, des vignes et des champs, achat de terres, construction et entretien de bâtiments, etc.). L’abbé gère directement 80 % du domaine de Saint-Denis, tandis que la gestion laissée aux officiers de l’abbaye ou aux prieurés donne lieu à d’autres comptabilités (compte de l’office des charités 1325, comptes sur l’achat et l’entretien du trésor 1326)

Les comptes de la commanderie comprennent également des dépenses liées à la vie de l’abbaye : dépenses de nourriture, de linge et de vêtement, pensions versées à d’autres abbayes, entretien du trésor ou frais de cire pour les offices.

Structure et technique comptable

Les comptes sont tenus en parisis. Quand le tournois est mentionné, il est converti en parisis.

Le denier tournois est parfois utilisé comme une subdivision du denier parisis (voir plan 1299). Le terme est la fête de la Madeleine (22 juillet), trois années mises à part (1286-1288), où les comptes sont rendus à la Saint-Jean-Baptiste (24 juin).

Dès 1229, les comptes apparaissent très hiérarchisés.

Ils sont organisés en 4 grandes parties : recettes / compte des grains en nature / dépenses / dettes et créances anciennes et actuelles. La somme totale des recettes est rappelée après les dépenses afin de pouvoir faire le bilan. Chaque partie est subdivisée en chapitre bien individualisé, avec titre de chapitre et somme. Les recettes et dépenses du domaine sont organisées par prévôté. L’année 1229 présente la particularité de comporter un récapitulatif général de tous les chapitres, en fin de compte, suivi de la copie de baux. Le compte n’apparaît donc pas très individualisé par rapport aux autres types d’écrits administratifs, phénomène qui disparaît en 1281.

La hiérarchisation et la clarté d’organisation des comptes augmentent à mesure que l’on avance vers le xive siècle.

Cependant, une certaine confusion demeure parfois dans le détail des lignes de comptes, éparpillant des recettes de même nature dans des chapitres différents, ou rassemblant des dépenses très différentes dans un même chapitre.

Les chapitres concernant le domaine sont le résultat de comptes intermédiaires tenus dans les prévôtés et dont trouve quelques mentions pour justifier une dette (sicut apparet in compoto, in rotulo prepositi de …). Chaque année, une dépenses de tablettes de cire apparaît également dans les comptes.

Exploitation

Le budget de la commanderie de Saint-Denis

Les recettes et dépenses suivent l’évolution du prix du grain.

Trois phases sont donc perceptibles dans le budget de la commanderie :

  • 1284-1289 : le déficit doit être nuancé par le montant des dettes inférieures à celui des créances
  • 1290-1300 : bilan positif mais créances diminuent et dettes irrégulières
  • 1300-1304 : bilan négatif, croissance dangereuse des dettes

Une analyse plus fine du budget permettrait de comparer l’importance respective des différents chapitres de recettes et de dépenses. L’idée serait d’étudier ce qui prédomine, entre la vie quotidienne et la vie publique de l’abbaye de Saint-Denis.

On se heurte à la répartition parfois confuse des lignes de compte.

Vêtement et linge : dépenses des chambres (voir l’exemple de 1286)

On trouve des mentions de pièces d’étamine, de frocs, de fourrures.

Quand les quantités sont mentionnées et que la ligne de compte ne porte que sur un type d’article, on peut en tirer le prix moyen du tissu ou de la peau. Mais les usages ne sont pas toujours mentionnés, plusieurs réalités sont souvent comprises dans une même ligne, et il y a en outre des problèmes de vocabulaire. La distinction entre grande et petite chambre n’est pas claire

Dépenses des bâtiments (voir l’exemple de 1286)

La répartition par métier est exceptionnelle et porte sur les années 1286-1288. Les autres années, la répartition est géographique : l’abbaye / la ville / hors de la ville. Le chapitre a l’intérêt de faire connaître le coût de certains matériaux. Mais l’absence de contexte manque souvent cruellement.

Dépenses communes

Dépenses de vêtement et linge, constructions, alimentation, écrit, entretien ou d’achat d’objets précieux

> comprenant les interventions suivantes :

Séminaire du 21 mars 2003 : “Sources pour l’histoire économique de Paris au xiiie siècle”

John W. Baldwin, “Paris 1200”

It is my intention to write a book on Paris in the year 1200 for a general French audience that will bring together what I know about the period. (The year 1200 is emblematic allowing for a decade on either side.) One chapter will be devoted to the city and principally to the bourgeoisie. The above outlines present a rapid summary of the principal sources available and how I intend to develope the chapter. Since not much can been added to what is available in the above bibliography, I offered a rapid commentary to the above outline. My principal discussion consisted of adding the contributions of the theologians drawn from my book of 1970.

In the year 1200 Paris may be considered as a construction site, since the two major building projects, that of Notre-Dame and the walls surrounding the city, were half finished. In that sense the constructions are emblematic of “Paris 1200” : enough exists to perceive the general outines of the city, but details are lacking. As observers keenly aware of their surroundings, the theologians commented on the two building projects. Pierre le Chantre objected to spending money on the grandiose proportions of Notre-Dame, and he admonished the king to do restitution for the damages incurred in building the walls, a policy that Philip Augustus, in fact, respected.

The emergence of the bourgeoisie remains the major problem to be resolve for the year 1200. Except for the well-known “ordinance-testament of 1190 (Thibaut le Riche, etc.)”, lists of bourgois names are rarely found from the period. The best method is that of Boris Bove, to identify the echevinal families from the reign of Louis IX and look for their ancestors during that of Philip Augustus. The chief functions of the bourgeoisie in supplying the city and creating industries can likewise be best determined by pursuing the suggestions offered by the “Livres des métiers” of Etienne de Boileau, supplemented by charters from Philip Augustus. Pierre le Chantre did discuss the moral dimensions of the royal “droit de prise” and of a merchant who disposed on the market of goods captured by the king in his wars against the English. Robert de Courson also considered the legitimacy of tolls collected by the king and other lords.

The theologians’ chief contribution to our knowledge of Paris in the year 1200 was to discuss the problem of credit which is virtually absent in the other sources. In considering the moral legitimacy of merchants – those who buy cheap to sell dear – the theologians treated the related problem of credit under the rubric of usury. Their preoccupation with usury led them to discuss sales on credit, commercial partnerships (how they could be distinguished from usury by the factor of risk), and the service of credit involved in letters of exchange. Likewise they were involved in the papal campaign to eradicate usury in Christendom. In 1200 Foulques de Neuilly, a student of Pierre le Chantre, mounted a preaching campaign against usurers in the Parisian region. This campaign involved the financing of the construction of Notre-Dame as is seen in the well-known exemplum involving the bourgeois Thibaut le Riche who wished to do penance for his usurious earnings. The bishop Maurice de Sully welcomed his contributions to the new cathedral, but Pierre le Chantre advised him to do restitution to his victims before he gave to the church. The theologians were greatly concerned with the problem of churches constructed from usurious money donated by merchants. This preoccupation may offer a clue as to how Notre-Dame was financed and explain why the ecclesiastical sources are mute on the entire question.

The theologians also treated the problem of “manifest usurers” (that, is pawnbrokers) of whom the Jews were the principal practicioners. After expelling the Jews and confiscating their property, Philip Augustus readmitted them in 1198 to the royal domain, where he supervised their transactions, enforced their constracts, and profited from their business. Pierre le Chantre called all usurers, Jewish, Christian, and clerical, the “leeches of the king,” who sucked money from their victims and filled the royal coffers. We know from the royal registers, that the Jewish credit market was enormous, with outstanding loans amounting to 102,000 l.p. in Paris, and 252,000 l.p. in the royal domain, a sum that greatly exceeded the annual royal revenues. The theologians had identified an important contemporary problem. Doubtlessly their opposition induced more scrupulous monarchs like Louis VIII and IX to put an end to royal participation in the credit business.

Nathalie Gorochov, “Maîtres et étudiants de l’Université de Paris dans la première moitié du xiiie siècle : éléments chiffrés pour les situer dans une hiérarchie sociale”

De nombreux textes littéraires et archivistiques se dégage clairement un lieu commun : l’étudiant est pauvre. Mais peut-on aller au-delà de ce cliché et tenter de cerner la réalité sociale et économique du monde universitaire parisien dans la première moitié du xiiie siècle ? Peut-on évaluer les revenus et le niveau de vie des étudiants mais aussi des maîtres ? Quelques chiffres servent de point de départ (plus ou moins solide…) : en 1180 les boursiers du collège des Dix-huit reçoivent gîte et couvert ainsi que 12 deniers par mois soit une demi-livre parisis par an. En 1250 Louis IX verse à des étudiants parisiens pour leur entretien complet une pension annuelle de 5 livres parisis. Supposons qu’entre 1200 et 1250 il est possible de vivre modestement à Paris avec 2 à 5 livres de revenus annuels. Les maîtres et étudiants parisiens – dont une seule une minorité habite dans les quelques collèges ou les établissements mendiants – disposent-ils de ce revenu minimal ?

C’est une étude prosopographique en cours de réalisation qui fournit de premières réponses. De la centaine de maîtres et étudiants repérés comme assurément présents dans l’université parisienne en 1240, une trentaine sont des mendiants, 70 des séculiers. Ces séculiers – qui ont été repérés notamment dans les lettres de collation de bénéfices, malheureusement ! – cumulent souvent les bénéfices ecclésiastiques : la moindre prébende canoniale rapporte sans doute une trentaine de livres parisis annuelles ce qui dépasse de loin les 5 livres minimales mentionnées plus haut. Il y a aussi des revenus familiaux des universitaires issus de riches familles – au moins une vingtaine dans ce corpus provisoire de 1240 – et la fortune réunie par les maîtres pendant leur carrière apparaît dans les testaments, les dons au collège, certains cartulaires parisiens qui mentionnent les belles maisons parisiennes des maîtres dans le quartier latin. Les résultats provisoires dévoilent donc des universitaires plutôt aisés. Continuons à chercher les pauvres…

Élisabeth Lalou, “Les rémunérations des personnels de l’Hôtel de Philippe le Bel (1285-1314)”

Les sources qui permettent de connaître les « gages » des gens de l’hôtel sont d’une part les comptes sur tablettes de cire (Saint Louis et règne de Philippe le Bel), de l’autre les ordonnances de l’hôtel. Le mot gage « vadium » ou « vadia » (pluriel) signifie un montant versé à l’officier en deniers mais aussi le temps où la personne est « retenue » aux gages du roi. Le « vadium » désigne une période de temps à l’issue de laquelle le comptable royal verse les « vadia ». On parle ainsi en français « le temps de uns gage ». Les paiements des gages se font soit au comptant, soit par « cédule », à toucher au Trésor du Temple ou du Louvre.

La hiérarchie des gages qui se dégage dans les tablettes de Philippe le Bel est celle-ci : les chevaliers du roi touchent 4 s. par jour. Les valets sont payés normalement 13 d. par jour et 24 d. pour les « gros jours » ou jours à Paris. Mais de plus petits officiers touchent entre 8 d. et 16 d. Les notaires du roi touchent 6 s. par jour quand ils sont avec le chancelier ou au Parlement. Dans quelques cas, une même personne comme tel ménestrel, est payée pour 274 jours : il s’agit en réalité du paiement d’une prestation ponctuelle et non pas probablement du paiement d’une période de retenue aussi longue.

Les gages ne constituent pas l’unique rémunération. Ils sont augmentés de prestations en nature : l’officier qui est à la cour du roi est nourri, logé, éclairé (don de chandelles), vêtu (robes ou manteaux, des gants plus rares). Une monture lui est fournie (cheval ou bête de somme) et celle-ci est nourrie, ferrée, soignée, remplacée le cas échéant. Tout ceci est appelé « livraisons » et peut parfois remplacer des gages en argent. La part entre paiement en argent et « livraisons » en nature n’est pas toujours facile à distinguer. Le revenu des officiers de l’hôtel ne se limite pas aux gages et livraisons en nature. Ils reçoivent dons divers, rentes, maisons etc. qui augmentent leurs ressources.

Séminaire du 25 avril 2004 : “Autour du livre”

Émilie Cottereau, “Le prix de la copie de manuscrits en France du Nord aux xive et xve siècles”

A. Localisation des mentions relatives au prix de la copie

Les manuscrits eux-mêmes fournissent de très rares mentions de prix relatifs à leur exécution, les seuls éléments de cet ordre au sein des manuscrits étant plutôt relatifs à des transactions ultérieures. Les informations relatives aux prix de la copie doivent par conséquent être recherchées ailleurs, notamment dans des documents d’archives et plus précisément dans les documents comptables.

Ces documents peuvent émaner de particuliers ou d’institutions. Dans le cas des particuliers, on dispose malheureusement surtout de comptes de grands personnages. Ces derniers ont le défaut d’offrir une vision tronquée et particulière concernant les prix de copie, les livres réalisés dans ce cadre étant généralement beaucoup plus luxueux que la moyenne. Pour ce qui est des institutions, on pourra trouver des mentions de copie d’ouvrages dans des comptes de collèges (voir l’étude d’Élisabeth Pellegrin sur la bibliothèque du collège de Dormans-Beauvais), des comptes de confrérie (Comptes de Saint-Jacques-aux-Pélerins) ou encore de paroisses ou autres circonscriptions ecclésiastiques. Ces comptes peuvent être plus ou moins riches en informations parmi lesquelles le nom du copiste, sa rémunération et parfois le « mode de calcul » de celle-ci (généralement fonction de la quantité produite mais parfois aussi du temps passé à copier ; le copiste peut aussi bénéficier d’avantages en nature). Les contrats proprement dits sont très rarement conservés en tant que tels en France du Nord mais certains comptes reprennent les conditions du contrat. On notera que dans un grand nombre de cas, la mention présente dans ces comptes concerne la réalisation d’un ouvrage dans son ensemble ; elle ne peut donc pas être utilisée pour étudier le prix de la copie qui ne peut être distingué du reste de l’exécution. Les remarques qui suivent concernent donc uniquement les mentions relatives au prix de la copie.

Dans la très grande majorité des cas et du fait du faible taux de conservation des manuscrits, ces mentions relevées dans des documents d’archives ne concernent pas des manuscrits encore actuellement conservés. Les remarques qui suivent concernent donc majoritairement l’utilisation qui peut être faite de ces seules mentions.

B. Contenu, intérêt et limites

Le prix de la copie

Toutes ces mentions nous renseignent avant tout sur un prix par rapport à un travail accompli (la copie de l’ouvrage), et ce que l’on se place du point de vue du commanditaire ou du copiste. Il s’agit alors de préciser la nature et l’importance du travail accompli.

Dans de nombreux cas, le prix concerne la copie du livre dans son entier. Lorsque le compte ne donne pas le titre du livre, l’intérêt de la mention réside dans l’observation qui peut être faite quant au poids de cette dépense par rapport au budget d’une institution et, si les données sont suffisantes, sur la comparaison coût du support/coût de la copie. La limite de ce type de mention réside dans l’impossibilité d’une comparaison. Lorsque le livre est identifié, cette dernière est en revanche possible. Elle est cependant à utiliser avec de grandes précautions puisque, dans la très grande majorité des cas, on ne dispose d’aucune information relative à l’écriture utilisée (nature, module, soin), à la mise en page ou encore au nombre de feuillets contenu dans le manuscrit. Pour ce dernier point, le titre de l’ouvrage est certes un indice réel mais il demeure souvent beaucoup trop flou.

Dans certains cas, le prix est donné par cahier avec, souvent mais non systématiquement, l’indication du nombre de cahiers copiés. Ce type de mention a le même intérêt que celles qui ont été évoquées précédemment mais s’y ajoute une précision quant à la quantité de texte copié. On dispose dès lors d’un instrument de « mesure », de comparaison, plus précis ; celui-ci est cependant sans doute surtout utile pour celui qui travaille sur l’histoire du livre que pour l’historien en général. Cependant, si la précision est plus grande qu’avec le seul titre de l’ouvrage, elle est loin d’être absolue puisque généralement on ne dispose d’aucune information relative au nombre de feuillets contenu dans le cahier. Par ailleurs, le flou lié à l’absence de données concernant la mise en page ou l’écriture perdure.

Il est exceptionnel qu’un prix soit donné ou puisse être calculé par feuillet à partir des seules mentions d’archives. Ezio Ornato et Carla Bozzolo, analysant plusieurs mentions de ce type sont arrivés au prix moyen de 11,72 deniers parisis par feuillet. Quand cette donnée, intéressante à nouveau surtout pour l’historien du livre, peut être trouvée, on retrouve cependant les mêmes limites que lorsqu’on examinait le prix d’un cahier (absence d’indications relatives à la mise en page ou à l’écriture). Pour plus de précisions, il faut nécessairement disposer d’informations relatives à un manuscrit conservé.

Rémunérations et temps de travail

Les mentions d’archives ne permettent que très rarement d’avoir des données relatives au temps de travail des individus copistes et à leur rémunération en fonction de ce temps de travail. On ne peut donc approcher cette donnée que de façon globale et par l’intermédiaire de « moyennes » observées sur des corpus différents. S’il est très rare de trouver des informations relatives au temps de copie dans les documents d’archives, les manuscrits eux-mêmes, pour peu qu’y soient indiquées les dates de début et de fin de copie, nous fournissent quelques éléments. Ezio Ornato et Carla Bozzolo ont ainsi obtenu pour la productivité du copiste une moyenne de 2,85 feuillets par jour. Étant donné le prix moyen d’un feuillet (voir plus haut), on peut donc estimer qu’une journée de travail était rémunérée autour de 33,4 deniers soit un peu plus de 2 sous et 9,4 deniers. Ce chiffre est bien entendu une moyenne et le prix devait, comme on l’a déjà dit, varier énormément selon la mise en page, le type d’écriture employé et aussi peut-être la qualification du copiste.

Pour ce qui est des rémunérations, notons enfin la présence de mentions relatives à des gages à l’année pour des activités d’écriture de livres. Ce type de données doit cependant être pris avec précautions : il est impossible de savoir d’une part si le copiste n’était pas également employé pour la copie de documents d’archives et d’autre part si cette activité de copie l’occupait à plein-temps.

Conclusion

Au terme de ce bref aperçu, on aura vu la richesse des mentions relatives au prix de la copie de livres, mentions qui peuvent être utilisées pour l’histoire du livre (mise en parallèle avec le coût d’autres aspects relatifs à l’exécution d’un manuscrit par exemple) mais aussi pour une histoire des prix en général, le but étant alors de pouvoir comparer ces prix à d’autres ou encore aux « budgets » de particuliers ou d’institutions. Cependant, comme on a essayé de le montrer, les limites sont nombreuses car on ne dispose pas souvent de toutes les informations nécessaires pour qualifier la production du copiste, que ce soit au niveau quantitatif ou qualitatif. Dans l’optique de la mise en place de bases informatisées concernant les prix, il est par conséquent nécessaire d’avoir conscience de ces limites et d’indiquer avec le plus de précision possible l’objet d’un relevé de prix.

Isabelle Delaunay, “Les prix de l’enluminure dans la seconde moitié du xvs. d’après les comptes”

1. Les métiers de la librairie

Une partie du personnel de la librairie parisienne (libraires personnages les plus puissants, parcheminiers, papetiers, scribes, relieurs, enlumineurs et, à partir de 1470, imprimeurs) dépend de l’université qui garantit une protection, un monopole et des privilèges fiscaux. Quatre grands libraires jurés sont chargés de taxer le prix des livres et de s’informer des qualités et aptitudes des aspirants à la maîtrise. Ces personnages exercent souvent une double activité touchant au livre même ou autre. En 1467, lors de la création de la garde bourgeoise, la 46e bannière des métiers regroupe les gens du livre. À cette même date, la confrérie de Saint-Jean-l’évangéliste, patron du métier, qui avait été fondée en l’église saint André-des-Arts en 1401, est confirmée par le roi qui constate son appauvrissement par l’émigration des grands seigneurs, étrangers et « autres populaires »de la capitale. Le roi rend obligatoire l’inscription et augmente la cotisation qui est de 4 sols parisis pour chaque membre, de 24 sols parisis pour les nouveaux libraires, écrivains, enlumineurs, relieurs de livres et parcheminiers « qui tiendront ouvroer… à leur advenement », de 8 sols « sur les nouveaulz apprentis ». De plus, chaque maître paie 1 denier par semaine et par ouvrier et les ouvriers, 12 deniers par an.

2. Les types de sources

Pour étudier les prix de l’enluminure, plusieurs sources s’offrent aux chercheurs1. Les quittances : assez rares indiquent une somme totale reçue par l’artisan qui s’estime « content bien payé ». Celles de la Summa Astesani du collège d’Autun de janvier 1470 à mars 1473 (Arch. nat., S 6346) sont intéressantes pour comparer la part du coût de chaque élément dans le prix de revient du livre. Les marchés fixant les tarifs avant la réalisation peuvent donner un prix à l’unité et parfois la quantité de travail à réaliser. La comparaison de deux marchés et des comptes finaux équivalents réunis autour de Jacques de Besançon est décevante. Dans le premier cas, on possède des prix unitaires avec le marché mais pas la quantité de travail puis une somme totale, dans l’autre cas, les termes diffèrent quasi totalement entre le marché et le compte suggérant une autre étape non mentionnée. Les comptes privés ou d’institutions (ex. Saint-Jacques aux pèlerins) s’avèrent d’une grande richesse. Ils ont déjà été exploités pour les noms des artistes et la mention de leurs œuvres mais peu d’attention a été portée aux prix.

Les Journaux de libraires souvent connus à l’état de fragments livrent des mentions diverses mais précieuses sur le déroulement du travail et occasionnellement sur les prix. Dans celui d’un commis libraire de Vérard tenant sa boutique au palais, on lit : « il balla à Petit Guillaume unes heures à enluminer pour le pris de XXX souls et luy bailla quatre sous p. »

3. Quelques exemples de prix

Dans les comptes de Saint-Jacques aux pèlerins2, les mentions concernant les livres se trouvent dans « Autres dépenses pour réparations d’ornemens d’église, livres religieux et aultres choses touchans l’église ». Les sommes sont exprimées en monnaies parisis, mais pas toujours. On y retrouve à plusieurs reprises des paiements à un enlumineur – Jacques de Besançon, documenté de 1470 à 1498 – qui permettent d’établir le prix de l’histoire, sans doute suivant sa taille3, entre 2 s 6 d et 7 sous en 1485-1489. La grande lettre avec baton (bordure) vaut 11 s., le cent de grande lettre, 11 s et les 400 petites lettres 11 s. En 1491-1492, le cent de versets fleuris (petites lettres) vaut 3 s. 4 d. t. ou 2 s. 8 d.par.

Les comptes de Pierre Hazet argentier de Louise de Savoie veuve de Chartes d’Angoulême (BnF, ms. fr. 8815, f. 27v-28, du 1er janvier 1496 au 31 décembre 1497) désignent des ouvrages heureusement conservés. Ils présentent des prix fixes, un peu plus élevés que ceux pratiqués par Saint-Jacques :

  • La grande histoire sans doute avec bordure : 35 s. t. ou 28 s. par.
  • La petite histoire, 5 s. t. ou 4 s. par.
  • Le cent de verses et[enernelles] (sans doute entrenelle, = bouts de ligne) d’or moulu, 5s. t ou 4 s. par.

Ce petit sondage sur les prix de l’enluminure courante s’avère encourageant et mérite de figurer dans une base de données sur les prix parisiens. De nombreuses autres sources restent à étudier et à rassembler. À travers ces exemples, on relève peu de description des matériaux – nature ou qualité – à l’exception de l’azur, du vermillon et de l’or moulu. Les matériaux étaient-ils livrés à part et non compris dans le prix du travail ? C’est ce que suggère par exemple la mention à plusieurs reprises « i a baillé une once d’azur » dans le journal d’un libraire parisien. Christine Jehanno suggère pour Saint-Jacques de chercher les mentions des pigments dans les rubriques concernant l’épicerie.

Stéphanie Rambaud, “L’inventaire de Jehan Janot (1522 n. st.) : maison et production d’un libraire”

Voici l’intitulé de cet inventaire (Arch. Nat., M. C., Et. CXXII, 4) :

L’an de grace mil cinq cens vingt et ung le lundi XVIIe jour de fevrier, a la requeste de honnorable femme Macee Tripperel vefve de feu Jehan Janot, en son vivant libraire juré en l’université bourgeois de Paris, en son nom d’elle et de Regné Bietrix tailleur de robbes bourgeois de Paris, ou nom et comme executeurs dud. Testament et ordonnance de derniere voulenté dud. deffunct ; et aussi encores a la requeste de lad. vefve comme stipullant pour Denis, Simon, Claude et Jehan Janot enffans myneurs d’ans dud. deffunct et d’elle ; et en la presence de honnorables personnes Marguerite Guymier vefve de Jehan Tripperel ayeulle, Jehanne Tripperel vefve de Michel Le Noir tante et Jehan Tripperel marchant bourgeois de Paris oncle, tous du costé maternel desd. Myneurs, et par Maurice Dampjan et Jehan de Calais notaires fut fait inventaire de tous et chascuns les biens meubles, librairies, artifices du mestier d’imprimerie, debtes, lectres et creances demourez du decez dud. deffunct et que communs estoient au jour de son trespas entre luy et sad. vefve ; trouvez et estans en l’ostel ou led. deffunct est decedé assis a Paris rue Neufve Nostre Dame joignant l’eglise Saincte Geneviefve des Ardans, ou pend pour enseigne l’ymaige Sainct Jehan, et autres lieux cy-après declarez, monstrez et enseignez par lad. Macee Tripperel qui jurant ; et prisez c’est assavoir la marchandise de librairie par [espace blanc], les outilz et artifices d’imprimeur par Jehan Adam et Jehan [dans la marge, Kerbrian dit Huguelin marchans imprimeurs bourgeois de Paris], les bagues et joyaulx par Jehan Touchart marchant orfevre, les vins par Pierre Paloisy courtier de vins ; et les autres biens meubles par Jehan Leduc priseur juré, lesquelz après [dans la marge, serment par eulx fait priserent chascun en regard selon le… eulx aux sommes et deniers et ainsi qu’il s’ensuit : ]

Du 21 au 28 février, les priseurs qui procédèrent à cet inventaire passèrent et repassèrent de l’hôtel à l’enseigne Saint-Jean-Baptiste – adresse du défunt – à celui à l’enseigne de l’Ecu de France – adresse de la belle-mère de Jean Janot, qui collabora pour un grand nombre d’éditions avec son gendre, après la mort de Jean I Trepperel (ou Tripperel) – que joint une maison appelée « ostel neuf » « appartenant a l’ostel Dieu de Paris », où se trouve l’imprimerie proprement dite, qui est peut-être encore la propriété de la veuve Trepperel. Ces deux maisons étaient habitées par les Trepperel depuis 1504, Jean Guymier, père de la veuve Trepperel, – grand libraire juré – y étant attesté en 1477. L’officine Trepperel-Janot, depuis 1491, était spécialisée dans la production d’éditions imprimées en français de textes issus du Moyen âge, en caractères gothiques et abondamment illustrées de figures gravées sur bois.

Il s’agit d’un long inventaire, constitué de 29 feuillets manuscrits, découpés en 332 paragraphes, qui sont la prisée d’un bien ou de plusieurs regroupés, en système parisis, rassemblés en chapitre selon le type de bien, chaque chapitre étant clos par sa somme totale en système parisis et son rapport en système tournois, sauf le chapitre d’orfèvrerie directement estimé en tournois. Sont d’abord estimés : le vin et le bois, puis les meubles, puis le linge et les vêtements, ensuite l’orfèvrerie (objets et monnaies d’or et d’argent), puis le matériel d’imprimerie, suivi de la liste de tous les ouvrages invendus. L’inventaire se termine avec la description des actes écrits concernant la famille.

Comment faut-il apprécier cette profusion de prix ? Ont-ils été sous-évalués, les objets décrits sont dans quel état ? Malgré ces questions, il est intéressant de les regarder en tant que tels et de procéder à des comparaisons, au sein même de cet inventaire, et des comparaisons avec d’autres inventaires de libraires ou imprimeurs de la même époque.

Comme ceux-ci : l’inventaire (février 1524) de Wolfgang Hopyl, imprimeur à Paris (publié par Henri Stein en 1905), celui (avril-mai 1521) de Raoul Laliseau, libraire à Paris (publié par Ernest Coyecque en 1894), celui (décembre 1522) de Jeanne Baillet, femme de Didier Maheu, marchand libraire et bourgeois de Paris (ibidem) et enfin celui (janvier 1523) de Jeanne Potière, femme de Jacques Ferrebouc, imprimeur et libraire à Paris (ibidem).

Les planches, étagères et meubles de première utilité ont une faible valeur : « une petite couchette de boys » : 6 solz p., et un ensemble de quatre sièges différents : 8 solz p. (f. 2 v°) ; le meuble servant de comptoir et sa chaise (f. 1v°) sont prisés 32 solz (12 solz p pour un comptoir moins important chez R. Laliseau en 1521). Alors que « la couche en boys a deux licts » (f. 2v°) des époux Janot est prisée 10 livres p. (5 livres p. pour une couche de bois à un lit chez R. Laliseau).

Les tissus et robes ont une valeur plus élevée : la plus belle robe : « d’escarlate vermeille » (f. 4 r°) est prisée 20 livres p. et l’estimation moyenne des robes est autour de 2 livres p. (même valeur chez R. Laliseau).

Le matériel d’imprimerie et la liste des livres invendus occupent la plus grande partie de l’inventaire. Les trois presses (f. 7r°) sont prisées 8 livres p. chacune. Chez W. Hopyl, en 1524, deux presses sont évaluées au même prix, et trois autres qui se trouvent dans une autre pièce sont estimées à 6 livres p. pièce. Et la presse de J. Ferrebouc, en 1523, est prisée 10 livres p. Ces différences de prix, qui restent tout de même dans un ordre de grandeur assez semblable s’expliquent sûrement par des différences de qualité et d’appareillage de ces presses.

Les casses de lettres (f. 6v°) sont prisées au poids : entre 6 deniers et 12 deniers p. la livre, en fonction de la taille de l’alphabet. Les prix et ordres de grandeur sont les mêmes chez W. Hopyl en 1524. Les matrices et poinçons ont une valeur plus importante : de 4 à 8 livres p. pour un type de lettre.

Le millier de gravures sur bois, très souvent utilisées, est estimé à environ 1 denier p. pièce, alors que des gravures sur cuivre pour illustrer des livres d’Heures (f. 7v°) sont prisées 4 solz p. pièce (1 livre p. pièce chez W. Hopyl spécialiste des beaux livres religieux).

Le papier, trouvé en différentes pièces des deux maisons est estimé soit à 5 deniers p., soit à 10 deniers p. la rame (500 feuilles). Et des feuilles de parchemin sont prisées 4 deniers p. la feuille.

La partie la plus importante est consacrée à la description des ouvrages invendus, qui se présentent en feuilles non pliées, prisées de manière globale 10 solz p. la rame. Chacune des 158 éditions invendues est décrite comme le montre cet exemple : (f. 8 v°) « cent cinquante livres nommez Le Livre de Tailhe Vent contenant chacun livre quatre feuilles de papier qui est en nombre de six cens feuilles qui est une rame [et] quatre mains, vallant ensemble audit pris 12 solz parisis. » C’est donc une marchandise, et non des livres et la qualité de leur texte qui est prisée. Les livres les plus chers sont ceux qui ont un plus grand nombre de pages. Ainsi, approximativement, un volume invendu in-4° de 300 feuillets (comme quelques romans de chevalerie imprimés par l’officine Trepperel-Janot) a une valeur de 20 deniers p. (des Métamorphoses d’Ovide, volumes invendus mais pliés ont ce prix-ci dans l’inventaire de R. Laliseau de 1521). Ce dernier inventaire serait très intéressant à étudier, en raison des échelles de prix de livres qui correspondent aux pièces dans lesquels ils sont conservés.

Karine Berthier et Paul Benoit, Joséphine Rouillard (Université Paris 1, UMR 8589-LAMOP), “Aire de diffusion et prix du papier à Troyes et à Corbeil-Essonnes xive – xve s.”

Les moulins à papier apparaissent dans le Bassin parisien à partir des années 1348, à Troyes, à Saint-Cloud en 1376 et enfin à Corbeil-Essonnes vers 1380. Ces trois centres de productions papetières ne vont pas connaître le même développement. L’absence d’installations à Paris s’explique par un important besoin en farine, donc exclusivement des moulins à blé, aussi bien sur la Seine que sur la Bièvre. À Troyes, Saint-Cloud et à Corbeil, les moulins à papier succèdent à d’autres installations comme des moulins à blé. Les villes de Troyes et de Corbeil obtiennent le privilège d’être les fournisseurs de l’Université.

À Troyes, si les études des filigranes troyens réalisées par Louis Le Clert dans son ouvrage sur Le papier : recherches et notes pour servir à l’histoire du papier, principalement à Troyes et aux environs depuis le quatorzième siècle, Paris, 1926, 2 vol., ont permis de rattacher certains filigranes à des moulins à papier, cela n’est pas le cas pour les deux autres centres de production. À Saint-Cloud, la création d’un moulin à papier, en 1376, à la demande de l’évêque de Paris, ne semble pas avoir perduré : des conflits naissent très tôt au sujet de l’usage de ce moulin ralentissant fortement sa production. Les établissements religieux ne semblent pas avoir utilisé le papier de Saint-Cloud, L’évêque de Paris achète son papier à l’extérieur comme semblent l’indiquer les nombreux filigranes trouvés dans les registres de comptes et dans les censiers et terriers. À Corbeil, on peut ébaucher une identification des filigranes émanant des moulins à papier d’Essonnes, grâce à l’étude des registres de comptes de la ville de Corbeil et des terriers, censiers des différents établissements religieux.

Cependant, il n’a pas été possible de cerner et définir le coût d’achat de ce papier. En effet trop fréquemment le prix du papier acheté est associé à un autre versement, « papier, encre, et salaire ». Toutefois, l’analyse de plusieurs comptes a permis d’apporter quelques informations. Ainsi à Troyes, en 1403, une demi-rame coûte 9 s. 2 d. t. et une main de papier, 15 d. t., tandis que l’évêque de Paris verse la somme de 18 sous pour une rame et 9 sous pour une demi-rame en 1407.



Citer ce billet
Marlène Helias-Baron (2023, 30 novembre). Paris au Moyen Âge : “Comptabilités, prix et salaires à Paris : Quelles sources ? Qu’en faire ?” (2002-2003). Les carnets de l'IRHT. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search