À la recherche des palimpsestes : nouvelles méthodes et nouvelles perspectives

Depuis mars 2023 l’IRHT s’est doté d’une station de numérisation multispectrale Phase One MSI Rainbow, acquise avec le soutien de Sorbonne Université, porteuse du DIM STCN (Sciences du texte et connaissances nouvelles)1. Cette station vient enrichir la plateforme technique mutualisée du DIM, dont l’IRHT a la charge pour son hébergement et sa gestion.

Elle permet de révéler des contenus cachés, de voir les écritures effacées des manuscrits brûlés et de localiser des palimpsestes. Elle permet également à partir d’une méthode non invasive de produire des images de grande qualité pour analyser les substances et les surfaces des supports afin de caractériser la distribution et la composition des matériaux.

Le système MSI Rainbow de la station utilise les standards du consortium CHARISMA qui permet par la luminescence de rendre visible les propriétés physico-chimiques des matériaux (encres, pigments, supports). La solution dispose de deux types d’éclairage :

L’éclairage Multiband est conçu pour révéler les palimpsestes à partir de 8 images multispectrales dans le proche infrarouge 940 nm et les UVA2).

L’éclairage NarrowBand permet d’obtenir des captures plus étendues au niveau du spectre (bandes étroites) soit 29 couches achromatiques. 

Le travail sur ces couches permet non seulement d’améliorer la lisibilité des écritures effacées notamment par l’utilisation de fausses couleurs, mais de voir également les couches sous-jacentes de peinture (identifier par exemple des repentirs) et permet enfin de définir une partie des composants des pigments utilisés.

Éclairage NarrowBand de la station MSI.
Séquence de 29 captures d’un manuscrit en mode Narrowband de 365 à 940nm.

Installée à la bibliothèque de Saint-Omer en novembre dernier la station MSI Rainbow a permis à Gilles Kagan, responsable du service Images du Pôle numérique de l’IRHT, de numériser, à la demande de Jean-Charles Bédague, archiviste paléographe, dans un manuscrit du XIIe siècle (Bibliothèque d’Agglomération du Pays de Saint-Omer, ms. 188) un texte effacé localisé sur la 1re colonne du folio 86r.

Les numérisations ci-dessous, réalisées en mode multiband, montrent qu’il ne s’agit pas d’un palimpseste classique (réemploi de parchemin pour écrire un nouveau texte au-dessus d’un texte plus ancien), mais d’un texte dont l’écriture semble bien avoir été volontairement grattée.

Ci-dessus les prises de vue du Saint-Omer, Bibliothèque d’Agglomération du Pays de Saint-Omer, 188, f. 86r (1re colonne) : à gauche prise de vue normal, au centre prise de vue sous UV et à gauche traitement en fausses couleurs.
Lecture du texte effacé.

Perspectives de recherche

Le résultat de ces prises de vue a fait avancer considérablement l’analyse par Jean-Charles Bédague de la collection de lettres pontificales du manuscrit 188, une copie du Registre de Grégoire le Grand issue de la bibliothèque du chapitre de chanoines séculiers de Saint-Omer, dans l’ancien diocèse de Thérouanne.

Grâce au multispectre, il a pu identifier le texte effacé. Il s’agit de deux lettres de Grégoire VII au comte de Flandre Robert le Frison, la première connue par le Registre pontifical3 : liv. IV, n° XI (10 novembre 1076), la seconde connue également par le Registre mais dans une version adressée à la comtesse-mère, Adèle de France : liv. IV, n° X (10 novembre 1076).

Cette seconde lettre reprend en effet mot pour mot les termes de la lettre à Adèle, mais l’adresse est différente : « G. episcopus, servus servorum Dei, R. gloriosissimo comiti Flandrensi ».

Certes, il ne s’agit pas de la découverte d’un texte complètement inédit, mais on comprend mieux, désormais, quel était l’état primitif de la collection, source essentielle pour comprendre l’introduction de la réforme pontificale dans le diocèse de Thérouanne. De nouvelles questions demeurent néanmoins :

  • Pourquoi ces deux lettres ont-elles été grattées a posteriori ? Serait-ce l’effet du conflit qui survient entre les chanoines de Saint-Omer et le comte de Flandre au début des années 1080, alors que ce dernier se montrait jusqu’alors plutôt favorable à l’introduction de la réforme, que soutenaient eux-mêmes les chanoines ?
  • Y a-t-il des différences, même minimes, entre le texte des lettres dans la version du Registre pontifical et celui que nous fait connaître ce manuscrit ? Jean-Charles Bédague a repéré dans les lettres non grattées qui suivent, le témoignage sans doute d’une circulation de plusieurs versions parallèles des lettres pontificales à l’époque, ce qui apporte un éclairage intéressant sur la manière dont passait l’information depuis et vers Rome. Cela permet aussi, en retour, d’interroger la « fabrication » du Registre pontifical lui-même (qui, dans le cas présent, n’a transcrit qu’une seule des deux lettres de même teneur adressée au comte et à sa mère, pour une raison qui reste à déterminer).
  • Comment lire la première ligne, qui semble écrite dans une encre différente et ressemble à un titre ?


Citer ce billet
Rédaction (2024, 13 février). À la recherche des palimpsestes : nouvelles méthodes et nouvelles perspectives. Les carnets de l'IRHT. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtqn

  1. DIM: Domaine d’Intérêt Majeur financé par la Région Île-de-France” []
  2. UVA : Le rayonnement ultraviolet (UV) est un type de rayonnement électromagnétique dont la longueur d’onde est inférieure à celle de la lumière visible. Il est invisible à l’œil nu, mais peut être détecté par fluorescence. UV-A (315-400 nm) ; UV-B (280-315 nm) ; UV-C (100-280 nm []
  3. Das Register Gregors VII., éd. Erich Caspar, MGH, Epp. Sel., Berlin, 1920. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search