Arca. Bibliothèque numérique de l’IRHT

À l’IRHT, la base Medium, répertoire normalisé des cotes de manuscrits, incunables et livres anciens du Moyen Âge et de la Renaissance, est mise en ligne en 2009, puis ce fut le tour de la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux en 2013. Conçus comme deux développements indépendants – pour diverses raisons qui avaient leurs pertinences à l’époque – ils sont devenus au fil des années des outils de référence au niveau national et international, proposant parmi les plus importantes collections de métadonnées et de numérisations de manuscrits médiévaux en ligne.

Après des années où l’audience n’a cessé de croître, Medium et la BVMM devaient évoluer, une éternité en termes d’informatique ou d’utilisation depuis leurs créations s’est écoulée. Même si les évolutions et développements se sont multipliés à mesure des retours et des besoins, les socles technique et fonctionnel datés avaient atteint leurs limites, empêchant les adaptions et l’apport de nouvelles fonctionnalités. L’idée est donc lancée de repartir d’une copie vierge, tout en conservant les structures de données existantes puisqu’elles ont fait leur preuve au fil des années et ont permis à l’IRHT de structurer son système d’information autour de ces deux outils.

C’est dans cette optique qu’a été développée Arca. Cette nouvelle base, résultant de la fusion des deux bases historiques de l’IRHT et destinée à les remplacer, permet désormais de consulter dans une interface unifiée les informations autour des cotes des manuscrits, de leurs reproductions mais également de leurs numérisations.

L’accès s’effectue via un moteur de recherche qui se veut simple mais rapide et efficace, et les notices de manuscrits synthétisent les métadonnées et les reproductions disponibles. Les numérisations sont consultables et exploitables grâce au protocole IIIF (International Image Interoperability Framework).

Arca n’est pas seulement un outil de consultation des données de l’IRHT autour des manuscrits, il est aussi une porte ouverte sur les multiples ressources les concernant, au sein de l’IRHT ou via de nombreuses autres ressources en ligne. Chaque notice de manuscrit propose donc des liens vers les bases scientifiques du laboratoire ou vers d’autres catalogues, répertoires ou bases externes, pour élargir le périmètre de la recherche.

D’un point de vue technique l’interface d’Arca s’appuie sur une nouvelle API très complète et documentée, sur laquelle le système d’information du laboratoire va s’appuyer, comme Medium en son temps1. Les nombreuses routes la constituant permettent un accès ouvert aux métadonnées des manuscrits, des reproductions ou même des établissements, et son ouverture va permettre leur réutilisation et leur exploitation par les projets ou partenaires le souhaitant. Les développeurs de l’IRHT restent évidemment à l’écoute pour toute question technique à ce sujet.

Bien sûr cette refonte et sa mise en ligne ne sont pas à considérer comme un achèvement mais plutôt comme une étape de son développement, importante et stimulante. La promesse de nouvelles possibilités techniques et fonctionnelles, ainsi qu’une ouverture revue à la hausse grâce à l’API. Des évolutions très concrètes sont d’ailleurs déjà prévues pour les semaines à venir, comme par exemple l’ajout d’un deuxième visualiseur dans les notices de manuscrits. Nul doute que quelques corrections de bugs seront également à prévoir, comme pour toute nouvelle production connaissant une utilisation intensive et des usages variés. Pour cela les retours des utilisateurs seront d’un intérêt majeur.

À la date son lancement, le 7 décembre 2023, Arca offre un accès aux métadonnées de 168 500 cotes et à peu près de 35 600 reproductions numérisées (soit 3,2 millions de vues).



Citer ce billet
Cyril Masset (2023, 7 décembre). Arca. Bibliothèque numérique de l’IRHT. Les carnets de l'IRHT. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi3s

  1. Pour l’anecdote, le développement de l’API s’est effectué sur la base du développement d’un prototype pour le projet ISMI (International Shelfmarks Manuscript Identifier) qui a pour ambition la mise en place d’un référentiel de cotes de manuscrits au niveau international. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Hilda Hertens dit :

    Super idée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search