Séminaire Paris au Moyen Âge [1] du 19 janvier 2024 : « L’âge d’or des bonnes villes »

La seconde année du cycle du séminaire Paris au Moyen Âge consacré aux « Bonnes villes », s’ouvre sur une annonce d’Hélène Noizet. Ont été mises en ligne de nouvelles données parisiennes géolocalisées: les rôles de taille de 1299 et 1300. Il s’agit des travaux de Caroline Bourlet, à présent téléchargeables sur le site d’Alpage: AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche GEomatique – Alpage (huma-num.fr).

David Rivaud, « La capacité de négocier, élément constitutif de la Bonne Ville? L’exemple des villes du centre ouest (xve-xvie siècles) »

Définir ce que sont les négociations engagées par les villes pose problème notamment au niveau du corpus. Il faut en effet connaître les différentes procédures suivies par les interlocuteurs pour savoir si la capacité de négocier est – ou non – un élément constitutif de la « Bonne ville ». C’est une définition politique riche et profonde. Négocier entraîne au cœur du pouvoir, au cœur de la question de l’État moderne. Dans sa thèse soutenue il y a une vingtaine d’années sous la direction de Philippe Contamine (Bourges, Poitiers et Tours : les villes, le roi, l’État), David Rivaud avait étudié les formes de dialogue entretenues entre les villes et le roi, notamment les modalités de la prise de parole des villes envers le roi et le dialogue à travers la rencontre directe (cf. entrées royales). Cela pouvait concerner des négociations à propos de la fiscalité. Comment une ville négocie et qu’est-ce que cela veut dire? Le corpus documentaire est complexe et lacunaire. Il touche à plusieurs dimensions de l’art de négocier. Il faut voir les écrits de théorie politique des xive-xviesiècles. La question de la négociation est une question centrale pour comprendre les relations entre les villes et le roi, la notion d’État et de ville (notamment la « Bonne ville »).

Il s’agit de voir:

  1. Comment l’articulation systémique varie entre les formes de coercition et de conciliations;
  2. L’opposition entre le centre et sa périphérie;
  3. La participation ou les résistances de certains groupes;
  4. L’intégration plus ou moins planifiée de groupes sociaux vers le roi ou leur concentration.

La capacité de négocier touche tous les domaines et adopte de nombreuses formes (administratives, symboliques…). Qu’en est-il de la disparition de la capacité à négocier?

L’exemple de Tours

Tours en 1500 est une petite ville comptant environ 15 000 habitants. C’est une ville de résidence royale appartenant au système résidentiel ligérien. Elle est la capitale de Charles VII et de Louis XI. Louis XII y passe également. Ce n’est pas une capitale administrative, même si elle a accueilli le banquet de 1457 et l’assemblée des grands de 1506. C’est une ouverture sur la Bretagne. C’est une base militaire arrière où cohabitent une double élite: une élite locale aspirée par la présence monarchique et une élite exogène dès Charles VII. Les deux élites se mélangent. C’est une capitale religieuse, siège d’un archevêché et du monastère de Saint-Martin. Capitale artistique, ce n’est pas une capitale intellectuelle. C’est une ville fidèle au roi depuis 1420, qui entretient des relations étroites avec lui, au point que Louis XII lui confie la garde de son lion personnel. Toutes les grandes familles sont à Tours. Les bourgeois de la ville se sont jetés sur les restes de Jacques Cœur. La ville est intégrée au système royal.

D’après les délibérations du corps de ville, elle a pourtant résisté à une demande royale au début du xvie siècle. L’affaire est bien documentée et montre les capacités de résistance d’une ville. Le 15 mars 1522, Tours reçoit des lettres closes de François Ier l’obligeant à payer les gages de 200 hommes d’armes. Le conseil municipal se réunit les 17-18 mars et se tourne vers le roi en stipulant qu’il faut forcer les privilégiés à payer. Le 19 mars, la négociation s’engage sur le nombre d’hommes à prendre en charge: le roi veut 200 hommes sur un an et le conseil municipal propose 60 hommes pour 6 mois. Le 22 mars, la question est de savoir comment mobiliser l’argent, sachant que le roi a réduit la charge de moitié. Le conseil municipal veut obtenir une lettre pour faire payer les privilégiés. Le roi exige alors 1200 livres immédiatement. Le 2 avril, la ville propose de prendre en charge 200 livres; Semblançay prend le reste. Le 9 avril, on confirme ce qui a été dit, on écrit aux grands officiaux du roi (receveurs généraux) pour qu’ils interviennent. Le 29 avril, de nouvelles lettres du roi arrivent qui demandent 1800 livres sur des contributions levées par quartiers. Le refus est net. Des lettres sont renvoyées vers les grands pour qu’ils négocient. À la mi-mai, le premier paiement de 1200 livres intervient. Le 30 mai, le lieutenant général vient avec de nouvelles lettres exigeant les 1800 livres. En août, arrive une nouvelle lettre du roi pour le deuxième quartier. Le budget municipal est à bout et il est envisagé de faire une levée sur les habitants. Le receveur général revient avec sa demande. On enregistre les lettres du roi du 14 août en octobre. Les 1800 livres sont demandées à nouveau en décembre. Le 23 décembre, la somme est répartie sur les paroisses. Le 28 janvier 1523, la ville refuse de payer le troisième quartier. Le délai est dépassé. La ville fait un acte de remontrance validé. Le 20 mars et le 12 mai, le roi réclame de nouveau. Il n’obtient rien. Le 23 août, une nouvelle demande de 2000 livres est faite avec des lettres officielles de levée sur tout le monde, mais cette levée ne pourra pas se faire avant le 20 janvier. Le roi abandonne l’affaire.

Sur 7000 livres demandées, la ville a obtenu une réduction de moitié. 1200 livres ont été versées sur le budget municipal et 1200 livres sur les paroisses. Le roi a attendu un an pour obtenir pas grand-chose et une nouvelle année pour ne rien obtenir. L’année 1523 est une année de crise majeure pour la royauté, d’où les réformes de 1524-1525. Les capacités de négociation deviennent des capacités de résistance. On obtient des rabais substantiels par des négociations.

Les capacités de négocier sont multiformes: discussions internes, négociations officielles (envoi de lettres), temps de la prise de contacts, temps de la levée fiscale.

Cela montre tous les outils de négociation. Pour le roi, les outils de coercition sont les lettres (cf. lettres closes), la commission (peu de résultats directs). Le pouvoir royal est faible. L’étape suivante serait le recours à la violence, mais cela romprait le consensus. Le discours du roi est un discours de circonstance. Les villes n’en ont strictement rien à faire. Pour la ville, il y a une multitude de voies: la délégation vers la commission, le recours aux grands personnages présents dans les corps municipaux comme maires de la ville (ils ne font strictement rien et ne sont présents que si le roi est en ville, ils servent d’intercesseurs avec le roi), la demande officielle écrite ou orale (ambassades au Plessis), la lettre de remontrance qui correspond à un blocage absolu, le recours au Parlement ou aux chambres, le contact direct pendant les entrées royales avec des négociations parfois humiliantes pour le roi (cf. La Rochelle). Le discours urbain rappelle que la ville est pauvre, qu’il y a la peste, des vagabonds, la soldatesque ou encore que la ville est trop riche, peuplée de privilégiés qui ne paient pas l’impôt, le corps municipal est pauvre à cause des privilégiés; le poids des taxes, des services…

Conclusion

Quelles sont les implications directes de ces processus de négociation? Elles portent sur la nature de la définition de la bonne ville (cf. B. Chevalier) et montrent la multiplication de l’activité administrative de la ville. Les écrits ne cessent de se multiplier, ainsi que les archives. On installe des salles pour les archives, on achète des coffres, on fait des inventaires, les secrétariats se multiplient, les procureurs aussi auprès de la cour à Paris. Un nouvel esprit municipal émerge, accompagné d’une conscience urbaine. Les officiaux royaux jouent leur rôle; les grands servent d’intercesseurs. Les officiers de rang moyen ne sont jamais les fers de lance de l’autorité royale. Ils ont une position intermédiaire qu’ils essaient de maintenir le plus longtemps possible. Les négociations passent par eux et illustrent le consensus entre les villes et le roi, avec une volonté forte de conciliation. La périphérie vient à la rencontre des intérêts du centre. On essaie d’obtenir la paix dans une société en mouvement. Il n’y a pas de devoir national, on défend des devoirs particuliers. Sur le terrain, apparaît un discours autour du bien commun, de la responsabilité, de l’autorité. On voit apparaître le terme res publica. Ces pratiques témoignent de l’enracinement du consensus politique.

Discussion:

Boris Bove (BB): On voit que les villes résistent, mais pas tout le temps. Elles ont dû payer dans certaines circonstances. Ne serait-ce pas une question de rapport de force et de conjoncture?

David Rivaud (DR): C’est un rapport de force. Quand François Ier est acculé dans le Milanais, le rapport de force n’est pas en sa faveur. En 1524, il change ses procédures de levée d’argent. Il lui faut 10 000 livres qui seront prêtées sur certaines personnes qui se rembourseront ensuite. La bourgeoisie est ponctionnée, mais elle se rembourse.

BB: la ville n’a pas la trésorerie pour payer, pas de réserves. C’est un fait: il faut qu’il y ait un droit d’imposer, puis la levée. D’où les délais.

DR: Le conseil municipal pouvait dire que les plus riches avanceront et qu’ils seront remboursés ensuite.

Élodie Lecuppre-Desjardins (ÉLD): L’appétit de guerre du roi n’est pas partagé par les sujets. La guerre de conquête n’est pas audible. La bonne ville peut se porter garante de l’intégrité du royaume au-delà du roi et de ses appétits de conquête.

DR: Il y a dissensus quand la périphérie ne comprend pas ce que fait le centre. On n’adhère pas au projet royal de conquête. B. Chevalier voit le dissensus naître entre les villes et le roi à la fin du xvie siècle, mais il arrive plus tôt en fait.

Amable Sablon du Corail (ASDC): Sous Henri II, une contribution annuelle des villes est imposée.

DR: On va voir directement les fabriciens (marguilliers) de paroisse. Le dialogue entre les deux autorités s’éloigne. On manque d’études sur le milieu du xvie siècle.

ASDC: On n’a plus le texte de la remontrance de 1522.

DR: Ils sont contre l’idée d’être considérés comme des contribuables ad vitam.

Cléo Rager (CR): quel est le lien entre la constitution de cette négociation et l’élaboration d’une archivistique? Il faut voir le souci pour les archives comme un élément de la négociation.

DR: Au début du xvie siècle, le souci de conserver l’archive est important (cf. pour les entrées royales, pour les privilèges). On envoie en cour des mémoires. À La Rochelle, les archives sont cotées au début du xvie siècle. À Tours, les cahiers ont des mots dessus, qui servent de cotes et de système de classement.

Thomas Lacomme (TL): Le temps de la négociation a été long. Est-ce que le roi perd de l’argent? Quel est le rôle des grands intercesseurs? Ont-ils un lien avec le chapitre cathédral?

DR: Toute la famille Briçonnet est à Tours. Jacques de Beaune, son fils est archevêque de Tours. Pour les chanoines, il y a un manque d’études. Les familles se croisent. Le coût d’enregistrement des lettres au Parlement est cher, mais reste raisonnable.

BB: Quelles sont les personnes qui négocient? Les conseillers du roi ont des loyautés multiples. Le roi gouverne selon sa personnalité. Quel est le rôle des conseillers de confiance?

DR: En 1487, à l’occasion d’une entrée royale, la ville négocie avec le chancelier. On ne sait pas avec qui les ambassades négocient quand elles vont en cour.

ÉLD: Dans les registres de délibérations du Nord, on a des noms (cf. registre de Saint-Omer). On n’a pas seulement les registres de conclusion, mais les registres de délibérations.

DR: La vie politique locale nous échappe en grande partie; il faut savoir qui tient le registre.

Élodie Lecuppre-Desjardins, « Y a-t-il des bonnes villes dans les Pays-Bas aux xive et xve siècles? »

Il s’agit d’une question qui n’est pas facile à résoudre, sachant que le travail de sources n’en est qu’à ses débuts. La question mérite d’être posée et vérifiée de manière sérielle. M. François («Les bonnes villes», CRAIBL, 1975, p. 551-560) a fait une première plongée dans les dictionnaires, ordonnances etc. pour repérer les origines de la formule. C. Rager a proposé un bilan historiographique en 2021 (Histoire Urbaine, 2021, p. 29-45) pour montrer le caractère mobile de la notion de «bonne ville». Il faut saisir l’objet en fonction de la séquence historique dans lequel il s’inscrit pour comprendre la construction discursive de ce statut. Il est variable dans les trois principautés du Nord.

Présentation historico-géographique des espaces

La Flandre est une principauté tombée dans l’escarcelle bourguignonne. L’incursion des villes flamandes dans l’histoire date du début du xiie siècle avec l’assassinat de Charles le Bon en 1127. Des chartes reconnaissant la puissance des villes sont promulguées. Dans la charte de Saint-Omer, le comte s’incline devant l’hégémonie des bourgeois audomarois. S’élabore le cadre d’un espace de discussion au sein duquel les plus puissantes villes pouvaient négocier. Le duché de Brabant est né de la fusion de plusieurs seigneuries relevant de l’empire en 1183 (Frédéric Ier). Les villes, rendues puissantes par le commerce, se révoltent contre Henri Ier. L’autonomie urbaine est un droit acquis. Jean Ier remporte la victoire contre ses ennemis en 1288 au prix d’un endettement catastrophique. Les villes sont dominées par une élite proche du duc. Dans les testaments d’Henri II et d’Henri III, la souveraineté des villes est reconnue. Jean II, par la charte de Cortenbergh (27 sept. 1312), reconnaît les privilèges des villes franches de Brabant. Les villes, à l’expertise financière reconnue, prirent le contrôle des caisses (1314). La notion de bonne ville fait son apparition. En 1356, Jeanne de Brabant délivre une charte pré-constitutionnelle (Blijde Inkomst) : les décisions ne peuvent se prendre sans l’accord des bonnes villes de Brabant. Dans le comté de Hainaut, les villes sont moins puissantes économiquement (Valenciennes et Mons). Il y a des querelles entre le comte de Hainaut (également comte de Flandre) et les villes, mais le comte garde la main, parce que les villes n’ont pas les moyens financiers.

Les « bonnes villes » dans les enquêtes lexicales

L’historiographie française est en dialogue avec l’historiographie belge (cf. H. Pirenne). La ville est bonne parce que son développement économique le lui permet.

En Hainaut, la première mention de « bonne ville » apparaît dans la Chronique de Gislebert de Mons vers 1194-1195. Valenciennes est une bonne ville car largement peuplée. L’essor économique et social est la première étape pour accéder à ce statut. Les villes qui comptent sont nommées dans les traités de paix (cf. 1194). Elles deviendront des bonnes villes dans les textes au milieu du xiiie siècle. En octobre 1247, Henri de Liège s’adresse aux élus de Mons et de Valenciennes. En 1256, après l’arbitrage royal de Louis IX, Marguerite engage ses bonnes villes à le respecter. On retrouve la formule en Flamand dans les documents de la pratique (cf. J. Dhont), dans un ensemble de textes entre 1241 et la fin du xiiie siècle. En 1241, apparaît la mention des scabini Flandriae, tribunal composé d’échevins venant des villes flamandes qui deviendront les bonnes villes de Flandre (chiunc bions villes en 1303). Le vocabulaire reste flottant jusqu’au début du xive siècle. Le terme passe en thiois en 1304.

L’expression « bonne ville » apparaît pour la première fois en Hainaut en 1194, puis au milieu du xiiie siècle en Flandre. Elle désigne au début du xive siècle les cinq scabini Flandriae. Les villes veulent un partage du pouvoir quitte à défier le pouvoir ducal ou comtal s’il met en danger leurs intérêts économiques, d’où les tensions avec le duc de Bourgogne.

Le statut et le rôle des « bonnes villes » de Flandre, Hainaut, Brabant

La puissance économique distingue la « bonne ville » (Cf. Maurice-Aurélien Arnould). La dignité de « bonne ville » émane d’une décision comtale en Brabant. Pour l’aide de 1365, sont énumérées seize bonnes villes (parmi lesquelles il manque Valenciennes). En 1501, se sont vingt-et-une bonnes villes. L’intégration de Chièvres parmi elle a connu la résistance de la ville parce qu’être une « bonne ville », cela veut dire payer l’aide. La bonne ville en Hainaut a des fortifications. Elle a un rôle politique de garant dès la fin du xiie siècle. En 1357, les bonnes villes garantissent la trêve. Les villes restent dans une position secondaire. La partition urbaine est plus marquée en Brabant et en Flandre. Les comtes et les ducs sont fragilisés par la conjoncture internationale. Le Brabant s’est doté d’une Land charter. En Flandre, les scabini Flandriae ou bonnes villes ont une réelle puissance, mais pas de Land charter. Ce sont souvent des opposants au pouvoir comtal. Il y a eu une convergence des intérêts pendant la Guerre de cent ans avec des responsabilités partagées. Tours, Bourges ou Poitiers ne négocient pas avec les souverains. Les villes flamandes peuvent le faire pour faire progresser leurs intérêts. Philippe de Thiette reconnaît la situation de fait et introduit le terme de « bonne ville » en lieu et place des scabini Flandriae (8 mai 1305). Il y a une responsabilité partagée. Elles sont un contre-pouvoir féroce, bridé par leur concurrence et par le pouvoir du duc de Bourgogne. Chacune a une volonté de suprématie économique individuelle. En Brabant, la situation est contractuelle. D’après la Charte flamande (art. 3), le duc n’a pas le droit de toucher au domaine (cf. Blijde Inkomst de 1356). Les privilèges des bonnes villes sont maintenus. L’ascendant des villes progresse jusqu’à l’arrivée des ducs de Bourgogne. La bonne ville est un partenaire associé au pouvoir qui a une conscience nationale précoce.

Conclusion

La « bonne ville » est un terme tardif, actif dans la seconde moitié du xiiie siècle. En Brabant, Jean III avait pour beau-père un prince français. Il y a eu circulation des formules d’un territoire à l’autre. On remarque l’adoption de la terminologie française pour une réalité différente au début du xive siècle. Le titre a été accordé par le comte en Hainaut avec des statuts politiques. Il y a une même polysémie autour du terme « souveraineté ». Des liens affectifs se tissent autour de cette terminologie et se délitent sous les ducs de Bourgogne. La bonne ville est invisibilisée par la volonté princière sous Charles le Téméraire. À sa mort, la bonne ville demeure constitutive du Brabant. La bonne ville a un caractère malléable.

Discussion

BB: C’est un rappel du programme de l’agrégation. Quel est le rapport entre le verbe et le concept? La définition est contradictoire. On utilise un terme médiéval pour forger un concept. Pour Rigaudière, la bonne ville apparaît à la fin du xive siècle, pour Chevalier, au xvie siècle.

ÉLD: La bonne ville apparaît plus tôt dans les textes. C’est un statut, une caractéristique politique affirmée, cela suit des formules qui circulent. Ce sont les grands échevins qui agissent auprès du comte de Flandre, puis un changement de lexique intervient qui transforme ces scabini en bonnes villes. En Brabant, on utilise ce terme dès le départ. Après l’explosion de 1477, on représente le Brabant et ses bonnes villes comme garantes de l’identité brabançonne.

BB: Il y a une hiérarchie entre les bonnes villes.

ÉLD: Une hiérarchie et une compétition. Valenciennes veut attirer le comte dans ses murs pour devenir la première bonne ville de Hainaut. Les villes de Flandre n’arrivent pas à dominer parce qu’elles sont en rivalité les unes contre les autres. Il y a la volonté d’affirmer l’identité de la ville.

ASDC: On observe la précocité du terme de « bonne ville ». On emploie le terme de « chef ville » dans le duché de Bourgogne, des villes à la tête de district.

ÉLD: On ne parle plus de « bonne ville », mais « notre ville de Bruges » ; on emploie «chief ville». C’est un cadre administratif, on ne qualifie plus la ville, on invisibilise la « bonne ville ». Il faudrait travailler de manière sérielle sur les qualificatifs des villes.

ASDC: L’emprise des villes sur l’arrière-pays varie.

CR: Au niveau du discours porté par les villes, est-ce que cette qualification est reprise par les villes?

ÉLD: Il faut faire des enquêtes. S’il existe l’expression « votre bonne ville de Lille », il n’y a pas d’exemple pour Gand ou Bruges. Le roi de France parle de la « bonne ville de Gand », mais les mentions sont éparses. La seigneurie de Chièvres freine son entrée dans le cercle des bonnes villes de Hainaut et se dénomme « franque ville ». D’après une étude sur les fortifications urbaines de Hainaut, il y a une distinction entre les villes et les villages qui font ce qu’ils peuvent et les bonnes villes où le comte envoie des officiers et des plans avec la volonté d’uniformiser les fortifications.

TL: La charte de 1305 a été rédigée à Pontoise. Qui l’a rédigée? Un clerc de la chancellerie du comte? Un clerc français?

ÉLD: C’est une piste. Lors de l’anniversaire du rattachement de la Zélande à la Hollande, le texte a été rédigé à Vincennes et a subi l’influence des clercs français. La rédaction du traité de Paris a été influencée par un clerc du royaume de France.

Hélène Noizet (HN): L’expression est-elle utilisée du côté impérial?

ÉLD: Ce n’est pas si fréquent. Est-ce que l’Empire parle des bonnes villes de Brabant?

BB: D’après cette communication, la question des bonnes villes n’est pas si ringarde que cela.

ÉLD: La question d’agrégation est intéressante du point de vue de la recherche. Cela a permis de repenser les thèmes de recherche.

BB: Il y a des difficultés sémantiques. Il faut séparer le concept « bonne ville » contemporain de son utilisation médiévale.

Prochaine séance: 23 février 2024

Paris_au_Moyen Âge_20240119



Citer ce billet
Marlène Helias-Baron (2024, 12 février). Séminaire Paris au Moyen Âge [1] du 19 janvier 2024 : « L’âge d’or des bonnes villes ». Les carnets de l'IRHT. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtaf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search